Lourds investissements pour "sauver" les petites lignes ferroviaires de Nouvelle-Aquitaine

 |  | 461 mots
Lecture 2 min.
Le protocole d'accord Etat-Région sur l'avenir des lignes ferroviaires de desserte fine de Nouvelle-Aquitaine a été adopté le 2 avril.
Le protocole d'accord Etat-Région sur l'avenir des lignes ferroviaires de desserte fine de Nouvelle-Aquitaine a été adopté le 2 avril. (Crédits : Région Nouvelle-Aquitaine)
395 millions d’euros seront investis sur le réseau ferré de Nouvelle-Aquitaine en 2021. SNCF Réseau, l'État et la Région ont fait le point, le 1er avril, sur l’ampleur de la tâche à accomplir collectivement pour régénérer le réseau. Le lendemain, la Région Nouvelle-Aquitaine a adopté, en séance plénière, un protocole d’accord Etat-Région sur l’avenir des "lignes de desserte fine du territoire". 1,5 milliard d’euros seront engagés jusqu’en 2032.

Ils ont parlé d'une même voix le 1er avril à Bordeaux. SNCF Réseau, la Région Nouvelle-Aquitaine et l'Etat ont annoncé une hausse des investissements en 2021 sur le réseau ferré de Nouvelle-Aquitaine. Après avoir réalisé 325 millions d'euros de travaux en 2020, 395 millions d'euros seront investis cette année sur l'ensemble du réseau dont 160 millions d'euros cofinancés par l'Etat, la Région, des collectivités locales et SNCF Réseau. Des chantiers d'urgence se poursuivront notamment sur les lignes Niort-Saintes, Périgueux-Brive, Agen-Niversac ou encore Périgueux-Limoges. En parallèle, des études préliminaires sont engagées pour préparer les futurs travaux. "Ce qui est décidé aujourd'hui sera réalisé dans quatre ou cinq ans", ont rappelé les différents intervenants.

2.000 kilomètres de "petites lignes"

Le réseau ferroviaire de Nouvelle-Aquitaine, qui comprend 3.410 kilomètres de voies, a la particularité d'être composé de plus de 2000 kilomètres de "lignes de desserte fine" autrement appelées les "petites lignes" qui constituent 62 % du réseau. "Ce réseau régional est le plus grand à l'échelle nationale. La Nouvelle-Aquitaine concentre 18 % des lignes de desserte fine", rappelle Jean-Luc Gary, directeur territorial SNCF Réseau Nouvelle-Aquitaine.

Or ce réseau est dans un état général assez dégradé. Selon un audit réalisé entre 2016 et 2018,  une enveloppe de 1,2 milliard d'euros sur dix ans était jugée nécessaire pour le remettre à niveau. En avril 2019, la Région Nouvelle-Aquitaine avait adopté un plan directeur d'investissements ferroviaires (PDIFER) doté d'une enveloppe de 532 millions d'euros à laquelle il faut ajouter 86 millions d'euros qui seront investis en 2021 et 2022 pour les lignes Niort-Saintes et Poitiers-Limoges.

1,5 milliard sur 2020-2032

Pour la suite, la Région Nouvelle-Aquitaine a adopté en séance plénière, le 2 avril 2021, un protocole d'accord Etat-Région sur l'avenir des lignes ferroviaires de desserte fine du territoire du territoire. "Ça a été chaud", a reconnu le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. "Aprement discuté", a rectifié la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio. Cet accord clarifie et répartit, ligne par ligne, les responsabilités et les financements de chacun des trois partenaires. Ainsi, sur le total de 1,5 milliard d'euros d'investissements prévus pour des travaux de régénération sur la période 2020-2032, 62 % seront supportés par la Région Nouvelle-Aquitaine et les collectivités infrarégionales et 38 % par l'Etat et SNCF Réseau.

A la demande de l'Etat, trois lignes (Busseau-Felletin, Nexon-Brive et Thouars-Bressuire) pourraient par ailleurs être gérées par la Région qui deviendrait autorité organisatrice de transports. Les conditions doivent encore être discutées avec le gouvernement.

Du côté des gares de Nouvelle-Aquitaine, 60 millions d'euros seront investis en 2021, dont 60 % consacrés à la mise en accessibilité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :