Alain Juppé : "L'impact économique de la LGV est à la hauteur de nos attentes"

 |   |  608  mots
Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole et maire de Bordeaux
Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole et maire de Bordeaux (Crédits : APPA)
Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, juge que l'impact économique de la LGV Paris - Bordeaux, qui fête sa première année, a été au niveau des attentes, voire supérieur. Il revient également sur l'attractivité de la capitale girondine.

Que pensez-vous des retombées de la première année de fonctionnement de la LGV ?

"J'estime qu'il s'agit d'une grande réussite. Tous les indicateurs sont au vert et même plus, ils dépassent nos espérances. La SNCF a évoqué une hausse du trafic entre Bordeaux et l'Ile-de-France de 70 % avant la grève, un doublement du nombre de voyageurs professionnels. Les villes intermédiaires desservies ont également connu des effets positifs. Il faut aussi noter que grâce à cette nouvelle connexion plus rapide vers Paris, la fréquentation de l'axe Toulouse - Bordeaux a progressé de manière importante. C'est donc un succès qui nous conforte après nous être beaucoup battus pour obtenir 18,5 allers-retours directs entre Bordeaux et Paris. Parallèlement, le trafic TER a également progressé, ce qui tend à prouver que l'opposition entre le TGV et le train du quotidien est un peu artificielle."

Le bilan économique est-il lui aussi à la hauteur de vos attentes ?

"Oui. Nous nous étions bien préparés, notamment avec le lancement autour de la gare Saint-Jean de l'opération d'intérêt national Bordeaux Euratlantique, pour qui un tiers des projets ont déjà été engagés. Sur le bilan économique, il faut lier bien sûr l'infrastructure à la reprise de la croissance mais on peut souligner que 2017 aura été une année exceptionnelle avec un taux de création d'emplois nets spectaculaire dans la métropole, 11.000 environ, soit une hausse de 4 %. Les années précédentes, nous étions plutôt autour de 6.000 à 7.000 nouveaux emplois. Il n'est pas possible de dire que la LGV a été totalement déterminante dans leurs choix, car de nombreux facteurs entraient en ligne de compte, mais des entreprises comme Hermès, Betclic, Deezer ont récemment annoncé leur implantation dans la métropole. On voit d'ailleurs que quand les entreprises consultent leurs salariés, Bordeaux ressort souvent en tête des choix de nouvelles implantations. C'est ce qui s'est passé avec Deezer notamment. L'éditeur de jeux vidéo Ubisoft est arrivé il y a quelques mois et se développe plus vite que prévu. Sur Euratlantique, on parle maintenant dans les projets qui s'y créent de 50 % d'emplois exogènes au territoire. Ce sont 75.000 m2 de bureaux qui vont être livrés cette année. Cette attractivité est vraiment confirmée et va se poursuivre, je l'espère. Même si les Bordelais trouvent que les prix de l'immobilier augmentent, c'est vrai. Il ne faut pas non plus oublier l'impact de la LGV sur le tourisme qui a explosé. La ville est sillonnée de visiteurs. On voit d'ailleurs bien que la ligne à grande vitesse a eu un impact car depuis que la grève a débuté, le tourisme a ralenti."

Lire aussi : LGV Bordeaux-Paris : un an après, qu'a changé la grande vitesse ?


Avez-vous eu des discussions avec la SNCF pour augmenter le nombre d'allers-retours quotidien, et avec Hop ! Air France pour limiter la baisse du nombre de rotations de la navette aérienne Bordeaux - Orly ?

"Concernant la SNCF, nous n'avons pas exprimé de besoins supplémentaires. Si la croissance du trafic se poursuit, ce sera à elle de dire si elle souhaite augmenter la fréquence des trains. Du côté de l'aérien, je crois que pour Orly, on parle d'une baisse de 30 à 40 % du trafic. Il y a eu des ajustements de la part d'Hop ! Air France. Je trouve que l'aéroport a assez bien encaissé le choc, signe que sa stratégie de diversification vers les compagnies à bas coût, les liaisons internationales et la politique d'investissement menée porte ses fruits."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2018 à 5:16 :
En France on aime le vieux, surtout quand il est sage et a bcp voyage au Canada.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :