Elections municipales : ce qu'en attendent les chefs d'entreprise de Gironde

 |   |  636  mots
Le besoin de foncier abordable, tant pour l'activité économique que pour l'habitat, figure parmi les premières préoccupations des 450 chefs d'entreprises girondins interrogés.
Le besoin de foncier abordable, tant pour l'activité économique que pour l'habitat, figure parmi les premières préoccupations des 450 chefs d'entreprises girondins interrogés. (Crédits : Agence Appa)
La CCI Bordeaux Gironde, le Medef Gironde et la CPME Gironde ont sondé en janvier dernier 450 chefs d'entreprises du département pour connaître leurs attentes vis-à-vis des élections municipales des 15 et 22 mars. Plusieurs tendances se dégagent : une meilleure accessibilité du territoire ; la limitation des surfaces commerciales de périphérie ; le soutien au commerce de centre-ville et la mise à disposition d'un foncier et de logements plus abordables.

Faire entendre la parole des chefs d'entreprise girondins en ces temps de campagne électorale : c'est l'objectif de la consultation menée conjointement en janvier dernier par la CCI Bordeaux Gironde et les instances départementales du Medef et de la CPME. 450 entrepeneurs, dont 69 % issus de la métropole bordelaise, ont répondu aux questionnaire structuré en quatre thèmes.

1/ Favoriser l'attractivité économique de la commune

La nécessité d'une meilleure accessibilité du territoire est la première priorité exprimée par les sondés en matière d'attractivité. Suivent deux préoccupations très pragmatique sur le plan économique et financier : la mise à disposition de foncier économique à des prix abordable, d'une part, et des politiques d'incitations fiscales (aides, subventions, dégrèvements....), d'autre part. Le besoin de davantage de logements abordables et d'une meilleure répartition géographique des implantations d'entreprises est également cité.

Lire aussi : Les notaires de Gironde sont formels : en 2019 le marché immobilier s'est bien porté

2/ Développer un environnement favorable pour votre business

Le premier sujet de préoccupation des chefs d'entreprises répondant est la limitation du développement et de l'installation de surfaces commerciales de périphérie combinée à un soutien plus marqué au commerce de proximité. Les sondés souhaitent également que soient davantage utilisés les compétences et services présents localement et être davantage associés aux décisions politiques ayant un impact sur leur activité économique. Le grand contournement autoroutier de Bordeaux refait aussi surface tandis que les questions liées au très haut-débit et à la formation figurent également parmi les réponses.

Lire aussi : Fibre optique : 81 % des logements et bureaux de Bordeaux Métropole sont désormais éligibles

3/ Améliorer la cadre de vie

Là encore, la première réponse des entrepreneurs interrogés concerne le soutien aux commerces de centre-bourg et de centre-ville. Suivent un aménagement urbain de qualité et la possibilité de loger les actifs sur la commune où ils travaillent. L'exemplarité énergétique pour les bâtiments et équipements publics, la mixité entre logement et activités économiques au sein d'un même quartier, et la sécurité sont également exprimées tout comme le besoin d'améliorer la collecte des déchets des entreprises.

Lire aussi : "Planter des arbres en ville c'est bien mais pas décisif contre le réchauffement climatique"

4/ Faciliter les déplacements dans le territoire

L'amélioration de la desserte en transports en commun est la réponse la plus donnée par les entrepreneurs girondins, devant le développement des pistes et aménagements cyclables ! La question du stationnement en centre-ville vient ensuite, suivie des bornes de recharge électrique et de l'optimisation des livraisons urbaines (espaces logistiques de proximité, hôtels logistiques, services mutualisé, etc.).

Lire aussi : L'économie girondine est toujours plus empêtrée dans ses embouteillages

5/ Quelle filière d'avenir pour le territoire girondin ?

Ni le vin, ni l'aéronautique ne figurent parmi les réponses à cette question ouverte. En revanche, les métiers liés à la transition climatique, à l'environnement et à l'écologie arrivent en tête : économie circulaire, énergies vertes, écotechnologies, etc. Suivent le tourisme puis l'économie numérique.

Lire aussi : Une Epoque Formidable : quand s'inspirer du vivant résonne comme une urgence

/////////////////////////

Un débat sur les enjeux économiques le 4 mars à Bordeaux

Emploi, attractivité, développement économique : le mercredi 4 mars prochain, Thomas Cazenave, Nicolas Florian, Pierre Hurmic et Philippe Poutou participeront à un débat organisé par La Tribune. Les quatre candidats les mieux placés dans la course à la mairie de Bordeaux confronteront leurs propositions sur les enjeux économiques de la métropole bordelaise : politique d'attractivité et de rayonnement, bataille de l'emploi et de la formation et avenir des principaux pôles de développement économique.

>> Entrée libre mais inscription obligatoire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :