Addiction aux écrans : cette startup bordelaise qui veut vous faire prendre une Pozzz

Faire une pause ! C'est précisément l'ambition de la pochette Pozzz, conçue par la startup bordelaise Genius Objects avec un dispositif e-textile encourageant les utilisateurs de smartphone à déconnecter. Cet objet compte surfer sur l'addiction du tout un chacun aux écrans en régulant la consommation. Un marché jugé prometteur en France comme à l'international par les fondateurs de la jeune pousse.

4 mn

La pochette Pozzz veut aider jeunes et moins jeunes à passer moins de temps sur leur smartphone.
La pochette Pozzz veut aider jeunes et moins jeunes à passer moins de temps sur leur smartphone. (Crédits : Pozzz)

Un outil pour se déconnecter du téléphone : voilà une idée de quelqu'un qui a regardé The Social Dilemma, documentaire sorti en 2020 sur la plateforme Netflix. C'est bien ce film, montrant les individus complétement addicts à l'utilisation des réseaux sociaux et donc du smartphone, qui a inspiré Alexandre Faucher la création de sa startup, Pozzz, cofondée en 2018 avec Philippe Tourrette. Tous deux sont animés par la volonté de trouver une alternative au trop plein de temps passé derrière nos écrans de fumées : "En France, un individu lambda passe autour de 4 heures devant un écran, c'est de la folie !", s'exclame Alexandre Faucher. "Cela confirme que c'est un véritable sujet de société."

Il conçoit alors avec son équipe de quatre salariés une pochette connectée qui, avec son zip intelligent relié au Bluetooth du téléphone, détecte la présence du téléphone verrouillé et va comptabiliser via une application notre temps de déconnexion. L'invention brevetée dans une dizaine de pays fait gagner des points à partir de 15 minutes sans toucher à son téléphone, et l'opération se transforme alors en challenge. Ici, "on n'est pas dans la punition, mais dans le ludique". Dispositif à pile avec une durée de vie d'un an, la Pozzz compte bien s'ancrer dans le quotidien de la population.

S'attaquer à un phénomène mondial

On pourrait croire que la startup se positionne sur un marché de niche : les pochettes d'une quarantaine d'euros pièce ne visent en effet principalement que les parents d'une classe sociale aisée, dont les enfants reçoivent leur premier téléphone. Mais le cœur de cible est en réalité plus large pour les entrepreneurs, qui ne se limitent pas qu'à la demande française. En effet, Alexandre Faucher parle d'un "phénomène mondial", qui mérite d'être traité à l'international : le marché étranger est donc envisagé, avec principalement des pays développés comme l'Amérique du Nord, l'Europe ou l'Asie de l'Est. "Aux Etats-Unis, la situation est catastrophique, les Américains passent un tiers de leur temps éveillé sur leurs écrans. Au Japon ou en Corée, ce doit être aussi le cas", rajoute le cofondateur de Pozzz.

Se démarquer de la concurrence

Toutefois, gadgets et logiciels pour limiter la consommation d'écrans ne sont pas nouveaux : de plus en plus de logiciels et contrôles parentaux pour smartphones et tablettes sont créés pour bloquer les applications lorsque l'on passe trop de temps de dessus. La jeune pousse se différencie en proposant une alternative différente, celle "rompre le lien physique avec le téléphone", selon l'expression de Clément Hayère, développeur chez Pozzz depuis maintenant trois ans. "La Pozzz vient accompagner le logiciel, dans le sens où ça casse le contact avec le smartphone", dit-il, même si ce n'est pas non plus un coffre-fort scelé. "C'est plus efficace qu'un logiciel que l'on peut facilement contourner en allant dans les réglages du smartphone", assure Alexandre Faucher.

Une marque confiante et ambitieuse

Pour l'instant, les résultats sont au rendez-vous. Lors de la campagne de crowdfunding menée en mai dernier, 500 pochettes ont été vendues, réalisant un bénéfice de 20.000 euros, soit le double de ce qui était prévu. Les cofondateurs sont donc confiants même si, ils le savent, la jeune marque a encore du chemin à faire. Créée depuis six ans, Genius Objects repose encore uniquement sur ses fonds propres à hauteur de 400.000 euros, et espère devenir rentable d'ici 18 mois. Pour cela, l''entreprise compte vendre 2.000 produits Pozzz, soit l'équivalent d'un chiffre d'affaire de 100.000 euros avant la fin de l'année.

Du crowdfunding ou une levée de fonds sont également envisagés tandis que la marque est actuellement en discussion avec des distributeurs pour élargir son spectre de commercialisation. Elle compte également améliorer la qualité de ses produits, investir dans la R&D et peut être relocaliser la production en Europe plutôt qu'en Asie. Enfin, une 2e version de la pochette, qui serait compatible avec d'autres appareils électroniques comme les tablettes ou les consoles de jeu, est en train d'être réfléchie.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.