Game Camp 2019 : le rendez-vous manqué de la filière du jeu vidéo en Nouvelle-Aquitaine (3/9)

 |   |  519  mots
(Crédits : Game Camp)
La candidature bordelaise pour accueillir en 2019 le Game Camp, l'évènement professionnel de référence de la filière du jeu vidéo, a échoué notamment en raison d'un manque de coordination régionale entre Bordeaux et Angoulême. De quoi laisser un goût amer aux professionnels du secteur.

Organisé depuis deux ans à Lille par le Syndicat national du jeux-vidéo (SNJV), le Game Camp a réuni en juin dernier plus de 700 professionnels, s'installant ainsi comme l'évènement de référence de la filière. Bordeaux Games, l'association qui fédère les professionnels du jeu vidéo en Nouvelle-Aquitaine, a postulé pour accueillir l'édition 2019... en vain. La candidature bordelaise a échoué à quelques points du projet lillois qui a, à nouveau, décroché l'organisation.

Aménagement du territoire contre logique de filière

Interrogé, le SNJV évoque « une belle candidature bordelaise qui manquait de maturité... et d'un soutien financier régional à la hauteur ». De quoi laisser un goût amer aux studios girondins qui regrettent l'engagement trop timide de la Région Nouvelle-Aquitaine et ses hésitations entre Bordeaux et Angoulême pour accueillir l'évènement. Ou quand une logique d'aménagement du territoire et une logique de filière économique s'entrechoquent. « La Région est garante de l'aménagement du territoire et du développement économique, elle doit donc s'interroger sur le lieu où organiser cet évènement en tenant compte en particulier des savoir-faire dans le domaine de l'image présents à Angoulême. Or, cette discussion préalable n'a pas eu lieu », justifie Mathieu Hazouard, le conseiller régional en charge du numérique.

Mais, du point de vue des acteurs bordelais et angoumoisins comme du SNJV, une candidature 100 % bordelaise est la seule viable au regard de la forte concentration locale des studios de développement, des possibilités d'accueil de la métropole et du fait qu'Angoulême organise déjà son Videogame Executive Forum qui a sa propre logique et fonctionne bien. L'association Angoulême JV avait d'ailleurs appuyé sans ambiguïté la dynamique bordelaise. « J'entends les arguments des uns et des autres et si à l'avenir tout le monde est convaincu qu'il faut organiser Game Camp à Bordeaux alors la Nouvelle-Aquitaine soutiendra le projet sans ambiguïté. C'est ce que nous faisons déjà pour Cartoon Movie sur l'animation et B-Boost sur le logiciel libre », promet Mathieu Hazouard.

Rendez-vous est donc pris pour candidater à l'édition 2020 d'autant que le SNJV l'assure : en tant que seconde région française en nombre d'entreprises de jeux vidéo (117 dont 39 % de studios de développement), la Nouvelle-Aquitaine serait parfaitement légitime pour accueillir un tel évènement.

-------------------------

Au cours des prochains jours, nous publierons notre enquête complète, "Ces Bordelais qui cartonnent dans le jeu vidéo" dédiée à l'écosystème du jeu vidéo à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine et parue dans La Tribune Hebdo datée du 23 novembre 2018. Il est possible de consulter la version numérique en format pdf ici.

Les autres volets du dossier sont accessibles ici :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :