BTP : comment Rockease veut numériser le marché des granulats

Créée début 2021 et incubée par le programme Léonard, du groupe Vinci, la startup bordelaise Rockease entend proposer aux entrepreneurs du BTP une plateforme internet pour faciliter et organiser la commande de matières premières. Une innovation dans un secteur très peu digitalisé qui lui vaut d’être labellisée par la fondation Solar impulse.

3 mn

(Crédits : UNICEM)

Digitaliser le marché des granulats et optimiser au passage son impact carbone : telle est la promesse adressée au secteur par Rockease, startup bordelaise créée en janvier dernier et incubée par le programme Leonard, de Vinci. L'idée : proposer une plateforme digitale via laquelle les entreprises de BTP pourront commander leurs matériaux de la façon la plus simple possible, en accédant à un catalogue de fournisseurs locaux. Créer, en somme, le Deliveroo des granulats.

Ce parallèle, c'est Guillaume Richer, le fondateur de Rockease, qui en joue lui-même pour expliquer sa solution. Fils et petits-fils d'entrepreneurs du BTP, ancien de chez Vinci passé par plusieurs startup spécialisées dans la modélisation de chantiers, il a pu constater combien la faible digitalisation du secteur freine sa transition numérique. "L'efficacité de la chaîne n'est pas du tout optimale, ni en termes logistiques, ni en termes environnementaux", résume-t-il auprès de La Tribune. Rockease a donc vocation à simplifier les relations marchandes entre entrepreneurs et fournisseurs, avec à la clé une réduction des coûts des matériaux et des émissions de C02.

Lire aussi 5 mnMétiers du bâtiment : numériser ou mourir ?

Fini le papier

"Les entrepreneurs vont pouvoir géolocaliser leurs chantiers, consulter un panel de fournisseurs locaux sur la plateforme, comparer les prix, adresser des demandes de devis et faire un choix éclairé, y compris au regard des enjeux climatiques", explique-t-il ainsi.

Les devis en question affichent en effet, outre le prix, l'empreinte carbone de la commande, laquelle tient compte à la fois du transport mais également de la quantité de matériaux revalorisés. Les documents sont uniformisés, numérisés et centralisés sur des espaces utilisateurs... finis, donc, "les bons de livraison et autres papiers qui se perdent".

Côté fournisseurs, l'intérêt n'est pas moindre : "ils y gagnent une meilleure visibilité", poursuit Guillaume Richer, et "peuvent optimiser les chargements de leurs camions". "Cela se traduira forcément par moins de camions sur les routes, et donc, moins de C02."

Commercialisation fin 2021

Encore en phase de test, auprès notamment de filiales de Vinci, la solution trouve un écho positif chez ses premiers usagers, qui "disent gagner un temps précieux", assure son fondateur. L'heure est donc à la recherche de partenaires pour mailler au mieux les territoires et consolider une offre qui, par définition, devra miser sur les courtes distances.

L'objectif étant de commercialiser la solution fin 2021, Rockease devrait recruter d'ici là "quatre à cinq développeurs et commerciaux". La startup entend financer ce développement en levant 300.000 euros en pré-seed, "au milieu de l'été", avant d'aller chercher une première levée en seed début 2022. Elle pourra alors faire valoir un macaron précieux : le label Solar impulse, que lui a délivré début mai la fondation du même nom, au titre des "1.000 solutions durables et rentables".

Lire aussi 8 mnImmobilier : les 42 critères du nouveau label Bâtiment frugal bordelais

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.