Aquitaine Science Transfert (Satt) boucle 2019 avec près de 3 M€ investis

 |  | 408 mots
Lecture 2 min.
Maxime Feyeux et Kevin Alessandri, cofondateurs de Treefrog Therapeutics, une des startups innovantes portées par Aquitaine Science Transfert.
Maxime Feyeux et Kevin Alessandri, cofondateurs de Treefrog Therapeutics, une des startups innovantes portées par Aquitaine Science Transfert. (Crédits : Treefrog Therapeutics)
Optimiser le passage des innovations issues de la recherche publique au marché privé : c’est l’objectif de la Société d'accélération de transfert de technologie Aquitaine Science Transfert, qui finit l’année avec 2,9 M€ investis.

La société d'accélération du transfert de technologie (Satt) Aquitaine Science Transfert, dont la fonction est d'optimiser le passage des innovations issue de la recherche publique sur le marché, annonce avoir investi 2,9 M€ en 2019 pour assurer la maturation technico-économique de 15 projets innovants. Aquitaine Science Transfert, qui est liée à l'Université de Bordeaux, assure dans ce cadre précis de la maturation son soutien financier pour permettre aux chercheurs de finaliser leurs inventions par le biais d'une démonstration de faisabilité (français du Canada à la place de preuve de concept tiré de l'anglais proof of concept ou Poc-NDLR) pré industrielle.

Une étape indispensable pour assurer la migration des innovations sur le marché. Aquitaine Science Transfert, présidée par Maylis Chusseau, rappelle que trois voies de transfert sont possibles pour ces projets : la création d'une startup, la signature d'un accord d'exploitation avec une entreprise, qui va lancer le produit, procédé ou service, ou la conclusion d'un accord de collaboration pour codévelopper la technologie.

sciences

La commercialisation des innovations issues de la recherche reste un enjeu crucial.

La santé en tête du peloton 2019

Sur les 15 projets innovants financièrement appuyés cette année par la Satt, 4 s'inscrivent dans une co-maturation avec un partenaire privé extérieur, 8 vont être licenciés à un tiers et 3 vont se traduire par la création d'une entreprise. Le secteur de la santé domine largement ces innovations puisque 7 des 15 projets aidés relèvent de ce domaine, dont 5 sont issus de l'appel à démonstrateur Fast Track Innovation, lancé par Aquitaine Science Transfert en janvier dernier dans le domaine spécifique des dispositifs médicaux, relève la direction de la Satt. Sachant que 4 projets concernent les domaines de l'énergie et des filières vertes et les 4 derniers les télécommunications et le numérique.

Rappelons qu'en avril dernier, Aquitaine Science Transfert a vu l'Etat reconduire, après audit, la part de financement qu'il accorde à la Satt, soit 14 M€ dans le cadre des Programmes d'investissement d'avenir. Depuis sa création en 2012 et jusqu'en 2017 la Satt Aquitaine Science Transfert a injecté une moyenne annuelle de 3,4 M€ dans la maturation des projets innovants qu'elle porte. La Satt Aquitaine Science Transfert a pour actionnaires, en plus de l'Université de Bordeaux, l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (Uppa), le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2020 à 18:03 :
Pour bien comprendre l'injection de capital de 14 millions par l'Etat, il regarder les comptes : capitaux propres négatifs de moins 10 millions en 2018. La SATT est, en fait, en faillite. il n'y a que l'Etat pour nous dire que c'est un Investissement d'Avenir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :