Bordeaux Métropole : y a-t-il trop de vélo dans le nouveau schéma des mobilités ?

Le nouveau schéma des mobilités voté par Bordeaux Métropole met davantage de vert dans les transports. Un virage incarné par un important plan vélo, qui inquiète ou enthousiasme. C'est un peu pareil pour le tramway, dont la mise en sommeil du développement fait peur à l'opposition et à la Fédération nationale des associations des usagers des transports mais qui ravit l'association citoyenne métropolitaine Trans'CUB. Le métro reste lui le grand oublié, au grand dam de l'opposition de droite.

10 mn

Y aura-t-il de nouveaux conflits d'usage de la circulation impliquant les vélos ?
Y aura-t-il de nouveaux conflits d'usage de la circulation impliquant les vélos ? (Crédits : AdobeStock)

Voté sans problème, le schéma des mobilités adopté par Bordeaux Métropole le 23 septembre ne fait pas tout à fait l'unanimité chez les représentants associatifs et les élus métropolitain. A commencer bien sûr par l'ancienne majorité métropolitaine, qui incarne désormais l'opposition de droite et du centre au président (PS) Alain Anziani et à la coalition PS-EELV, au sein de la coalition du centre et de droite Métropole Commune(s) dirigée par l'ex-président métropolitain, Patrick Bobet.

Lire aussi 7 mnBordeaux Métropole : un nouveau schéma des mobilités qui ne fait pas table rase du passé

Ce nouveau schéma des mobilités a pour but de réorienter l'ensemble des systèmes de circulation de la Métropole sur la base d'une nouvelle planification. La nouvelle majorité a décidé de faire la part belle au vélo, à la marche à pied, mais aussi au développement des bus à haut niveau de service (BHNS), rebaptisés « Bus express » et d'un RER métropolitain, qui repose sur la ligne de ceinture, de nouveaux TER, avec la création de nouveaux points de contacts en Gironde, comme à la gare d'Arcachon, à l'Ouest, ou celle de Langon, au Sud.

L'opposition face au spectre du "tout vélo"

La nouvelle majorité entend ainsi sortir du "tout tramway" des années Juppé en décidant notamment ne pas mener au bout au moins deux projets d'extension du réseau tram : vers Gradignan au Sud-Ouest (au-delà de la rocade) et Saint-Médard-en-Jalles, à l'Ouest (idem). Effrayés depuis le début des années 2010 par l'idée d'une métropole à un million d'habitants les Bordelais, au sens métropolitain du terme, vont devoir s'habituer au fait que d'ici 2030 le réseau des transports collectifs de la Métropole, déjà en voie de saturation, va devoir incorporer 270.000 à 300.000 voyageurs de plus par jour...

C'est notamment à l'aune de cette prévision que l'opposition a décidé de répliquer à la majorité, et pour Patrick Bobet le compte n'y est pas. Principalement parce que le nouveau schéma "fait du vélo la colonne vertébrale de la réponse, nous n'avons pas cette vision : ce sont les transports en commun qu'il faudrait ériger en socle" relève l'opposition, qui condamne ainsi le choix d'un mode de transport peu ou pas polluant mais individuel.

Un premier clou dans le téléphérique

Parmi ses autres critiques, Métropole Commune(s) rejette la vision qu'a la majorité métropolitaine du tram, soulignant "le tramway n'est pas ringard et nous sommes la seule métropole à nous en éloigner". L'opposition condamne l'abandon du tram de Gradignan, une ville il est vrai de droite, mais qui compte 25.778 habitants et qui est la "porte d'entrée sud-ouest de la Métropole bordelaise et du domaine universitaire". L'opposition s'en prend aussi au projet de téléphérique urbain.

"Ce n'est pas une solution de long terme, ni adaptée en termes de transport de masse (seulement 10.000 personnes/jour dans le meilleur des cas). Enfin un coût énorme : 50 millions d'euros", tacle Métropole Commune(s).

Lire aussi 5 mnZFE, 30 km/h, free floating : ce qui va changer à Bordeaux en matière de mobilités

Développer un tram à bas coût, éviter Bordeaux

Pour faire face à la nouvelle vague de voyageurs qui s'annonce, Métropole Commune(s) préconise donc l'extension des lignes de tram déjà votées, mais aussi la création de lignes de tramway à bas coût, "à partir d'un maillage transversal du réseau existant". Alors que les travaux de passage à deux fois trois voies ne sont pas encore achevés, l'opposition propose de faire passer la rocade bordelaise (le plus long périphérique de France, avec 45 kilomètres) à deux fois quatre voies en contrepartie d'un abaissement de la vitesse maximale à 70 km/h.

Métropole Commune(s) propose de réaliser aussi le tronçon de délestage en projet entre Langon (sud Gironde) et Limoges, via les autoroutes A62, A63 et A89, un nouveau contournement autoroutier qui permettrait d'éviter la Métropole, la construction sur la Garonne d'un nouveau pont en aval, après le pont d'Aquitaine, le lancement d'une réelle étude opérationnelle sur le métro et la mise en place d'une nouvelle gouvernance associant l'ensemble des territoires de l'aire métropolitaine....

Lire aussi 7 mnUne ligne et 18 stations : l'association Métro de Bordeaux affine son projet de mobilités

Fnaut : oui au RER métropolitain, non au tout vélo

Très pointilleuse quant à son indépendance d'esprit, la Fnaut (Fédération nationale des associations des usagers des transports), dont Christian Broucaret est le président Nouvelle-Aquitaine, a aussi fait connaitre son point de vue sur le sujet. Elle critique elle aussi la trop grande place faite au vélo dans le nouveau schéma des mobilités et la mise en sommeil du réseau tramway. La Fédération se félicite par contre de l'annonce de la poursuite par la majorité de la mise en place d'un RER métropolitain, avec un plan de développement fixé jusqu'à 2028.

Lire aussi 5 mnRaccordements et souterrains : les remèdes des usagers pour le tramway bordelais

"C'est un projet qui va dans le bon sens !", pour la FNAUT, qui voit dans cette contrainte de circulation pendulaire des salariés (25 % viennent de l'extérieur de la Métropole mais génèrent 58 % des kilomètres parcourus en voiture) un des supports au mouvement des Gilets jaunes, quand il a été question d'augmenter le prix des carburants.

BHNS : la fédération les juge très inférieurs au tramway

Le fait que la Métropole renonce à tout investissement dans des infrastructures de mobilité collective lourde d'ici 2026, va selon la Fnaut a contre-temps des besoins. La Fédération qui regrette que les trois extensions de tramway "prévues" à Saint-Médard-en-Jalles, Gradignan et Parempuyre aient été annulées par la Métropole d'un trait de plume.

La fédération souligne que les bus à haut niveau de service (BHNS), que la Métropole va développer, ne peuvent en aucun cas rivaliser avec le tramway. Si ce dernier est "deux fois plus coûteux à court terme que le BHNS" il est "quatre fois plus ambitieux sur le plan environnemental, en raison de sa capacité et de son attractivité". Pour faire court, la fédération observe que par rapport à une ligne de bus standard le BHNS permet de gagner +34 % de clientèle, contre +130 % avec un tram, et qu'à long terme ce dernier est 12 % moins cher qu'un bus à haut niveau de service.

Un deuxième clou dans le téléphérique

Signalons enfin que la Fnaut, favorable à la création d'un "pré-métro" avec l'aménagement souterrain de certains trajets du tramway, tient à disqualifier le téléphérique, dont elle a déjà étudié certaines installations, comme à Brest.

Lire aussi 6 mnTéléphériques, bateaux, métros : comment relier les deux rives de Bordeaux Métropole en 2050 ?

"Dans son étude Bordeaux Métropole évoque 10.000 voyageurs par jour et un coût de 50 millions d'euros. 10.000 voyageurs par jour : c'est la norme d'une liane (grosse ligne de bus à Bordeaux Métropole, dont le réseau compte 16 lianes -Ndlr)".

Un écart de coût incomparable sachant, rajoute la fédération, qu'un téléphérique nécessite un mois d'arrêt par an, avec des fermetures préventives qui peuvent parfois atteindre 11 heures par jour.... Pour ne prendre que ces exemples.

Lire aussi 6 mnToulouse teste le plus long téléphérique urbain de France

Trans'CUB applaudit le plan vélo et marche

Si la Fnaut dénonce une place démesurée accordée par le nouveau schéma de la Métropole au vélo, avec des risques de conflits d'usage, et la mise au ban des personnes âgées, malades ou qui ne veulent pas faire de vélo, l'association citoyenne Trans'CUB salue le travail accompli par les élus "et approuve les actions concernant le vélo et la marche à pied, actions en rupture avec le passé, en ce qu'elles démontrent cette fois-ci un engagement crédible et concret".

L'association citoyenne métropolitaine présidée par Jacques Dubos, dont Denis Teisseire est la figure de proue, "approuve cette nouveauté que constitue l'abandon du tout-tramway". Trans'CUB estime qu'il y a une ségrégation entre le tram et le bus, le second étant dévalorisé par rapport au premier. Un avis assez tranché étant donné les énormes progrès réalisés par le réseau de bus au cours des dernières années dans la Métropole.

Ne pas oublier de penser aux gaz à effet de serre

Trans'CUB occupe des positions totalement opposées à celles de la Fnaut. L'association citoyenne bordelaise manifeste ainsi son contentement après la confirmation de l'abandon des dessertes en tramway de Saint-Médard-en-Jalles, Gradignan et Parempuyre. Autant de projets qui, selon l'association, n'auraient rendu service qu'à un petit nombre de personnes, au détriment du plus grand nombre.

Comme la Fnaut par contre, Trans'CUB regrette que Bordeaux Métropole n'ait pas largement consulté les citoyens sur ces sujets. D'où l'appel de Trans'CUB à la mise en place, à partir du document stratégique initial sur les mobilités, d'une "co-construction sur les déplacements longs portant sur les autres modes : voiture particulière, transports collectifs, et sur les infrastructures associées".

Un document auquel Trans'CUB reproche de ne pas simuler l'évolution probable des émissions de gaz à effet de serre et de ne pas indiquer de résultat à attendre dans ce domaine avec les décisions prises. D'où la proposition de Trans'CUB de prévoir un traitement spécifique pour la lutte contre le dérèglement climatique, qui puisse faire l'objet d'un traitement annuel.

Lire aussi 7 mnBordeaux Métropole à l'ère de la mobilité post-covid

Enfin, l'association Métro de Bordeaux, déçue de voir l'étude sur un métro à l'horizon 2030 à nouveau retoquée, dénonce "une stratégie des mobilités au doigt mouillé". L'association considère que "la nouvelle stratégie des mobilités de Bordeaux Métropole ne répond à aucun des enjeux qui attendent le territoire. Avec un calendrier précipité et aucune étude sur les coûts, la rentabilité socio-économique et le bilan carbone."

10 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/10/2021 à 10:25
Signaler
Je me pose la question pourquoi les vélos et les bus ensembles dans les couloirs BUS ? Est-ce pour ralentir les bus, faire peur aux vélos quand ils sont suivis par ces mastodontes ? On ne parle jamais des 2 et 3 roues motorisés ? Ce ne sont peut êtr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.