Soditel peaufine son expertise dans la domotique

 |   |  1038  mots
Depuis l'an dernier, l'entreprise de courants faibles Soditel s'est doté d'un appartement témoin, Le Cube, pour tester les produits domotiques et former ses salariés.
Depuis l'an dernier, l'entreprise de courants faibles Soditel s'est doté d'un appartement témoin, "Le Cube", pour tester les produits domotiques et former ses salariés. (Crédits : Soditel)
Entreprise d'électricité du bâtiment née à Pessac il y a tout juste 40 ans, Soditel mise sur le lean management et sur un rôle de conseil en domotique pour accroître la satisfaction de sa clientèle de promoteurs immobiliers. Confronté à d'intenses difficultés de recrutement, son dirigeant, Grégory Verdon, cible désormais l'efficience plutôt que la croissance.

"On en vient à refuser des clients et à renoncer à se positionner sur certains marchés parce que l'on sait que ça ne rentrera pas de manière qualitative et satisfaisante dans nos plannings", lâche Grégory Verdon, le dirigeant de Soditel. Et ce ne sont pas des profils de développeurs informatiques ou de data scientists (statisticiens des données) qui manquent à l'appel mais de techniciens en télécommunications. Une véritable pénurie de main d'œuvre à en croire cette entreprise spécialisée dans les installations électriques en courant faible (antennes, badges d'accès, interphones, vidéosurveillance, etc.) et fort (domotique) dans la construction neuve, la réhabilitation et le SAV. "C'est la première fois que je constate un vrai blocage lié à la question du recrutement à tel point que c'est même très compliqué, ne serait-ce que de sourcer des candidats", poursuit le chef d'entreprise, qui s'est doté d'une chargée de recrutement à temps plein. Trois postes de techniciens sont actuellement à pourvoir à Pessac.

Diminuer le "rework"

Mais ce n'est pas le seul levier mobilisé pour surmonter ce qui ressemble à une crise de croissance temporaire pour cette entreprise qui fête son 40e anniversaire 2019 avec 50 salariés et 5,2 M€ de chiffre d'affaires attendu. La PME, dont le siège est à Pessac, suit 2.000 sites, opère 8.000 interventions de SAV par an et équipe 800 logements neufs sur la métropole bordelaise. "On a désormais un service commercial structuré et on se trouve face à une problématique de gestion de cette croissance d'activité : les délais de livraison s'allongent et ça touche mécaniquement la satisfaction de nos clients. C'est une préoccupation croissante pour moi et pour les équipes", analyse Grégory Verdon.

Grégory Verdon, Soditel

Grégory Verdon a repris en 1998 l'entreprise créée par son père en 1979 (crédits : Agence APPA).

Le dirigeant, qui achèvera dans quelques mois son mandat de co-président du Centre des jeunes dirigeants de Bordeaux, s'est converti aux principes d'amélioration continue du lean management depuis 2015. Les gains d'efficience dans le fonctionnement de l'entreprise ont donc été identifiés comme un levier naturel pour pallier les difficultés de recrutement. "On travaille quotidiennement pour diminuer le 'rework', c'est-à-dire éviter de venir deux fois au même endroit, de faire deux fois la même intervention parce qu'on avait pas les bons outils ou le bon modèle d'interphone lors de la première intervention", illustre Grégory Verdon qui ne cache pas sa volonté de prioriser désormais l'efficience et la rentabilité de l'entreprise plutôt que la croissance tous azimuts après être passée de 5 à 50 salariés en une vingtaine d'années.

Concrètement, cette lutte contre le "rework" se traduit par le développement du visio-diagnostic, voire du dépannage à distance, grâce au smartphone, de la création de bases de données sur les équipements utilisés le plus couramment, etc. "Cela permet d'intervenir avec les bons outils et de diminuer les doublons et les déplacements pour libérer davantage de créneaux pour les interventions. On a un manager dédié à ce sujet", ajoute le dirigeant.

Développer le conseil en domotique

En parallèle de ses activités historiques et à la demande de ses clients, Soditel a aussi pris le virage de la domotique ces dernières années. "Nous avons créé l'an dernier le Cube, un appartement témoin dédié à la domotique pour présenter notre offre de services, tester les matériels de nos fournisseurs, qui évoluent en permanence, et former nos salariés", indique Grégory Verdon, qui veut positionner Soditel comme distributeur de solutions domotiques au niveau local mais aussi comme expert indépendant :

"On n'est pas de taille à fabriquer nous-même nos composants ni à rivaliser avec les grandes entreprises de l'écosystème de la domotique. Mais, pour autant on ne veut pas subir le marché. Le Cube nous sert donc de laboratoire indépendant pour tester les produits domotiques sur toute une série de critères techniques et nous permettre d'apporter un conseil objectif à nos clients promoteurs immobiliers. C'est une vraie valeur ajoutée sur un marché où les technologies et les produits changent et se périment très vite."

Soditel

Le Cube, l'appartement témoin aménagé dans les locaux de Soditel, à Pessac (crédits: Soditel).

Enceintes connectées et véhicules électriques

Et alors que ce marché de la domotique est bouleversé par l'arrivée des enceintes connectées des géants du numérique (Google et Amazon en tête), Grégory Verdon n'y voit pas tant une concurrence qu'une porte d'entrée pour déployer ses propres services et prestations d'accompagnements :

"Ces enceintes sont des compléments indispensables à notre offre parce que celle-ci fonctionne bien quand elle s'appuie sur un scénario bâti avec chaque usager pour définir ce qu'il attend de la gestion des volets, du chauffage, de l'éclairage ou de la musique quand il se lève le matin ou quand il rentre chez lui le soir. Dans cette logique, la commande vocale est très pertinente, probablement plus qu'un interrupteur ou une application smartphone."

Soditel équipera ainsi les 94 logements construits par Belin Promotion en face de la Halle Héméra, rue Fondaudège à Bordeaux. Concrètement, chaque appartement sera associé à une application qui permet de gérer à distance l'éclairage, les volets ou encore le chauffage. "Au-delà de la livraison du système, chaque occupant sera accompagné physiquement sur le site par un de nos techniciens pour expliquer le fonctionnement domotique et affiner le scénario et les cas d'usage. Cette prestation d'accompagnement est fondamentale si on veut que ces outils soient réellement appropriés et utilisés", complète Grégory Verdon.

Enfin, Soditel entend aussi développer son offre de services auprès des entreprises, hôtels, bureaux et entrepôts en matière de contrôle des accès, d'interphones et de vidéosurveillance, qui ne représente que 10 % de l'activité aujourd'hui, et ses capacités d'installation de bornes de recharge pour véhicules électriques sur les parkings des entreprises et des hôtels. Une activité débutée l'an dernier en partenariat avec le groupe Cahors.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :