Energies renouvelables : Valorem réalise une augmentation de capital de 26,7 millions d'euros

Le groupe girondin Valorem annonce renforcer son capital avec une injection de 26,7 millions d'euros qui va lui permettre de poursuivre son ambitieuse stratégie de croissance en France et à l'international. Une augmentation de capital réalisée avec un partenaire historique.

4 mn

Le groupe girondin intervient dans tous les domaines de la création de centrales d'énergie renouvelable.
Le groupe girondin intervient dans tous les domaines de la création de centrales d'énergie renouvelable. (Crédits : Valorem)

Groupe girondin spécialisé dans la création de parcs de production d'énergie renouvelable, d'origine éolienne, photovoltaïque et hydroélectrique, Valorem, à Bègles (Bordeaux Métropole), annonce une augmentation de capital contractée avec celui qu'il considère comme son partenaire privilégié : le fonds d'investissement britannique 3i Infrastructure PLC.

Lire aussi 8 mnLa stratégie de Valorem pour s'ancrer dans le boom des énergies renouvelables

Cette nouvelle opération financière mobilise aussi les partenaires historiques de Valorem, au niveau national et régional, que sont Bpifrance Investissement, GSO Capital, l'Irdi-Sodirec, et CAAE (Crédit Agricole Aquitaine Expansion) pour une augmentation de capital qui se monte au total à 26,7 millions d'euros.

"Le soutien de 3i infrastructure a permis au groupe Valorem de grandir pour devenir aujourd'hui une ETI d'envergure européenne. Avec ce nouvel apport, Valorem va pouvoir renforcer sa position dans de nouveaux pays et continuer d'œuvrer pour la réussite des engagements de la France en matière de transition énergétique" commente Marc Rouberol, directeur général délégué du groupe.

Le patron de Valorem conquérant en développement durable

Le fonds 3i Infrastructures PLC est présent au capital de Valorem depuis 2016, date à laquelle il est arrivé en force avec un apport de 69 millions d'euros réparti entre rachat d'actions et prêt obligataire. Grosse opération financière qui avait installé 3i infrastructures PLC à hauteur de 28,5 % dans le capital de Valorem, sans modifier le contrôle du groupe. Fondateur et dirigeant de Valorem en 1994, Jean-Yves Grandidier est très attaché à son indépendance, comme il l'a eu l'occasion de le souligner lors du petit-déjeuner qui lui a consacré en 2020 La Tribune à Bordeaux.

Lire aussi 5 mnValorem : "Le développement des énergies renouvelables est un combat"

"Nous voulons résolument rester indépendant, c'est ma volonté et c'est une vision partagée par la majorité de nos salariés parce que ça nous permet de défricher des sentiers, de tester de nouveaux modèles d'affaires plus vertueux et d'envisager d'adopter le statut d'entreprise à mission. Et pour cela il faut combiner trois ingrédients : il faut grandir avec l'objectif d'atteindre entre 5 et 10 GW d'ici 2030 à 2035 ; il faut nous diversifier sur le plan géographique et sur le plan des sources d'énergies pour pouvoir utiliser leur complémentarité et être moins sensible au risque lié à une seule énergie renouvelable ou un seul pays ; enfin, il faut flexibiliser nos actifs de production en y intégrant, par exemple, de l'hydrogène sur les aspects de stockage et de mobilité lourde", avait-il alors détaillé, interviewé par Pierre Cheminade.

Un groupe en croissance même pendant la crise

Managing partner et patron de la division Infrastructure de 3i Investments PLC, Phil White ne dément pas cette vision.

"Valorem a très bien performé depuis note investissement en 2016 sous la direction de son équipe de direction fondatrice et nous sommes ravis d'investir davantage pour permettre à Valorem de profiter des fortes perspectives de croissance à venir" déclare ainsi Phil White.

Lire aussi 3 mnLe Britannique 3i Infrastructure entre au capital de Valorem

Situé en pointe en France pour la production d'énergie éolienne, qui représentait l'an dernier 350 MW (mégawatts) sur les 500 MW installés par le groupe, dont 150 MW pour le solaire, Jean-Yves Grandidier n'a pas été sur ce plan prophète en son pays, puisque l'Aquitaine -grosse productrice d'énergie photovoltaïque- ne possède pas un seul parc de production d'énergie éolienne.

Quoi qu'il en soit, 2020 restera un très bon exercice pour le groupe, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 90 millions d'euros et recruté 25 % de salariés en plus, pour atteindre un total de 300, avec une prévision de 60 recrutements supplémentaires d'ici début 2022.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.