Léa Nature, un des deux leaders du marché bio en France, se démarque par l'éthique

 |  | 1265 mots
Charles Kloboukoff
Charles Kloboukoff (Crédits : Mélanie Chaigneau)
Avec près d'une vingtaine de marques au compteur, Léa Nature s'impose comme un super poids lourd sur les marchés du bio en France. Cette société, devenue l'an dernier "entreprise à mission", a intégré la philanthropie dans son développement. Elle vient ainsi de faire basculer Jardin Bio, sa marque phare dans l'alimentaire, en mode "étic", et met la dernière main à un programme d'investissement de 100 millions d'euros lancé en 2017.

Léa Nature, fondée en 1993 par Charles Kloboukoff, qui la dirige, a réussi en moins de 30 ans à discrètement se hisser au premier rang du marché des produits bio en France. Un secteur en pleine explosion où le groupe charentais-maritime, installé à La Rochelle, s'est attaché jusqu'ici à occuper un maximum de segments de marché. Alimentation, santé et diététique, beauté et hygiène... jusqu'à l'entretien de la maison : au fil du temps Léa Nature a déployé la bagatelle de dix-huit marques, dont six pour le seul secteur alimentaire, même si Jardin Bio reste son vaisseau amiral.

Lire aussi : Bio : la Nouvelle-Aquitaine 2e région française en surfaces cultivées

Avec cette stratégie, Charles Kloboukoff, diplômé d'une école de commerce et issu de la grande distribution, a cherché à réduire son exposition au risque tout en occupant un maximum de segments sur le marché tricolore des produits naturels et bio. Quand on l'interroge sur l'impact du Covid-19, le dirigeant, dont le groupe (consolidé par la holding Compagnie Biodiversité), affiche une croissance moyenne de +15 % par an, pour un chiffre d'affaires consolidé de 450 millions d'euros en 2019, revient sur les éléments clés de la dynamique de Léa Nature :

"La crise du Covid a eu des effets très contrastés mais ne nous a pas épargné puisque nous avons perdu 15 à 20 % d'activité sur trois mois. Le secteur des cosmétiques, qui génère un peu plus de 26 % de notre activité, a été le plus touché. Tandis que le secteur alimentaire à survendu, avec tous ces...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :