Travailleurs indépendants : la feuille de route de la mission sur les plateformes numériques

 |  | 909 mots
Lecture 5 min.
La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a missionné Bruno Mettling, Pauline Trequesser et Mathias Dufour pour travailler sur la régulation des relations entre travailleur indépendants et plateformes numéiques.
La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a missionné Bruno Mettling, Pauline Trequesser et Mathias Dufour pour travailler sur la régulation des relations entre travailleur indépendants et plateformes numéiques. (Crédits : Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)
La ministre du Travail vient de confier à trois personnalités une mission sur le statut social et juridique des indépendants travaillant pour les plateformes du web telles qu'Uber, Uber Eat ou encore Deliveroo. Composition de la mission, sujets abordés, objectifs et calendrier de mise en oeuvre : La Tribune fait le point en cinq questions sur cet angle mort du dialogue social.
  • De quoi s'agit-il ?

Cette mission confiée par Elisabeth Borne à trois personnalités le 11 janvier dernier s'inscrit dans la continuité directe du rapport "Réguler les plateformes numériques de travail" remis au Premier ministre en décembre 2020 par Jean-Yves Frouin, ancien président de la chambre sociale de la Cour de cassation. Ce document de 150 pages préconise notamment de recourir à un tiers - coopérative, à l'instar des Coursiers Bordelais, portage ou autres formes à inventer - pour "sécuriser les relations juridiques et les travailleurs sans remettre en cause la flexibilité apportée par le statut d'indépendant". Mais avant d'engager d'éventuelles évolutions règlementaires et législatives, la ministre du Travail, en lien avec Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, souhaite approfondir les travaux sur le caractère opérationnel de ces mesures de régulation. C'est tout l'objet de cette mission qui vise tout particulièrement les plateformes de mise en relation pour le transport de particuliers ou la livraison de biens et repas.

Lire aussi : Travailleurs des plateformes et rapport Frouin : soignons la méthode

  • Qui sont les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2021 à 19:18 :
Ne pas confondre la revendication de l'égalité de traitement (pourquoi le RSI?) et la lecture par des technocrates de situations qu'il ne peuvent comprendre, car n'ayant jamais été exposés à la prise de risque.
a écrit le 27/01/2021 à 16:13 :
Encore un énarques et un transfuge du public !!!!!

Nous sommes des entrepreneurs, pas des assistés.
Réponse de le 27/01/2021 à 19:01 :
Et pourtant vous avez été nombreux à demander des aides publiques et à dénoncer le servage moderne de l'économie du partage sans être capable de diversifier votre activité... et sans oublier le besoin d'assurance chômage qui a signé la mort du RSI.
a écrit le 27/01/2021 à 12:54 :
Le statut d'indépendant, c'est un auto-entrepreneur qui trime pour assurer les milliards de bénéfice d'une multinationale (généralement anglophone saxonne) prédatrice.
Esclave moderne, avec une couverture sociale à minima, sans espoir d'une vie et d'une retraite décente.
Sans ces travailleurs au rabais, ces plateformes n'existeraient pas.
Réponse de le 28/01/2021 à 19:31 :
Tres vrai

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :