Dans un contexte politique porteur, Hydrogène de France s'ouvre à de nouveaux marchés

 |  | 1250 mots
(Crédits : Capture d'écran HDF Industry)
La PME bordelaise Hydrogène de France, soutenue financièrement par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, vient de signer un partenariat avec le groupe gazier palois Teréga tout en postulant à un projet de grande envergure en Nouvelle-Calédonie. L'entreprise qui ambitionne de construire une usine à Bordeaux s'appuie sur un savoir-faire prometteur et un contexte politique porteur à tous les niveaux.

L'hydrogène vert, c'est à dire produit par électrolyse de l'eau grâce à de l'électricité issue de sources renouvelables, est sur toutes les lèvres ces dernières semaines. Alors que la Commission européenne vient de présenter son plan pour développer l'hydrogène propre, l'Allemagne avance ses pions tout comme désormais la France puisque le tandem Emmanuel Macron et Jean Castex ne cessent d'en vanter les mérites pour accompagner la décarbonation de l'économie. Sur le terrain, les projets plus ou moins ambitieux et plus ou moins concrets se multiplient même si 95 % de l'hydrogène reste effectivement fabriqué à partir d'énergies fossiles quand moins de 5% est produit à partir du nucléaire ou d'énergies renouvelables. Ce dernier demeurant de surcroît plus cher à produire.

Lire aussi : Un Airbus à hydrogène en 2035 ? Dans 5 ans, on saura si c'est possible !

De l'Europe à la rive droite

Néanmoins, Kadri Simson, la commissaire européenne chargée de l'énergie et Francesco La Camera, le directeur général de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) assurent que l'hydrogène "peut servir de carburant pour les bus, les trains et les camions et peut-être, dans le futur, pour les navires et les avions. Il permet d'équilibrer un système énergétique fondé sur les renouvelables en convertissant l'électricité en hydrogène, lorsque le vent souffle ou que le soleil brille, et en stockant des volumes importants de cette énergie pour une utilisation ultérieure". Les deux responsables...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :