Avant le village du réemploi, ïkos teste une boutique en plein coeur de Bordeaux

Le collectif ïkos ouvrira le 14 mai une nouvelle boutique de 450 m2 dédiée au réemploi en plein centre-ville de Bordeaux. Dix personnes ont été recrutées pour l’occasion, dont quatre en insertion. Une nouvelle occasion de tester son modèle et l'intérêt de la clientèle avant l'ambitieux projet de village du réemploi dans le quartier de Bacalan, à Bordeaux Nord.

4 mn

Les équipes sont prêtes pour une ouverture de la boutique le samedi 14 mai, Promenade Sainte-Catherine à Bordeaux.
Les équipes sont prêtes pour une ouverture de la boutique le samedi 14 mai, Promenade Sainte-Catherine à Bordeaux. (Crédits : ïkos)

S'installer au plus près des lieux de consommation pour convaincre les passants de modifier leur façon de consommer et de se tourner vers le réemploi. Tel est le cahier des charges du collectif bordelais ïkos qui reste inchangé. Après avoir testé une boutique éphémère dans un grand centre commercial en 2020 à Bordeaux Lac, le collectif s'apprête ainsi à ouvrir, le 14 mai, une nouvelle boutique. Cette fois-ci, elle se trouvera en plein cœur de Bordeaux, au sein de la Promenade Sainte-Catherine, juste à côté de la boutique concept Everso ouverte par Easy Cash l'été dernier. "Nous avons signé un bail d'un an dont neuf mois ferme avec le propriétaire. L'ouverture est imminente", se réjouit Marion Besse, directrice d'ïkos qui réunit neuf acteurs de la seconde main sur la métropole bordelaise.

Le test d'un collectif...

Sept membres du collectif (*) vendront ici leurs produits dans divers univers de la maison : jouets, mobilier, décoration, livres, matériel sportif, confitures, électroménager et  vêtements. Parmi eux, des habitués, comme Le Relais, mais aussi Replay pour qui il s'agira du premier point de vente, tandis qu'Envie, déjà implantée à Pessac et Lormont, n'a jamais tenu de boutique en centre-ville. "Cette expérience va permettre à chacun de gagner en connaissance mais l'idée est surtout de voir comment collectivement on fait monter tout le monde en compétence", insiste Marion Besse qui précise que seuls trois acteurs avaient tenu la boutique éphémère à Bordeaux-Lac.

Le collectif testera d'ailleurs, dans le centre ville de Bordeaux, un nouveau modèle de paiement des charges :

"Il ne sera pas corrélé au nombre de mètres carrés occupés. Nous allons mettre en place une participation au prorata du chiffre d'affaires avec un système de compensation et de solidarité en fonction des ventes des uns et des autres", explique Marion Besse.

En tout, dix personnes ont été recrutées, dont quatre en insertion, pour tenir cette boutique qui s'étendra sur 450 m2 sur deux niveaux. Au-delà de la vente, le collectif envisage également de lancer des ateliers de sensibilisation pour se rapprocher de l'idée du projet phare : le futur village du réemploi, de la réparation et du recyclage qui s'installera dans le quartier de Bacalan sur 15.000 m2. "Un projet qui va prendre du temps car il est ambitieux et d'ampleur", rappelle Marion Besse.

Lire aussi 4 mnFeu vert pour ïkos, le projet de village du réemploi à Bordeaux Nord

... en attendant le village du réemploi

Concernant ce village dédié à la promotion de l'économie circulaire, l'année 2022 sera justement consacrée au bouclage du plan financier. Le collectif doit encore discuter avec Bordeaux Métropole, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Feder et l'Ademe. "Il s'agira de trouver la bonne équation : le bon niveau de loyer, le bon niveau de subvention, dans un contexte où les coûts explosent." À ce stade, Marion Besse, prudente, ne s'avance pas sur un budget. "En matière de chiffrage, nous attendons encore une estimation, mais nous serons bien au-delà des 11 millions d'euros évoqués au tout début."

Au niveau du calendrier, la prudence reste là aussi de mise. "Le meilleur scénario, c'est une ouverture en 2025. Mais l'engouement est toujours là", s'empresse-t-elle de rappeler. "Nous sommes d'ailleurs sollicités par des porteurs de projets en France comme à l'étranger. Nous avons été présentés à Taïwan, donc le projet voyage. Si la mise en pratique n'est pas facile, nous avons tapé dans le mille du point de vue de l'idéologie", assure Marion Besse.

Pour rappel, le village ïkos prévoit un centre de tri pour les textiles, les encombrants, une recyclerie créative, une cuisine anti-gaspillage, une place événementielle, une galerie marchande du réemploi et un pôle d'innovation et de R&D.

(*) L'Atelier d'éco solidaire pour la décoration, Échange Nord-Sud pour les confitures solidaires bio et l'anti gaspi, Envie Gironde pour l'électroménager et la high-tech, Le Livre Vert pour la culture, Le Relais Gironde pour la mode, La recyclerie sportive pour le matériel sportif, Replay pour les jouets.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.