Garde-meuble entre particuliers : Jestocke attaque le marché belge

 |   |  504  mots
Laure Courty, CEO fondatrice de Jestocke
Laure Courty, CEO fondatrice de Jestocke (Crédits : Agence Appa)
Revendiquant la place de leader français du garde-meuble entre particuliers, la startup bordelaise Jestocke.com connait une forte accélération de son chiffre d'affaires. Elle a fait ses premiers pas à l'international il y a quelques jours en ouvrant son service en Belgique, avant de prolonger son expansion vers les Pays-Bas.

"On a fait sur le premier semestre 2018 un chiffre d'affaires supérieur à celui réalisé lors de toute l'année 2017." Laure Courty a le sourire : la CEO fondatrice de Jetocke.com voit enfin l'entreprise qu'elle dirige récolter les fruits d'un long et patient travail d'évangélisation. Depuis sa création en 2014, accompagnée à ses débuts par l'Auberge numérique d'AEC Communication, la startup bordelaise propose un service de stockage entre particuliers. Les propriétaires peuvent y déposer des annonces pour louer pièces et caves inusitées, complétant ainsi leurs revenus, et ceux qui ne savent que faire de leurs meubles et objets divers, y trouvent de la place pour stocker leurs précieuses affaires à un tarif raisonnable. Soutenue par la Maif en France, par l'intermédiaire de qui elle propose des services d'assurance et qui a contribué à sa dernière levée de fonds de 1,6 M€ en 2016, Jestocke surfe donc sur le créneau de l'économie collaborative. Elle s'est depuis ouverte au marché des professionnels, notamment en signant des partenariats avec une vingtaine de gros bailleurs qui disposent de locaux vacants et qui confortent son chiffre d'affaires, gardé confidentiel.

Lire aussi : Bordeaux : JeStocke.com lève 1,6 M€


"Nous devrions dépasser nos objectifs 2018 au vu des bonnes nouvelles qui tombent depuis le début de l'année, espère Laure Courty. Le premier semestre a enregistré une belle croissance après plusieurs années à éduquer le marché et à rassurer les particuliers qui pouvaient se montrer intéressés. La plateforme permet surtout de la longue durée de stockage, il fallait donc aussi un peu de temps pour que les premiers retours d'expérience voient le jour", explique la dirigeante.

De startup à scale-up

Déjà présente dans plus de 1.000 villes en France et employant une quinzaine de personnes, Jestocke fait ses premiers pas à l'international en lançant son service en Belgique sous la marque So We Store.

"C'est un pays qui affiche un des plus forts taux d'urbanisation d'Europe, 98 %, et un taux de mobilité résidentielle atteignant 28 % sur les 5 dernières années, il offre donc de belles perspectives de développement, précise Laure Courty. Nous constatons également une croissance importante des connexions et des réservations issues de la Belgique et des frontaliers, et nous avons toujours eu pour ambition de développer notre service dans les pays du nord de l'Europe. La Belgique est la première étape de notre développement international, qui devrait ensuite se diriger vers les Pays-Bas."

Assurée par la Maif en France, Jestocke a signé un partenariat avec la compagnie d'assurance P&V en Belgique. "Il s'agit d'une société coopérative et entreprise d'économie sociale proche de la Maif dans sa philosophie", précise Laure Courty. La phase d'évangélisation semblant proche d'être achevée, la startup doit se muer en scale-up, autrement dit changer d'échelle en absorbant le choc inhérent à toute croissance rapide et en préservant ses fondamentaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :