Bordeaux se dote d'une chaire pour explorer les transports intelligents connectés

 |   |  661  mots
(Crédits : CC Pixabay by naive_eye)
"Mobilité et transports intelligents" : la chaire lancée par l'Enseirb-Matmeca de Bordeaux INP, la Fondation Bordeaux université et l'Université de Bordeaux, et cinq mécènes locaux, vise à approfondir la formation, la recherche et les transferts de technologie dans ce secteur stratégique. Des tests grandeur nature sont prévus.

Systèmes de transports intelligents coopératifs, convoyage, 5G, cybersécurité, internet des objets, géo-traitement des données, algorithmes, intelligence artificielle, capteurs temps réel, Radar et Lidar, architecture cloud : tous ces domaines de recherche liés aux véhicules connectés et autonomes seront abordés par la chaire "Mobilité et transports intelligents" lancée ce mercredi 2 octobre par l'Enseirb-Matmeca de Bordeaux INP, la Fondation Bordeaux université et l'Université de Bordeaux. Une démarche co-financée par cinq mécènes régionaux : Egis exploitation Aquitaine, Geosat, Gertrude, l'Ifsttar et NeoGLS (ex Géoloc Systems).

Lire aussi : Geosat, à Bordeaux, se paie Viamapa, à Porto

De quoi débloquer 220.000 € de financements directs sur une période de cinq ans auxquels s'ajouteront d'autres ressources de la Région Nouvelle-Aquitaine et de programmes de recherche européens notamment. Une dizaine de chercheurs, doctorants et stagiaires devraient y être rattachés à temps plein. "L'objectif est bien d'aller de la recherche en laboratoire jusqu'au prototypage et au test grandeur nature en embrassant tous les aspects des systèmes de transport intelligents coopératifs : l'amélioration de la sécurité, de la mobilité et de la qualité de vie, la baisse de la consommation d'énergie et l'apparition de nouveaux services", expose Mohamed Mosbah, porteur de la chaire et professeur en informatique à Bordeaux INP, visiblement heureux de voir ce projet aboutir "à l'issue d'une trentaine de réunions depuis deux ans" et quelques jours après la tenue à Bordeaux du congrès international ITS 4 Climate (systèmes de transports intelligents pour le climat).

Rhoban et la Robocup : l'exemple à suivre

Via une étroite collaboration entre la recherche, la formation et les entreprises, cette nouvelle chaire devra notamment mettre sur pied des équipes de recherche visibles aux plans national et international ; développer des coopérations concrètes avec les entreprises locales, petites et grandes, notamment sur les capteurs, les données, la sécurité et l'algorithmique ; et favoriser les transferts de technologies entre le public et le privé. "En termes de retombées,on s'attend à des créations d'entreprises et de startups et des développements d'entreprises existantes telles que Geosat et NeoGLS mais aussi à la formation de nos étudiants à ces métiers experts pour qu'ils soient ensuite recrutés par ces entreprises", poursuit Mohamed Mosbah.

Pour l'avenir de la chaire au-delà des cinq prochaines années, tant en termes de recherche fondamentale que de recherche appliquée, l'informaticien a une référence en tête : le succès du Labri (Laboratoire bordelais de recherche en informatique) et de son équipe de robotique Rhoban. Les quadruples champions du monde de la Robocup, dont les deux dernières éditions, organiseront à Bordeaux la prochaine édition en juin 2020.

Lire aussi : Pourquoi la Robocup 2020 est stratégique pour la robotique française

Et à l'instar du parcours de Rhoban, les parties prenantes de la chaire sont ainsi déterminées à ne pas laisser d'autres acteurs, notamment étrangers, occuper le terrain et explorer ce secteur stratégique. "Ne laissons pas les entreprises américaines ou d'autres réaliser les expérimentations à notre place , y compris à Bordeaux. Profitons de l'expertise scientifique et technique locale et de nos forces vives pour avancer", considère ainsi Cédrik Ferrero, le directeur général de Geosat. Une question aussi de souveraineté numérique.

Dans l'immédiat, la chaire organisera les 6 et 7 décembre 2019 un hackaton en partenariat avec le programme UAM (urban air mobility, mobilité aérienne urbaine) et la future chaire de Sciences Po et de son Forum urbain sur les nouvelles mobilités baptisée Novamob.

////////////////////

En juin dernier, La Tribune a consacré une série d'articles aux acteurs du véhicule autonome en Nouvelle-Aquitaine :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :