Les experts-comptables aquitains préoccupés par la baisse de l’investissement

 |   |  926  mots
Alexandre Salas-Gordo
Alexandre Salas-Gordo (Crédits : Agence Appa)
Les experts-comptables d'Aquitaine ont lancé à Bordeaux un avertissement aux commerçants et chefs d’entreprises touchés par le mouvement des Gilets jaunes, en leur demandant de ne pas attendre la mise en cessation de paiement pour essayer de sauver leur activité. Pour le moment personne ne connait avec précision la force de l'impact dépressif que va provoquer la fronde sociale sur l'activité économique.

La puissante fronde sociale qui porte le mouvement des Gilets jaunes va-t-elle précipiter le début d'une nouvelle récession en France ? Cette idée, qui n'est pas encore vraiment une question, commence à hanter de nombreux observateurs. Au point que le président du Conseil régional de l'ordre des experts-comptables (Croec) d'Aquitaine (qui n'inclut pas le département de la Dordogne), Alexandre Salas-Gardos, n'a pu éviter d'en parler, ce mardi 8 janvier lors de la conférence presse de rentrée qui précédait la prestation de serment des 33 nouveaux experts-comptables de la région, sous le parrainage d'Hasnaâ Ferreira, chocolatière de renom dirigeante de la société bordelaise Hasnaâ Chocolats Grands Crus.

Lucas Sarlange, vice-président du conseil régional de l'ordre en charge du pôle prévention des difficultés des entreprises, a confirmé que le secteur du commerce est très exposé à l'impact du mouvement des Gilets jaunes et qu'il convient de surveiller gestion de la trésorerie et baisse du chiffre d'affaires "à cause de la répétition des samedis fermés ou très perturbés, qui entrainent une baisse de l'activité" a-t-il précisé. Il a lancé un avertissement aux commerçants et chefs d'entreprises pris dans la tourmente.

"Agissez avant d'atteindre la limite, n'attendez pas d'être en cessation de paiement ! Les stocks de marchandises sont portés, ils ont été payés mais n'ont pas pu être commercialisés. C'est pourquoi l'Etat propose des aides, notamment avec l'étalement dans le temps du paiement des taxes et charges sociales. L'impact du mouvement est d'autant plus fort, que le samedi c'est le jour du commerce. Ce que l'on peut regretter c'est que les commerçants n'arrivent pas jusque chez nous, parce qu'en France il y a une culture spécifique : on n'est jamais en cessation de paiement..." a déroulé Lucas Sarlange, au côté du vice-président Eric Dumartin.

Ne pas confondre le cash des soldes avec le résultat

Si le mouvement des Gilets jaunes est loin d'avoir ruiné le produit intérieur brut 2018, l'inquiétude des experts comptables reste entière.

"Nous étions sur une bonne tendance économique. Ce que montre notre baromètre régional de décembre, malgré un manque d'investissement. Car il est vrai qu'en Aquitaine l'investissement des entreprises est depuis plusieurs mois en nette baisse", éclaire le président du conseil régional de l'ordre.

Alexandre Salas-Gordo précise que le suivi du baromètre régional s'appuie essentiellement sur la trajectoire de commerçants, d'artisans et de petites et moyennes entreprises.

"Le résultat aurait dû se faire fin décembre. Il reste désormais les soldes. Mais les soldes c'est du cash, pas de la marge et tout le risque est là. Rattraper du volume d'activité sans faire de bénéfice", analyse-t-il. Sans préjuger de rien ni vouloir porter de jugement, le président aquitain des experts-comptables estime que la crise des Gilets jaunes révèle "un système fiscal complexe, mouvant", dont la lisibilité ne va, au moins ponctuellement, pas s'améliorer avec l'arrivée du prélèvement à la source et la déclinaison du dispositif d'urgence arrêté par le gouvernement Philippe suite au mouvement de contestation.

Retenue à la source : pas de difficultés en vue

"L'application de la prime de fin d'année n'est pas simple car il faut soit un accord d'entreprise, entre partenaires sociaux, soit une déclaration unique d'employeur, une DUE, qui équivaut à une décision unilatérale du chef d'entreprise. Et là on peut dire qu'ils sont nombreux à être perdus, à penser par exemple qu'ils peuvent accorder la prime à tel salarié mais pas à tel autre, qui ne la mériterait pas... alors que ça n'est pas possible" relève le président.

Lui et ses confrères experts-comptables vont être mis à contribution, en particulier pour le prélèvement à la source. Pour Alexandre Salas-Gordo cette mesure, qui ne va pas rapporter grand-chose à la profession, va se mettre facilement en place, même s'il y a des rectifications de taux de prélèvements à faire. Cette réforme, qui va se solder selon les experts-comptables par un nouveau dégraissage chez les agents du fisc, puisque ce sont les entreprises vont assurer une grande partie du travail, se fera sous le signe de la maîtrise. Ce que semblent démontrer les premiers tests grandeur nature : les flux informatiques fonctionnent parfaitement.

La Gironde, seul département positif

Quant au baromètre économique du conseil régional de l'ordre, il montre que le chiffre d'affaires des très petites entreprises (TPE) et des PME affichait une hausse de +4,9 % en octobre 2018 sur un an, tandis que l'investissement reculait de -2,4 %, pour une baisse marquée de l'export, à -15 %. Il est à noter que le département des Landes a les stigmates d'un territoire en crise, avec un effondrement de l'investissement de -38,2 %, accompagné par un gros recul de l'export (-21,8 %), même si le chiffre d'affaires reste positif à +2,3 %.

L'export souffre également dans les Pyrénées-Atlantiques, en recul de -28,4 %, territoire où l'investissement des entreprises reste toutefois positif, à +4,8 %, tout comme un chiffre d'affaires très tonique (+5,3 %). De son côté le Lot-et-Garonne enregistre un recul marqué de l'investissement, à -9,5 %, ce qui ne l'empêche pas d'afficher des ventes à l'export en forte hausse (+42,7 %) et un chiffre d'affaires également tonique, à +8,7 %. La Gironde est le seul département du baromètre régional des experts-comptables à avoir tous ces grands indicateurs en vert, avec +13,9 % pour l'export, +5,8 % pour les investissements et +4,7 % côté chiffre d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :