Meetropolitan, les bureaux partagés s'embourgeoisent à Bordeaux

 |   |  556  mots
(Crédits : Meetropolitan)
Longeant la place des Quinconces, au cœur de Bordeaux, un espace de coworking (bureaux partagés) de 600 m2 baptisé le Meetropolitan vient d'émerger dans un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle. Ce "club de sociétés" grand standing mise sur le chic et l'élégance pour se différencier, dans un esprit d'hôtellerie de luxe.

C'est ce que l'on appelle le nomadisme entrepreneurial. L'immeuble accueille sur trois niveaux des espaces de bureaux partagés, des "consulats d'affaire", autrement dit des bureaux privés, des "créatives rooms" et autres salles de réunions thématiques. Ici, grands noms et signatures côtoient des créateurs émergents et des trouvailles vintage. "La confiance accordée par le porteur de projet, l'association de nos références, de nos culture et sa vision concernant la mutation des espaces de travail nous ont permis de travailler en collaboration afin d'exploiter au maximum les espaces de l'immeuble", datant du XVIIIe siècle, explique l'architecte Frédéric Fort de l'Agence Fort & Salier Architecte.

À louer au mois comme à la demi-journée, ces différentes surfaces se destinent plutôt à une clientèle aisée.

"Cela peut être un château du bordelais qui rapatrie ses équipes commerciales en centre-ville où des cadres de multinationales qui utilisent le Meetropolitan comme tremplin, avant de trouver leurs propres bureaux. Beaucoup de consultants sont aussi intéressés et, dans une moindre mesure, certaines startups qui ont déjà réalisé une levée de fonds", indique la chargée du développement Marine Ardizzoni.

Invisibles, les outils technologiques se dissimulent dans les moindres recoins : accès à Internet haut débit, réseau privé, casiers connectés, coffres-forts individuels, murs interactifs et espaces pour s'isoler au téléphone... Certaines innovations frappent par leur originalité, comme cette « black room » où les chefs d'entreprise peuvent organiser leurs entretiens et les séances photos pour leurs produits. La list des services est longue : solarium, bagagerie, espace de détente, douches, cireuse à chaussure... "Tous les matins, le petit-déjeuner et la presse quotidienne sont disponibles au bar. Le club n'est pas juste un centre où l'on travaille, c'est un lieu d'échange, de partage et de bien-être", ajoute la responsable des lieux Mariavittoria De Filippis.

Le prestige au service de l'attractivité bordelaise

Pour s'offrir ces services, il faut débourser au minimum 260€ HT par mois pour accéder aux espaces de coworking et jusqu'à plus de 1000€ HT pour un bureau d'exception. "Une offre séduisante et encore jamais proposée dans les alentours, adéquate pour chercher l'innovation et trouver des réponses d'entrepreneurs" selon Marine Ardizzoni. Et l'explosion du nombre d'espaces de co-working à Bordeaux ne semble pas déstabiliser les responsables : "C'est un lieu très innovant, nous avons déjà beaucoup de demandes, le propriétaire a voulu un centre à l'image de ce qu'il a pu rencontrer lors de ses différents voyages, un lieu inspiré et inspirant."

Au fondement de la SAS Office Métropole Services pour le Meetropolitan, on retrouve d'ailleurs Marc Angotti, un entrepreneur bordelais détenteur de plusieurs entreprises dans le secteur de la finance. L'homme d'affaires, qui souhaite pour l'instant rester en retrait du projet, a donné carte blanche à Mariavittoria De Filippis et Marine Ardizzoni pour gérer cet espace. "La ville est au centre d'une métropole active de 28 communes et les chefs d'entreprises y voient le second territoire le plus attractif de France. Enfin, Bordeaux, labellisée French Tech, nourrit un véritable écosystème du numérique et de l'économie créative, avec près de 7.300 entreprises représentant 24.000 emplois et où plus de 200 start-up s'épanouissent", rappelle Marine Ardizzoni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :