Carrefour lance à Bordeaux sa première blockchain vin

 |   |  461  mots
Grâce au QR code présent sur l'étiquette, les consommateurs peuvent accéder à une interface regroupant des informations sur le parcours du produit, de la vigne jusqu'à sa mise en rayon.
Grâce au QR code présent sur l'étiquette, les consommateurs peuvent accéder à une interface regroupant des informations sur le parcours du produit, de la vigne jusqu'à sa mise en rayon. (Crédits : HL)
Alors qu’une trentaine de produits bénéficient déjà de la technologie blockchain, Carrefour poursuit son déploiement en l’appliquant au vin, en marque Carrefour Bio. Et c’est à Bordeaux que la première blockchain vin a été lancée, en partenariat avec des partenaires locaux : Maison Johanès Boubée (sa filiale vin), les Caves de Rauzan et Terre de Vignerons. Alors qu'un seul vin est pour le moment concerné, le Large Malartic Bio, toutes les informations sur le parcours de ce produit sont désormais accessibles via un QR code.

Après le poulet d'Auvergne, les oeufs, le saumon frais ou encore le Camembert de Normandie de la filière Qualité Carrefour, le vin de Bordeaux 2019 bio Large Malartic n'aura bientôt plus de secret pour les consommateurs. Choisi en particulier en raison d'un volume important -300.000 col par an- il s'agit du dernier produit concerné par le lancement d'une blockchain par Carrefour. A l'heure où 90 % de ses clients sont équipés d'un smartphone, l'enseigne a fait le choix, il y a 3 ans, de développer cette technologie pour des questions de transparence et de traçabilité. "La blockchain c'est une usine à produire de la confiance avec des informations non modifiables. L'agriculteur est, lui,  partant dans la mesure où l'information qu'il délivre reste la sienne et que personne ne passe derrière lui pour la modifier", a expliqué Emmanuel Delerm, directeur organisation et responsable du programme blockchain de Carrefour, en déplacement à Bordeaux pour le lancement de la première blockchain vin.

Concrètement, grâce à un QR code présent sur l'étiquette, les consommateurs peuvent accéder par l'intermédiaire de leur smartphone à une interface regroupant des informations sur le parcours du produit, de la vigne jusqu'à sa mise en rayon : lieu de récolte, chiffres clés, mode de production... "La première étape a consisté à mettre à plat toutes les informations des partenaires avant de choisir ce que nous allions mettre à disposition du client. Sachant que les consommateurs passent entre 1 minute et 1 minutes 30 sur ce type d'information, il a été décidé de communiquer sur l'entreprise qui fait le produit, à savoir les vignerons, sur les certifications obtenues ainsi que sur les contrôles effectués pour une traçabilité complète du produit", explique Isabelle Charnot, directrice qualité et développement durable pour la Maison Johanès Boubée, filiale vins du groupe Carrefour, basée à Bordeaux, qui livre 300 millions de litres chaque année.

Techniquement, c'est une blockchain de consortium qui a été mise en place, "c'est-à-dire que seuls les acteurs du produit ont le droit d'intervenir. Il y a plus de sécurisation et moins d'énergie consommée par rapport à une blockchain publique", précise Garance Osternaud, chef du projet blockchain qui fait travailler au sein de Carrefour une dizaine d'informaticiens pour le codage de la donnée.

A ce stade, un seul vin est concerné. "Nous...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :