inHeart lève 3,7 millions d'euros pour mieux soigner l'arythmie cardiaque

 |   |  884  mots
La visualisation en détail du coeur par l'application inHeart (notre photo).
La visualisation en détail du coeur par l'application inHeart (notre photo). (Crédits : inHEART)
La jeune pousse bordelaise inHeart développe les jumeaux numériques des coeurs malades atteints d'arythmie afin de faciliter l'intervention des praticiens. Cette première levée de fonds doit lui permettre d'accélérer son développement commercial mais aussi de renforcer sa technologie où s'hybrident recherches de pointe en électrophysiologie cardiaque et en imagerie 3D. Cette startup, fruit de plusieurs années de recherches, veut s'imposer sur le marché mondial.

La société inHeart, à Pessac (Gironde/Bordeaux Métropole), annonce la levée de 3,7 millions d'euros pour améliorer le traitement des arythmies cardiaques grâce à une innovation complexe qui combine imagerie, intelligence artificielle et simulation numérique. Cette première opération financière doit permettre à la startup inHeart d'accélérer son développement commercial en Europe et d'entrer sur le marché des Etats-Unis, tout en continuant à muscler son avance technologique via l'intelligence artificielle et la simulation numérique des phénomènes électriques du cœur.

Lire aussi : Deeptech Tour : comment le tissu universitaire bordelais crée des startups issues de la recherche

Cette levée a été réalisée auprès d'Elaia, un fonds d'investissement parisien dirigé par Xavier Lazarus spécialisé dans la deeptech (innovations technologiques liées à la recherche fondamentale), dont les tickets oscillent habituellement entre 300.000 et 3 millions d'euros, et d'Aquitaine Science Transfert, société d'accélération du transfert de technologie de l'Université de Bordeaux, avec le soutien de la Région, avec l'Agence...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :