Vins de Bordeaux (CIVB) : le vignoble se prépare à un choc commercial sans précédent

 |   |  1079  mots
Des vignes dans le Bordelais
Des vignes dans le Bordelais (Crédits : PC / La Tribune)
Malgré la crise que traverse le vignoble bordelais, 2019 ne sera pas une année totalement noire. Si elles ont fléchi au 4e trimestre, les ventes de bordeaux ne se sont pas effondrées comme vient de le montrer le bilan 2019 du CIVB (Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux). Il n'en reste pas moins que les prémices d'une crise chinoise historique se sont manifestées, sans parler de l'impact des sanctions américaines et des risques liés au Brexit.

Le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), présidé par Bernard Farges, a présenté le bilan 2019 de l'activité du vignoble bordelais ce mardi 10 février à Paris. Dans son allocution le président a tout d'abord souligné que le millésime 2019, dont 4,9 millions d'hectolitres ont été récoltés, s'annonce comme une réussite.

"En termes qualitatifs, tous les signes sont au vert pour la naissance d'un beau millésime : de la fraîcheur pour les vins blancs et rosés, de la souplesse et de l'équilibre pour les vins rouges", a indiqué Bernard Farges.

Depuis le 2e semestre 2019, le vignoble bordelais est, comme beaucoup d'autres en France, pris dans la tourmente de la guerre économique mondiale déclenchée par les Etats-Unis, aussi bien contre la Chine continentale que l'Union européenne, sans compter le contre-coup économique de la quasi insurrection qui a secoué Hongkong jusqu'à la fin de l'année et l'apparition, tout d'abord cachée puis minorée par le régime communiste chinois, du coronavirus dans la province du Hubeï.

Lire aussi : "Les vins de Bordeaux doivent assumer et montrer leur diversité" (Bernard Farges, CIVB)

Un CA de 3,9 milliards d'euros en recul de 4 %

Sans être dominant en volume pour le vignoble bordelais, l'export pèse très lourd. Sur les 4,1 millions d'hectolitres de vins...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2020 à 14:57 :
comme dit le film.."le plus dur c'est pas la chute.. "
cela fait des années que le vignoble bordelais dit vivre une crise .. je trouve que ce vignoble ne s'adapte pas assez au monde dans lequel il vit et ne fait pas sa transformation digitale alors qu'il a entamé une transformation environnementale (contraint et forcé)

D'ici 20 ans on predit un climat similaire à l'Espagne, de facto on ne fera plus du bordeaux comme avant et cela, ils ne sont pas du tout en train de le préparer les seigneurs bordelais ..ah mais j'oubliais..ils s'en foutent ils investissent dans le nouveau monde..pas à Bordeaux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :