Linguali, première startup bordelaise foudroyée par le Covid-19

 |   |  451  mots
James Anderson et François-Xavier Bodin, les deux fondateurs et dirigeants de Linguali.
James Anderson et François-Xavier Bodin, les deux fondateurs et dirigeants de Linguali. (Crédits : Appa)
Créée en 2014 et spécialisée dans l'interprétariat sur le marché évènementiel, Linguali a été liquidée le 1er avril 2020 laissant quatre salariés sur le carreau. Tous ses clients et son modèle économique se sont évaporés en quelques jours fin février, avant même le confinement. Récit.

Une histoire qui se termine de manière aussi foudroyante qu'inattendue. "Notre marché c'est l'évènementiel et, à partir de la mi-février, tous nos clients ont annulé leurs commandes en l'espace de seulement quelques jours. A tel point que le 1er mars, c'était déjà terminé puisqu'on était à la fois short en trésorerie et sans aucune perspective commerciale", témoigne auprès de La Tribune, François-Xavier Bodin, co-fondateur de la startup Linguali. L'entreprise, créée en 2014 à Bordeaux avec James Anderson, puis accompagné par le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2020 à 19:06 :
cash is king...C est bon tu as compris?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :