Enquête pour détournements de fonds publics : des proches d'Alain Rousset en garde à vue

Quatre ex-membres du cabinet d'Alain Rousset, le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, ont été entendus en garde à vue ces derniers jours dans le cadre de l'enquête pour détournements de fonds publics pendant la campagne électorale de 2015.

4 mn

Malgré l'enquête en cours sur d'éventuels détournements de fonds publics en 2015, Alain Rousset a été réélu président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine le 2 juillet 2021.
Malgré l'enquête en cours sur d'éventuels détournements de fonds publics en 2015, Alain Rousset a été réélu président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine le 2 juillet 2021. (Crédits : Thibaud Moritz / Agence Appa)

Révélées par le quotidien régional Sud Ouest, mardi 3 mai, ces gardes à vue interviennent un peu plus d'un an après l'enquête ouverte par le parquet national financier en mars 2021 et les perquisitions survenues au conseil régional deux mois plus tard. Désormais pilotée par le parquet de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, cette enquête sur de possibles détournements de fonds publics au cours de la campagne électorale 2015 a été déclenchée par une plainte contre X pour détournements de fonds publics déposée début 2021 par David Angevin.

Lire aussi 12 mnDétournements de fonds publics : l'enquête du PNF sur Alain Rousset en cinq questions

Ce conseiller technique au cabinet d'Alain Rousset, en charge de l'écriture des discours et des éléments de langage, de 2015 à 2018, puis directeur du projet "Université du futur", a été licencié pour insuffisances professionnelles par le conseil régional en 2020. S'en est suivie une profonde inimitié personnelle entre les deux hommes. A noter qu'en janvier 2022 le tribunal administratif de Poitiers a annulé ce licenciement et enjoint la Région à régulariser la situation de David Angevin.

Selon Sud Ouest, les quatre anciens membres du cabinet d'Alain Rousset ont été placés en garde à vue dans les locaux de la division des affaires économiques et financières de la direction zonale de la police judiciaire de Bordeaux. Parmi eux figurent l'ancien directeur de cabinet Patrick Volpilhac (désormais directeur général de l'Alca, l'Agence pour le livre et le cinéma en Nouvelle-Aquitaine), Pierre Cuvelier, l'ancien chef de cabinet, ainsi que Julien Martret, responsable de la communication.

Trois dénouements possibles

La Région Nouvelle-Aquitaine ne fait aucun commentaire mais confirme que "plusieurs personnes appartenant au cabinet du président de Région en 2015 ont été entendues et le seront dans les prochains jours à l'hôtel de police à Bordeaux [...] dans le cadre de l'enquête diligentée en préliminaire." Selon nos informations, des responsables politiques de l'époque, notamment dans les rangs de l'opposition, ont également été entendus par les enquêteurs ces derniers mois.

Après avoir auditionné les proches collaborateurs et ex-collaborateurs d'Alain Rousset et examiné tous les éléments en leur possession, les enquêteurs entendront nécessairement le président de région pour le confronter aux éléments précis réunis au cours de l'enquête. Ensuite, trois possibilités : le classement sans suite ; la poursuite devant le tribunal correctionnel si les éléments sont suffisamment probants ; ou l'ouverture d'une information judiciaire menée par un juge d'instruction, s'il apparaît nécessaire de poursuivre les investigations par des vérifications complémentaires.

/////////////////////////

Les dates clef :

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.