Nouvelle-Aquitaine : Alain Rousset réélu président du conseil régional

Alain Rousset, le président socialiste sortant, a été réélu sans difficultés, face à la candidate du Rassemblement national, à la présidence du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Pour ce 5e mandat qui l'emmènera jusqu'en 2028, il a réaffirmé son cap du développement économique, devenu sa marque de fabrique, et insisté sur les enjeux de santé et environnementaux.

4 mn

Alain Rousset a été réélu président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vendredi 2 juillet
Alain Rousset a été réélu président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vendredi 2 juillet (Crédits : Thibaud Moritz / Agence Appa)

"Les années qui viennent seront celles des urgences : la lutte contre le réchauffement climatique, le maintien de la biodiversité et le maintien d'une vitalité économique particulièrement pour les jeunes. [...] Montesquieu disait "J'aime les paysans, ils ne sont pas assez savants pour penser de travers". Mes chers collègues tâchons de conserver ce bon sens paysan pour ne pas penser de travers au cours de ce nouveau mandat", a prévenu d'entrée Jean-Pierre Raynaud, le doyen d'âge, ce vendredi 2 juillet lors de l'installation d'une assemblée régionale sensiblement renouvelée et rajeunie.

Alain Rousset, le président (PS) sortant, a été réélu par 109 voix contre 28 voix à Edwige Diaz, représentant le Rassemblement national, seule autre candidate en lice. S'y ajoutent 46 bulletins blancs ou nuls. Le socialiste a donc réuni huit voix de plus que les 101 sièges détenus par sa majorité (PS, PC, PRG) tandis que la candidate d'extrême-droite en a récolté deux de plus que ses 26 sièges. Alain Rousset a promis de confier la présidence de la commission des finances à un élu de l'opposition tout en écartant par principe le Rassemblement national, premier groupe minoritaire en nombre de sièges.

Lire aussi 6 mnRégionales : ce qu'il faut retenir du second tour en Nouvelle-Aquitaine

Alain Rousset

Alain Rousset, le 2 juillet 2021, lors de sa première prise de parole après sa réélection (crédits : Thibaud Moritz / Agence APPA).

A l'issue d'une campagne en plein déconfinement et d'un scrutin frappé par l'abstention, le président sortant était arrivé nettement en tête au second tour après avoir écarté toute fusion avec ses alliés écologistes de la précédente mandature. "C'est une émotion extraordinaire", a partagé Alain Rousset avant de saluer "les candidats de toutes les listes qui se sont engagés dans la campagne" et "les têtes de liste à qui j'adresse un salut républicain et fraternel". "Cette élection est la source d'une immense fierté [...] notamment pour notre projet ambitieux, juste, écologique et solidaire qui a su convaincre une majorité des électeurs", a-t-il poursuivi, avant de rappeler le penchant pour l'économie qui le caractérise :

"Nous continuerons sur l'emploi, le développement économique, la réindustrialisation, la reconquête économique, notamment sur la fabrication des médicaments [...] Cette nouvelle mandature doit être le théâtre d'un renforcement de l'action régionale sur la santé avec le projet One Health qui lie la santé du monde humain, du monde animal et du monde végétal, avec notamment la création d'une école vétérinaire publique à Limoges."

Lire aussi 17 mnDéveloppement économique : quels sont les ingrédients de la méthode Alain Rousset ?

La transition écologique et climatique avec la sortie des pesticides dès 2030 a aussi été mise en avant par le nouveau président du conseil régional. Disposant de la majorité absolue dans l'hémicycle régional, Alain Rousset aura donc toute latitude pour déployer son propre programme, sans avoir à négocier des éléments avec les écologistes. A 70 ans, est-ce que Alain Rousset ira au bout de ce mandat de sept ans jusqu'en 2028 ? "Il y a plusieurs personnalités dans ma liste qui seront capables de me succéder. Mais je ne sais pas encore qui. Je pense évidemment à ma succession. Je ne suis pas de ces politiques qui disent : après moi, le chaos", a-t-il répondu au quotidien Sud Ouest.

A noter, l'absence remarquée de Geneviève Darrieussecq, la tête de liste LREM-Modem à l'élection régionale arrivée en 5e et dernière position au second tour. Celle qui est aussi ministre déléguée aux Anciens combattants était dans la Meuse avec le Premier ministre pour commémorer le 105e anniversaire de la bataille de Verdun.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 02/07/2021 à 13:54
Signaler
"Alain Rousset a promis de confier la présidence de la commission des finances à un élu de l'opposition tout en écartant par principe le Rassemblement national," Non faut arrêter si c'est par principe par morale c'est nul mais ça m'étonnerait, c'...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.