Avec l'usine Symbiose, le Nord Gironde se met à la plastronique

La startup Symbiose a inauguré sa toute nouvelle usine d'impression électronique moulée de 1.600 m2 à Pugnac, dans le nord de la Gironde. Les pièces plastiques qui y seront fabriquées par sérigraphie et thermoformage équiperont des futurs modèles de BMW et Volkswagen dès l'an prochain. L'entreprise de plastronique vise au moins huit millions d'euros de chiffre d'affaires dès 2025 et lorgne déjà un terrain pour s'agrandir.

5 mn

Jean-Pierre Estanol, le directeur général de Symbiose, entreprise de plastronique qui fabrique des pièces électroniques moulées à Pugnac, dans le nord de la Gironde.
Jean-Pierre Estanol, le directeur général de Symbiose, entreprise de plastronique qui fabrique des pièces électroniques moulées à Pugnac, dans le nord de la Gironde. (Crédits : Agence APPA)

6,5 millions d'euros. Ce n'est pas le montant de la cagnotte Euromillions de ce vendredi 13 mai 2022 mais bien le montant investi par la jeune entreprise Symbiose dans son usine inaugurée ce jour. C'est à Pugnac, commune de 2.400 habitants située dans le nord de la Gironde, non loin de Blaye, que Symbiose s'est installée sur 1.600 m2 grâce aux fonds levés il y a tout juste un an auprès d'un groupe d'investisseurs publics et privés.

Lire aussi 5 mnSymbiose implante en Gironde son usine d'impression électronique

Le site, où travaille une dizaine de salariés, comprend une salle blanche de 800 m2 qui accueille trois machines allemandes : deux pour mener les opérations de sérigraphie consistant, grâce à des encres conductrices d'électricité, à imprimer un circuit électronique dans un film plastique ; une troisième de 250 m2 arrivera au mois d'août pour réaliser les étapes de thermoformage donnant leur forme finale aux pièces plastiques intégrant ces films électroniques.

"Fabriquer des surfaces intelligentes"

Ces technologies de plastronique, qui consistent finalement à "fabriquer des surfaces intelligentes", sont bien maîtrisées par Symbiose grâce notamment à un partenariat de plusieurs années avec les équipes du CEA à Grenoble et Pessac. "Ces procédés offrent des gains de place et de poids, une simplification mécano-technique et une très grande liberté de designer", met en avant Jean-Pierre Estanol, directeur général de Symbiose qu'il a cofondé avec l'ingénieur Sebastian Pavlak.

Symbiose

L'une des machines de sérigraphie en salle blanche utilisées par Symbisose (crédits : Agence APPA).

Ces arguments ont séduit l'équipementier automobile allemand Dr Schneider qui a, à la fois, investi dans la startup l'an dernier et confirmé deux commandes fermes. Les premières pièces fabriquées par Symbiose iront donc se positionner sur les tableaux de bord et les portières de la nouvelle BMW Série 5 et de la future Volkswagen Aero B, qui succèdera à l'actuelle Passat, pour des applications aussi bien ergonomiques que purement esthétiques.

"Nous travaillons aujourd'hui sur les pré-séries avant de nous mettre à produire les séries à partir de 2023. Cela doit nous assurer quatre millions d'euros de chiffre d'affaires l'an prochain puis le double en 2024 et cela continuera jusqu'à 2028/2029", esquisse Jean-Pierre Estanol. De quoi viser au moins une cinquantaine de salariés d'ici 2025.

Symbiose

Des pièces d'électronique moulée fabriquées par Symbiose pour l'industrie automobile (crédits : Agence APPA).

Une extension déjà l'étude

Et si d'autres contrats venaient à arriver, Symbiose pourrait viser jusqu'à 12 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel dans son site actuel qui, bien que neuf, semble déjà étroit. "Nous sommes très heureux d'accueillir Symbiose à Pugnac et, au regard de leur feuille de route, nous avons déjà initié avec la Communauté de communes du Grand Cubzaguais les modifications du PLU pour permettre à l'entreprise de s'agrandir sur les 5.000 m2 de zone agricole juste à côté de l'usine", précise à La Tribune Jean Roux, le maire de la commune.

Car une fois adoptée par les berlines allemandes, ces technologies plastroniques devraient se retrouver dans quelques années dans de nombreuses automobiles plus accessibles et même, à terme, sur d'autres marchés tels que l'électroménager ou la domotique. Ouvrant à Symbiose autant d'opportunités commerciales potentielles. Au total, le marché de l'électronique moulée devrait décoller à partir de 2023/2024 pour ensuite atteindre 1,5 milliard de dollars d'ici 2032, selon les dernières estimations de IDTechEx.

Lire aussi 3 mnObjets connectés : le Bordelais Telecom Design lève 70 millions d'euros

Symbiose

Entouré des élues locaux et régionaux et de la préfète de région, Jean-Pierre Estanol, 2e en partant de la gauche, a symboliquement inauguré l'usine Symbiose ce vendredi 13 mai (crédits : Agence APPA).

Soutien de France Relance


  • Symbiose a été notamment soutenue par le plan France Relance via une aide de 800.000 euros issue du fonds d'accélération des investissements dans les territoires. "Depuis septembre 2020, ce fonds a permis de soutenir 138 projets en Nouvelle-Aquitaine pour plus de 61 millions d'euros. 70 % de ces fonds sont allés à des projets situés dans des territoires ruraux", a rappelé Fabienne Buccio, la préfète de région, présente à l'inauguration aux côtés de Lydia Héraud, représentante du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, qui a été partie prenante, via Naco, de la levée de fonds bouclée par Symbiose l'an dernier.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.