A Poitiers, Léonore Moncond'huy, nouvelle égérie de l'écologie, passe aux travaux pratiques

 |   |  1475  mots
Léonore Moncond'huy lors de l'annonce de son élection à la mairie de Poitiers.
Léonore Moncond'huy lors de l'annonce de son élection à la mairie de Poitiers. (Crédits : Benoit Dujardin)
Elue à la surprise générale au fauteuil de maire de Poitiers, Léonore Moncond'huy, qui était jusqu'ici conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine va commencer à mettre son programme municipal en application. Elle entend restructurer le réseau de transports collectifs du Grand Poitiers, mais aussi participer au soutien de l'économie. Un de ses premiers objectifs : retirer le Grand Poitiers du financement de l'aéroport de Poitiers-Biard. Cette jeune élue veut aussi déclencher dès cet été un plan d'aide pour permettre aux enfants en difficulté de partir quelques jours en vacances, et mise sur une bonne coopération de sa collectivité avec la Région Nouvelle-Aquitaine.

Léonore Moncond'huy, la nouvelle maire EELV de Poitiers, à la tête de Poitiers Collectif (Ecologie, justice sociale et démocratie), aura sans conteste été la révélation de ces élections municipales 2020. Nettement menée aux points par son adversaire socialiste Alain Claeys au 1e tour, avec 23,89 % des voix contre 28,21 %, la benjamine de ce scrutin municipal rendu exceptionnel par la pandémie de coronavirus et la longue période de confinement qui a précédé le second tour, a littéralement renversé la table, remportant au final l'élection de Poitiers avec 42,85 % des voix.

Devant un Alain Claeys laissé sur place à 35,6 %. Alors qu'à Lille l'affrontement entre le PS et EELV a failli tourner au pugilat, et que la socialiste Martine Aubry l'a emporté au finish sur Stéphane Bally, à Poitiers la jeune égérie écologiste tout juste âgée de 30 ans, elle a fêté son anniversaire entre les deux tours, a foudroyé le vieux baron socialiste, sans d'autre bruit que celui des bulletins de vote tombant dans les urnes.

Lire aussi : Haro sur la "bétonisation" : la percée verte aux municipales inquiète le monde du logement

L'avion au coeur des premières décisions

A Bordeaux, Pierre Hurmic, le nouveau maire EELV, à la tête du collectif Bordeaux Respire ! était allié au PS. A Poitiers la question ne s'est même pas posée. Quand on l'interroge à ce sujet Léonore Moncond'huy a l'air presque gêné. "Non il n'y a eu aucune négociation, aucun contact", observe-t-elle, comme pour évoquer l'énormité du fossé qui la séparait de cette icône socialiste poitevine, qui briguait un troisième mandat à la mairie de Poitiers.

Lire aussi : Urbanisme, logement, entreprises : zoom sur le programme de Pierre Hurmic à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :