Des associations protestent contre les ambitions éoliennes de la Région Nouvelle-Aquitaine

 |   |  605  mots
Onze associations attaquent la Région Nouvelle-Aquitaine face aux contradictions entre développement de l'éolien et préservation de la biodiversité.
Onze associations attaquent la Région Nouvelle-Aquitaine face aux contradictions entre développement de l'éolien et préservation de la biodiversité. (Crédits : RTE)
Multiplier par 2,5 la production d'énergie éolienne d'ici 2030. C'est l'objectif du Sraddet (Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires) approuvé par la Région Nouvelle-Aquitaine en décembre 2019 et condamné par les opposants aux éoliennes. Onze associations ont ainsi décidé d'attaquer la Région en justice face à ce qu'ils jugent être un « écocide ».

Un total de 2.790 éoliennes - contre environ 700 aujourd'hui - réparties dans 462 parcs : tel est l'objectif fixé par la Région Nouvelle-Aquitaine pour passer d'une production de 4.140 à 10.350 GW/h d'ici 2030. Actée dans le Sraddet (Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires), voté en décembre dernier et approuvé par la préfète de Nouvelle-Aquitaine en mars, la production doit ainsi être plus que doublée en 10 ans. Un moyen pour les collectivités territoriales d'atteindre les objectifs nationaux en terme de consommation énergétique. Le gouvernement a en effet fixé à 30 % la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique française d'ici 2030, contre environ 17 % aujourd'hui.

" Ça ne répond à aucune nécessité et c'est une aberration totale ! Introduire des éoliennes est une folie car elles ne produisent qu'à 23% de leur potentiel à cause des conditions de vent. Les Allemands ont été obligés d'ouvrir des centrales à charbon pour compenser les pertes de l'éolien", assure Jean-Loup Reverier, représentant de l'association Défense des marais de l'Estuaire.

Lire aussi : Agriculture et énergie solaire : quels modèles économiques ?

La Région Nouvelle-Aquitaine est déjà une grosse productrice d'énergie renouvelable dans le pays, tout particulièrement grâce à l'énergie solaire, avec une part de 23% sur l'ensemble de sa production énergétique, niveau de l'objectif européen pour 2020 pas encore atteint par la France. Selon les chiffres avancés par les opposants à l'éolien, la région exporterait même chaque année 17kw/h d'électricité produite à partir des engins à vent. Pourtant, le taux de couverture de la consommation d'électricité dans la région par l'éolien ne s'élève qu'à 4,7% contre une moyenne de 7,2 au niveau national en 2019 (données RTE).

Lobby de l'éolien

"Nous sommes indignés devant ce déni de démocratie. On veut supprimer certaines éoliennes qui pourrissent la vie des gens", revendiquent les associations. Les arguments avancés par les opposants sont multiples. Économiques d'abord, car, selon eux, "aucune éolienne n'est fabriquée sur le sol français." Un problème évident pour l'emploi dans le pays. Environnementaux ensuite, puisque l'implantation de parcs éoliens engendre artificialisation des sols et perte de biodiversité. "L'éolien est écocide. Chaque éolienne stérilise 0,6 hectare de sol. De la biodiversité et des chaînes existantes il ne reste que des cadavres. Les haies et forêts sous-jacentes disparaissent alors qu'elles sont des refuges pour la faune", accuse ainsi Philippe Guétat, ingénieur agronome. Et sanitaires, du fait de pathologies engendrées sur les riverains, notamment par les nuisances sonores. Des habitants de Lussac-les-Châteaux (Vienne) témoignent par exemple d'un "stress perpétuel" induit par la présence des éoliennes à proximité immédiate de leur habitat. Sans parler de la dévaluation évidente sur les prix de l'immobilier, que plusieurs tribunaux ont évalué de 10 à 40 %.

Onze associations - une par département de la région, excepté les Pyrénées-Atlantiques - ont donc déposé un recours devant le tribunal administratif dans le courant du mois de juin. Objectif : pointer la contradiction entre le 51e objectif du Sraddet, portant sur le développement de l'éolien, et d'autres articles du même programme valorisant la préservation de la biodiversité. "Le lobby France énergie éolienne a été beaucoup plus entendu que les professionnels du tourisme, qui représentent pourtant 9 % du PIB régional, s'offusque Stéphan Pelletier, gérant d'un camping à Milhac-de-Nontron dans le Parc naturel régional Périgord-Limousin (Dordogne). Si j'ai un parc éolien à proximité de mon camping, je peux mettre la clé sous la porte."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2020 à 10:23 :
La région investit elle dans les centrales qui fourniront de l'électricité quand les éoliennes ne tourneront pas ou pas à la bonne vitesse ?
On oublie ce coût de l'éolien à chaque fois.
L'éolien ne produit qu' 1/3 du temps !
Les 2/3 qui manque c'est bougie ?
Et les subventions aux énergies renouvelables c'est 30% de la facture d'électricité.
On se moque de nous...
De plus les éoliennes sont importés et ont une durée de vie de 15 ans
a écrit le 16/07/2020 à 8:59 :
Il faut construire un EPR à la place de ce projet, là ils diront "OUI !" (c'est 0 carbone, l'idéal).
Le stress est psychologique ? J'ai campé près d'une grande éolienne en Suède, ai rien remarqué de particulier, hors bruit de fouet des pales, ça coupe l'air. Une étude suisse dit qu'il n'y a pas de problème à ce niveau là, ni infrasons nocifs.
Les Allemands s'ils ont fermé leurs réacteurs nucléaires, il faut bien compenser par quelque chose de carboné. Trump voudrait qu'ils achètent du gaz US (cher, il faut le liquéfier et le transporter à -160°C) et surtout pas du russe dans de gros tuyaux !
A voir ensuite comment gérer le bloc de béton qui sert à stabiliser ces engins, d'autant plus massif que l'engin est haut, ça serait bête de la voir basculer quand y a une tempête.
En mer ça défigure le paysage (et pourrait faire baisser la valeur des biens, surtout ça le critère), sur terre ça dérange (y a que 20% de territoire, je crois, apte à en recevoir, on ne peut en mettre partout).
De grands champs de panneaux photovoltaïques, ça serait une possibilité.
Il y a eu des oiseaux morts une fois, les vétérinaires pathologistes ont trouvé une maladie qui a tué ces pauvres bêtes, elles n'étaient pas heurtées par les pales (se méfier des apparences ou légendes urbaines).
Réponse de le 16/07/2020 à 10:56 :
Renseignez vous sur le coup de fabrication/d’entretien d'un EPR et surtout de ça réel production donc rendement, Si le pays ne veux pas sortir de l'électricité (ce qui semble pas le cas en voyant les voitures) alors faisont en sorte d'en produire suffisamment via le nucléaire qui a l'heure actuel ne peut être arrêté...
a écrit le 15/07/2020 à 19:01 :
C'est vrai qu'avoir une centrale nucléaire ce n'est pas stressant !!
Peut-être que la véritable raison c'est la dévaluation du patrimoine de certains propriétaires.
De toute façon en France on est contre tout.
Réponse de le 16/07/2020 à 11:01 :
Si demain une usine produisant des batteries électrique ouvrait a côté de chez moi je serais moins tranquille que si on m’annonçait la création d'une centrale aussi proche... Croyez vous qu'une entreprise du CAC40 en ai quelque chose a ciré de vous tuer ou de polluer en rejetant des produits chimiques qui lui coûterons moins cher en amendes qu'à les recycler? Cela accentuer par la pression que le taux de chômage leur offre en menacent de délocaliser ou de ne pas payer cette amende le jour où ils la recevront...
Avez vous vu beaucoup de pb dans les centrales françaises pour dire ce type de commentaire? Inquiétons nous le jour où l'état les privatisera...
a écrit le 15/07/2020 à 17:30 :
Les eoliennes , les ours il est urgent de mettre un terme à ces importations étrangères.
a écrit le 15/07/2020 à 16:25 :
"Si j'ai un parc éolien à proximité de mon camping, je peux mettre la clé sous la porte."

Alors que si c'est une centrale nucléaire il double sa clientèle?

J'invite cordialement tous les membres de ces associations anti-tout à prouver qu'ils peuvent personnellement vivre en étant déconnectés du réseau, sans utiliser d'énergie fossile. Et on en reparlera ensuite.
Réponse de le 16/07/2020 à 9:00 :
En Corse, une fois j'ai campé sous des lignes THT, mal placé le camping (y a des pointes partout sur une tente :-) ).
a écrit le 15/07/2020 à 16:19 :
Je comprends les associations s'opposant aux éoliennes, mais trouve regrettable que la raison de fond pour s'opposer à l'implantation des éoliennes ne soit pas évoquée: cette voie est juste pour le pays un vaste gâchis d'argent. Ça ne sert strictement à rien chez nous sinon à terme à faire monter le prix de l'électricité et à contribuer au réchauffement climatique.

Les éoliennes comme le photo-voltaïque est intermittent et non pilotable. Il a besoin, pour alimenter le réseau en continu jour et nuit, qu'il y ait du vent ou pas, de sources complémentaires fossiles (charbon en Allemagne surtout, gaz ailleurs). Cela revient à maintenir en activité des centrales fossiles de production d'électricité, et donc à polluer et à renchérir le coût de l'électricité.

Les bon exemple est l'Allemagne: ce pays a dépensé 520 milliards d'€ en ENR (éolien surtout), a maintenu en activité toute ses centrales fossiles, avec pour résultat une électricité 2 fois plus chère que chez nous et 7 fois plus polluante! Bravo.

Voilà la raison qu'aurait dû invoquer en premier lieu ces associations: uni gâchis d'argent public.

Il y a bien sûr d'autres raison qui devraient nous pousser à arrêter ce gâchis: ces outils sont essentiellement importés, et quand ils sont en fin de vie, on ne sait quoi faire de leurs immenses pales en résine que l'on enterre. Sans parler des quelques 1500 à 2000 tonnes de béton armés/éolienne que l'on laisse en l'état dans le sol.

On a tout faux dans l'éolien terrestre (coût, environnement, emplois, balance commerciale, déchets) et la presse n'en parle pratiquement pas. Triste!
a écrit le 15/07/2020 à 15:51 :
"stress perpétuel"

C'est subjectif le stress maintenant depuis le temps que la classe politico-affairiste nationale et locale fait n'importe quoi en évitant à tout prix le consentement des citoyens on ne peut que comprendre que les actes de ces gens repus à ne servir que leurs seuls intérêts suscitent méfiance et doute.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :