L'Université de Bordeaux récupère les clefs de son patrimoine foncier et immobilier

 |   |  486  mots
Olivier Dugrip, recteur de l'Académie de Bordeaux, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, et Manuel Tunon de Lara, le président de l'Université de Bordeaux.
Olivier Dugrip, recteur de l'Académie de Bordeaux, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, et Manuel Tunon de Lara, le président de l'Université de Bordeaux. (Crédits : Gauthier Dufau)
159 hectares et 470.000 m2 pour une valeur estimée à 377 M€ ! La ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, a signé, ce 15 juillet, le transfert à l'Université de Bordeaux d'un très vaste patrimoine foncier et immobilier appartenant, jusque-là, à l'Etat. De multiples chantiers de valorisation seront lancés dans les prochains mois.

Après Aix-Marseille et avant Caen puis Tours, l'Université de Bordeaux a officiellement pris possession de nombreuses emprises foncières et bien immobiliers à l'issue d'un processus de dévolution du patrimoine de l'Etat officiellement paraphé par Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, ce lundi 15 juillet. Préparé depuis des mois et annoncé en septembre dernier, ce transfert constitue, selon la ministre, "une opération tout à fait exceptionnelle, la plus vaste opération de transfert patrimonial au profit d'une université française".

Lire aussi : L'Université de Bordeaux, futur poids lourd du marché immobilier local

Et le transfert est en effet massif. L'Université de Bordeaux, née en 2014 de la fusion de trois universités existantes, prend possession de 159 hectares situés à 88 % à Bordeaux Métropole et à 12 % dans ses 17 autres antennes de Nouvelle-Aquitaine. 470.000 m2 bâtis sont également concernés tandis que 400.000 m2 constructibles sur 29 hectares valorisables ont d'ores et déjà été identifiés à l'issue d'un plan stratégique réalisé l'an dernier avec le cabinet Colliers International.

Comme Manuel Tunon de Lara, le président de l'Université de Bordeaux, le détaillait à La Tribune en juin dernier, une large place sera consacrée au logement étudiant (36 %) et au logement social ou en accession (38 %) tandis qu'environ 12 % des surfaces seront fléchées vers l'accueil des entreprises et que le reste sera dédié aux commerces, équipements publics et sportifs et aux résidences d'accueil pour des chercheurs. De quoi accueillir, à moyen terme, pas moins de 10.000 logements.

Lire aussi : Comment l'Université de Bordeaux veut attirer les entreprises sur le campus

La valeur du patrimoine transféré par l'Etat à l'Université atteint 377 M€, selon Frédérique Vidal saluant "le sérieux, le travail et l'ambition dont a fait preuve l'Université de Bordeaux qui, avec cette nouvelle compétence patrimoniale, pourra se replacer au cœur de la ville et valoriser ses fonctionnalités et ses locaux, notamment en été quand le campus est vide."

Une fois les actes notariés traités, une société universitaire de recherche (SUR) sera créée pour piloter ces multiples chantiers de rénovation, valorisation et construction. "On a plus de souplesse dans le montage et la réalisation de ces opérations immobilières qui sont désormais dans notre champ de compétences mais nous devons être professionnels avec une filiale dédiée qui pourra notamment recourir à l'emprunt", considère Manuel Tunon de Lara. "L'enjeu de cette valorisation est d'atteindre les meilleurs standards internationaux et de bénéficier au territoire métropolitain", ajoute le président qui entend également faire du campus un laboratoire dans les domaines de la ville intelligente et durable. La faculté estime à 400 M€ sur 20 ans le montant qu'elle pourra retirer de la valorisation des 29 hectares concernés tandis que les seuls besoins de rénovation du patrimoine existant sont évalués autour de 15 M€ par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :