Dead Cells : succès mondial pour ce jeu vidéo d'action signé des Bordelais de Motion Twin (2/9)

 |   |  778  mots
Dead Cells, créé par les Bordelais de Motion Twin, s'est écoulé à plus de 1,7 million de copies et a été sacré jeu d'action de l'année 2018.
Dead Cells, créé par les Bordelais de Motion Twin, s'est écoulé à plus de 1,7 million de copies et a été sacré jeu d'action de l'année 2018. (Crédits : Motion Twin)
Avec son jeu d'action Dead Cells, le studio coopératif Motion Twin, implanté à Bordeaux, a tout simplement signé l'un des meilleurs jeux indépendants de l'année 2018, un véritable best-seller salué par les joueurs et critiques du monde entier.

Les huit associés de Motion Twin espéraient en écouler 50.000 copies - un score déjà très honorable pour un jeu indépendant - mais six mois après sa sortie officielle, les ventes de Dead Cells dépassent désormais 1,7 million d'unités ! Un immense succès auprès des joueurs mais aussi des critiques du monde entier puisque le titre a récolté une pluie de trophées dont le prestigieux "Game Award" du meilleur jeu d'action 2018 remis à Los Angeles le 7 décembre dernier.

La qualité de Dead Cells a été saluée dès la période d'accès anticipé. Ce jeu d'action rogue-lite 2D est porté par une direction artistique en pixel art et un gameplay aussi intuitif qu'exigeant. Le tout a été développé pendant 18 mois pour un budget de quelques centaines de milliers d'euros. De quoi assurer une solide assise financière à Motion Twin dont le chiffre d'affaires a bondi de 4,7 M€ en 2017 à plus de 10 M€ en 2018 !

Le succès d'une société coopérative

Ce succès est d'autant plus remarquable qu'il s'agit de la première incursion du studio sur PC et consoles de salon. « On a beaucoup scruté le marché avant de se lancer et on attache beaucoup d'importance à la qualité de nos produits mais on n'avait pas vraiment anticipé un tel phénomène », reconnaît Sébastien Bénard, le co-gérant du studio créé en 2001. Comme d'autres acteurs néo-aquitains, tels que Black Flag et La Poule Noire, Motion Twin a choisi dès 2005 d'adopter le statut de Société coopérative et participative (Scop) : « C'est ce qui correspondait le mieux à nos pratiques qui s'articulent autour de trois principes : égalité de salaire, de temps de travail et de voix dans les décisions, qui sont toujours prises de manière collégiale », reprend Sébastien Bénard. En parallèle, le studio a engendré Indie Catapult, une agence de marketing et d'édition dotée de cinq salariés pour venir en appui à d'autres productions indépendantes.

Dead Cells

La direction artistique de Dead Cells est volontairement "old school" en pixel art 2D (crédits : Motion Twin)

Mais le succès de Dead Cells change la donne :

« Il est clair que Motion Twin figure désormais sur la carte mondiale du jeux-vidéo. Nous avons beaucoup de discussions en interne sur l'opportunité de grandir et on a été contacté par des studios plus gros mais nous voulons rester indépendants et notre statut de Scop nous sécurise de ce point de vue », tempère le co-gérant du studio.

Un voire deux recrutements sont néanmoins dans les tuyaux pour compléter l'effectif de ces artisans du jeu vidéo : « On cherche quelqu'un de techniquement compétent, de pluridisciplinaire et avec la capacité et la volonté d'adhérer à notre projet coopératif. Mais on ne veut pas aller au-delà d'une dizaine de personnes. »

Motion Twin

L'équipe de Motion Twin dans leurs locaux bordelais. Sébastien Bénard est le 3e en partant de la droite (crédits : Agence Appa).

Un nouveau jeu est bien évidemment déjà dans les têtes de ces artisans du jeux-vidéo qui ont désormais les moyens de voir plus grand : « On a prouvé qu'on pouvait réaliser un gros jeu avec une petite équipe, le défi maintenant c'est de confirmer ! Et réaliser un jeu en monde ouvert constituerait un vrai beau challenge... La seule certitude pour l'instant c'est qu'on ne veut pas refaire un rogue-lite. On a besoin de s'attaquer à un autre univers en termes de gameplay et de graphisme ! » Dans l'immédiat, le succès de Dead Cells oriente le studio vers le développement d'un contenu additionnel téléchargeable qui « s'il se fait, prendrait la forme d'une extension conséquente », glisse Sébastien Bénard.

-------------------------

Au cours des prochains jours, nous publierons notre enquête complète, "Ces Bordelais qui cartonnent dans le jeu vidéo" dédiée à l'écosystème du jeu vidéo à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine et parue dans La Tribune Hebdo datée du 23 novembre 2018. Il est possible de consulter la version numérique en format pdf ici.

Les autres volets du dossier sont accessibles ici :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :