Pour « rendre le web meilleur », l'entreprise à mission Opquast mise sur le freemium

Cybersécurité, données personnelles, accessibilité et consommation énergétique : ce sont les quatre risques majeurs adressés par Opquast, entreprise pionnière de la qualité web grâce à ses outils gratuits et sa certification payante. Avec déjà 15.000 personnes certifiées, la TPE veut élargir sa cible grâce à une offre freemium et un lancement, retardé, en Espagne et au Royaume-Uni

3 mn

(Crédits : Agence APPA)

Elie Sloïm, le fondateur et patron d'Opquast, ne s'interdit pas de voir grand, très grand même. La société bordelaise, installée à Cenon, a adopté le statut d'entreprise à mission au printemps 2021 pour formaliser une raison d'être aussi concise qu'extrêmement ambitieuse : "Rendre le web meilleur dans une logique d'amélioration continue." Ni plus, ni moins. "L'entreprise à mission est une bascule qui vient en réalité acter officiellement la réalité de ce que nous faisons depuis 20 ans avec des contenus en licence ouverte pour promouvoir des sites internet plus sobres et plus accessibles. Et cette raison d'être affirme aussi notre ambition internationale", répond simplement Elie Sloïm, pour qui la question de la qualité web est en effet une seconde nature.

Diminuer les coûts de la non qualité

L'activité d'Opquast et de sa douzaine de salariés repose en effet sur la production d'un référentiel de bonnes pratiques en licence ouverte sur la qualité des sites internet et sur une formation en ligne de 14h pour les professionnels du web. Objectif de cette certification payante : fournir un socle de compétences partagées sur les enjeux de la qualité d'un site web ou projet numérique et sur les coûts de la non qualité.

"L'assurance qualité est présente depuis de nombreuses années dans l'aéronautique, l'automobile ou même le jeu vidéo mais pas ou très peu dans le numérique parce que c'est une industrie encore jeune avec des métiers très divers qui fonctionnent en silo et des acteurs fragmentés", observe Elie Sloïm qui identifie pourtant quatre risques majeurs méritant d'être abordés frontalement par les professionnels du numérique : la cybersécurité, la protection des données personnelles, l'accessibilité pour les utilisateurs et l'écoconception pour limiter la consommation énergétique.

Lire aussi 4 mnSobriété numérique : Kairos lance Neptune, un Wordpress éco-conçu en open source

Une offre freemium

Déjà décernée à plus de 15.000 professionnels, la certification Opquast est distribuée principalement par une cinquantaine d'établissements regroupant 200 sites (écoles, entreprises et centres de formation notamment) mais n'est plus éligible au CPF (compte personnel de formation). De quoi générer environ 600.000 euros de chiffre d'affaires en 2021. Mais Elie Sloïm et son équipe veulent désormais élargir leur cible avec une formule Opquast Start permettant un accès gratuit pendant quinze jours au premier module d'une heure de la certification :

"Notre enjeu est de faire mieux connaître ce sujet de la qualité web en permettant aux gens de se l'approprier d'eux-mêmes et de voir s'ils souhaitent aller plus loin. L'objectif est aussi que les structures abonnées poussent ce premier module gratuit auprès de leurs salariés pour parler à un public plus large : aux managers, aux commerciaux, aux responsables marketing, etc.", détaille le fondateur.

Un essor international retardé

Quant à l'objectif de 60.000 certifications fin 2022, évoqué il y a 18 mois dans nos colonnes, il n'est plus d'actualité. Elie Sloïm reconnaît, pour le coup, avoir vu trop grand et trop vite en particulier pour le lancement de sa solution en Espagne et au Royaume-Uni. Il s'en explique : "On est en train de signer nos premiers clients anglophones, c'est le tout début de la démarche. On a pris du retard parce que j'avais sous-estimé le temps extrêmement long de traduction des 500.000 mots du référentiel et le temps d'acculturation nécessaire pour présenter notre offre à l'étranger."

Désormais traduite en anglais et en espagnol, la certification va enfin pouvoir s'exporter mais le fondateur d'Opquast ne s'avance plus à fixer des objectifs chiffrés tant le contexte actuel est aléatoire. En attendant, la TPE peut savourer un succès en librairie : la 3e édition de son livre "Assurance Qualité Web" est paru le 2 décembre dernier (240 pages, Editions Eyrolles, 36 €) s'est déjà écoulée à plus d'un millier d'exemplaires. Il reste encore à le traduire !

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.