Au Front : "Et si on brisait (cette fois vraiment) la fracture sociale numérique ? "

LE MONDE D'APRES. Pendant toute la durée du confinement, La Tribune ouvre ses colonnes à l’entrepreneur bordelais Guillaume-Olivier Doré pour "Au Front", une chronique quotidienne sur les initiatives locales face à la crise sanitaire et économique, pour préparer la riposte et bâtir le monde d'après.

2 mn

Au Front : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie.
"Au Front" : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie. (Crédits : Raising the Flag on Iwo Jima, by Joe Rosenthal. 1945)

Ne nous leurrons pas, la crise actuelle va engendrer de besoins importants côté associations. La précarité est difficile à prendre en charge dans ce contexte pour les populations déjà fragilisées.

La violence de la crise a remis sur le devant de la scène sociale les inégalités flagrantes que nous intuitions tous. Autre effet de bord, les bénévoles, ressource indispensable des associations qui œuvrent au quotidien, sont désormais confinés à leur domicile, renforçant l'impossibilité d'apporter un soutien de terrain.

La réponse à cette crise est principalement dans le "tout numérique". Mais quid de ces populations qui ont certes des outils à leur disposition, mais sont incapables d'en maîtriser les usages ? 40 % des bénéficiaires de l'action sociale en général était déjà privés de ces usages alors que les administrations françaises, première ressource de ces populations, se dirigent justement vers le tout numérique.

 Aujourd'hui, l'ensemble des réponses passe par des logiciels et des applications. Le sujet n'est donc pas les équipements, mais leur usage pour des populations déjà désociabilisées.

Assez schématiquement, le confinement a fait exploser ce besoin : ces populations sont coupées du peu de lien social qu'elle entretenaient jusque là, incapable de faire fonctionner une application de messagerie ou de réaliser une téléconsultation...

Les initiatives se multiplient en Nouvelle Aquitaine, portées par de nombreuses associations concernées au premier chef. Et ça n'est pas qu'une question d'argent (cela reste important évidemment), mais de volonté de rompre définitivement avec la culture de des "bouts de ficelles" avec laquelle nous fonctionnons sur ces sujets depuis longtemps.

 Et que dire de ces populations rendues précaire et isolées par la crise actuelle qui viendront rejoindre les rangs des bénéficiaires de l'aide sociale et qui elles aussi seront de fait exclues de ce nouveau mode tout digital ?

 Faisons éclore une initiative de place, en Nouvelle Aquitaine, pour donner l'exemple.

Lire aussi : Inclusion numérique : les Bordelais d'Aptic récompensés par l'Etat

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.