Le Grand port maritime de Bordeaux passe au vert pour emprunter 5 millions d'euros

 |  | 831 mots
Lecture 4 min.
La bataille pour relancer au maximum l'activité de l'avant-port de Bassens est lancée, et elle sera verte.
La bataille pour relancer au maximum l'activité de l'avant-port de Bassens est lancée, et elle sera verte. (Crédits : Thomas Sanson / Ville de Bordeaux)
Le Grand port maritime de Bordeaux a contracté un prêt à impact d'un montant de 5 millions d'euros auprès d'Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels. Il s'agit d'un prêt à taux bonifié qui doit conduire le port à développer des démarches sociale et environnementale plus vertueuses. La réorientation de ces pratiques sera évaluée par un cabinet indépendant.

Le Grand port maritime de Bordeaux (GPMB) met les bouchées doubles pour remettre au meilleur niveau ses installations, en particulier dans la plus importante de ses plateformes portuaires, celle de Bassens, pour espérer récupérer plus de trafic. C'est ainsi que le nouveau directeur général du port, Jean-Frédéric Laurent, a débloqué un investissement de 9 millions d'euros pour mener cet objectif à bien.

Lire aussi : Avec l'Ostrea, le port de Bordeaux (GPMB) se dote d'une drague écolo de dernière génération

Investissement dans lequel le GPMB, dont Philippe Dorthe est le président du conseil de surveillance, a pris la décision d'injecter un prêt à impact d'un montant de 5 millions d'euros, qui a été contracté auprès d'Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels. Il ne s'agit pas d'un nouveau type de prêt dopé aux stéroïdes avec un taux d'intérêt variable vendu à zéro pourcent mais adossé à un actif ultra spéculatif, comme pourrait l'être le shilling tanzanien,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :