Plaxtil innove en fabriquant du plastique recyclable avec des masques

La startup Plaxtil, créée en octobre 2019 à Châtellerault dans la Vienne, a lancé la première solution circulaire de recyclage des masques de protection. Spécialiste des matières, elle les transforme en polymères pouvant se substituer au plastique standard. Plaxtil fabrique ainsi des ouvre-portes, des visières ou encore des cintres eux-mêmes recyclables.

2 mn

Les masques décontaminés et broyés sont utilisés par la société Plaxtil pour fabriquer des objets en plastique.
Les masques décontaminés et broyés sont utilisés par la société Plaxtil pour fabriquer des objets en plastique. (Crédits : Plaxtil)

"Nous ne sommes pas obligés de jeter, brûler ou créer une nouvelle pollution. Arrêtons de dire que les masques ne sont pas recyclables. C'est une aberration", lance Olivier Civil, cofondateur de Plaxtil. Cette startup de Châtellerault dans la Vienne a en tout cas trouvé la solution. "De la même manière que nous sommes capables d'utiliser les tissus et vêtements non recyclables pour la fabrication d'objets en polymères, nous pouvons réutiliser les masques en ajoutant une étape, celle de la décontamination via un tunnel à rayons ultraviolets", précise Olivier Civil. Concrètement, une fois la barre métallique retirée, le textile est broyé puis mélangé à du plastique pour la fabrication d'objets.

Lire aussi : Covid-19 : masque obligatoire à Bordeaux centre face à la propagation inquiétante du virus

Mais Plaxtil y tient. La société s'inscrit dans une démarche d'économie circulaire. "Nous récupérons, en premier lieu, les vêtements d'industriels textiles que nous transformons, par exemple, en cintres qui seront recyclables et viendront remplacer des cintres non recyclables", détaille Olivier Civil. Circulaire, donc, mais aussi solidaire. A ce stade, les masques qui servent à la fabrication d'équipements de protection individuels Covid-19 sont récupérés par une entreprise d'insertion, Audacie, via 50 points de collecte dans le Grand Châtellerault. A l'échelle locale, 10.000 masques sont ainsi récoltés chaque semaine.

Gestion de l'immédiateté

La crise sanitaire a clairement boosté la notoriété de l'entreprise créée en octobre 2019 à l'issue de deux ans de recherche. Depuis l'installation de ses premières machines en juin, les demandes de collectivités et de grands groupes ont explosé, y compris depuis l'étranger. "Nous sommes dans une phase de gestion de l'immédiateté", reconnait Olivier Civil, en attendant la suite.

"Nous avons été contactés par le ministère de l'Economie et des finances qui peut-être tranchera en faveur de la création d'une filière de recyclage des masques. Nous sommes prêts, de notre côté à démultiplier notre technologie sur d'autres territoires. L'avantage, c'est que Plaxtil est petite donc agile, tout en étant adossée à une société, CDA Développement, qui est saine et peut porter des projets industriels", explique Olivier Civil.

Après les masques, Plaxtil aura, de toute façon, toujours une raison d'exister. "100 millions de tonnes de textiles non recyclables, car pluri-matières, sont jetés chaque année dans le monde", rappelle Olivier Civil.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.