Piles à combustible : Hydrogène de France aborde la propulsion des grands navires

 |   |  736  mots
HDF et ABB ont officialisé un rapprochement sur l'industrialisation de cœurs de piles à combustible à hydrogène pour la propulsion des grands navires.
HDF et ABB ont officialisé un rapprochement sur l'industrialisation de cœurs de piles à combustible à hydrogène pour la propulsion des grands navires. (Crédits : ABB)
Après l'annonce fracassante de l'ouverture d'une usine à Bordeaux Métropole en 2022/2023, Hydrogène de France officialise la signature d'un accord avec le groupe ABB. Objectif : industrialiser des piles à combustible à forte puissance destinée à la propulsion des cargos, paquebots et autres grands navires. Un nouveau marché à fort potentiel.

L'hydrogène ne connaît pas la crise, ou presque. L'entreprise Hydrogène de France (HDF), basée à Bordeaux, prévoit ainsi a minima de tripler son chiffre d'affaires en 2020 pour atteindre autour de 7,5 M€ malgré la crise sanitaire et économique qui paralyse l'économie mondiale. "Pour l'instant, notre équipe d'une vingtaine de salariés travaille à domicile à temps plein, il n'y pas de chômage partiel. La principale conséquence du confinement est le décalage de quelques mois de plusieurs projets en chantier à l'étranger", assure à La Tribune Damien Havard, président et fondateur de HDF.

Une usine à Bordeaux Métropole 2023

Créée en 2012, Hydrogène de France est spécialisée dans la fabrication de piles à hydrogène de forte puissance notamment pour équiper des centrales solaires ou d'autres infrastructures terrestres. HDF a annoncé en décembre dernier la conclusion d'un partenariat technologique stratégique avec le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2020 à 10:25 :
Ce qui a fait la force des asiatiques, des japonais, fût de chercher d'abord les synergies des compétences existantes..., avant de développer, de bidouiller des solutions séparées...!§! _____ Les chantiers de St Nazaire développent déjà des navires fonctionnant au méthane liquéfié.... ___ D'autre part, il est plus intéressant de stocker l'hydrogène (qui prend beaucoup d'espace !) dans un gaz ou même dans un liquide tel l'acide formique (https://actu.epfl.ch/news/une-pile-a-combustible-a-base-d-acide-formique/). ____ Il serait temps qu'en Europe, ces synergies soient exploitées ensemble au maximum, pour le pas se faire dépasser rapidement par les technologies chinoises, par exemple !
a écrit le 21/04/2020 à 10:11 :
Comment sont traitées les fuites d hydrogène. La moindre fuite crée un point chaud puisque la detente de l hydrogène est exothermique
a écrit le 21/04/2020 à 10:11 :
Pourquoi pas plutôt des piles à combustible au METHANE NATUREL (GNV) issus de nos déchets végétaux du monde entier et de bétail, et même plutôt de torchères de puits de pétrole le dissipant à l'air libre, alors que c'est un gaz 25 fois plus à effet de serre que le CO2 ? ____ D'autre part, dans des navires plein d'effets électrostatiques..., stocker de l'hydrogène très explosifs et qui fuit comme un rien..., est une hérésie technologique majeure !§!
Réponse de le 22/04/2020 à 8:29 :
Bonjour Jack
Par ce que le méthane pollue.
C'est peu connaitre le cycle de l'écosystème hydrogène qui est à l'origine des grands réservoirs naturels de la planète et même de votre vie.
Je propose des informations pour découvrir tout l'intérêt que la planète et l'économie en tirera.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :