Mota Coworking, la nouvelle marque bordelaise qui veut grimper en haut de l'affiche

 |   |  726  mots
Frédéric Vicaire
Frédéric Vicaire (Crédits : Agence Appa)
Frédéric Vicaire et Pierre Moreau se sont associés pour imposer Mota Coworking, acronyme de "Maintenant on travaille autrement", comme la nouvelle marque bordelaise sur le marché du cotravail.

Comme souvent dans la vie, la création de cette association doit beaucoup au hasard. Après avoir travaillé à l'étranger, notamment au Maroc, puis à Paris, en particulier pour une entreprise de matériel aéroportuaire, Frédéric Vicaire est revenu en Bordeaux en 2007. Il s'implique alors dans le monde du vin puisque sa famille est propriétaire des châteaux Coufran et Verdignan, en Haut-Médoc. C'est en 2017 que Frédéric Vicaire reprend en main une grande salle jusque-là vouée à la pratique de la capoeira, sport de combat brésilien bien connu, appartenant à sa famille, située rue de la Manutention et contigüe au cimetière protestant de la rue Judaïque.

"En 2016 j'ai rencontré Pierre Moreau, qui venait de créer le premier espace de coworking Mota, rue de la Croix blanche, à quelques dizaines de mètres de la rue de la Manutention. Pierre Moreau est associé à un architecte. Son espace de coworking est un peu à l'étroit et les locaux de la rue de la Manutention, qui développent 400 mètres carrés de surface couverte, étaient une belle opportunité. Il a fallu investir lourdement, soit près de 400.000 euros, puisque ces locaux n'avaient pas bénéficié de travaux depuis 1981. Et puis il a fallu aussi changer la destination des lieux, ce qui n'a pas été simple" déroule Frédéric Vicaire.

Bonne synergie entre les deux espaces Mota

En plus des 400 m2 couverts, l'espace de cotravail Mota Manutention dispose d'une terrasse d'une surface équivalente, qui donne sur le petit cimetière protestant. Un panorama tout à fait reposant et plutôt unique dont les locataires de Mota Manutention profitent sans effet gothique secondaire. Les travaux de création de ce nouvel espace de cotravail ont été lancés début 2018 et Mota Manutention a ouvert ses portes en octobre dernier. Et visiblement la mayonnaise prend.

"Nous accueillons 30 coworkers, ce qui représente un taux d'occupation de 60 %. Notre objectif est d'arriver à 70 % à l'issue de la première année et assurément notre association avec Pierre Moreau a été une bonne idée, puisque nous avons récupéré 17 coworkers de Mota Croix blanche, qui n'avait pas assez de place pour les héberger. Pour nous il n'est pas question de devenir aussi grand qu'un Mama Works par exemple " éclaire Frédéric Vicaire.

Avec le développement de ce nouvel espace, Mota Coworking a recruté une directrice, Laure Grimaldi. En plus de la terrasse, Mota Manutention propose plusieurs types d'espace, plus ou moins grands, plus ou moins fermés, et notamment trois cabines profilées comme de petites maisons rouges taillées en coupe, à l'isolation phonique très efficace.

Peut-être un nouveau Mota à Lacanau

"Nous recherchons principalement des coworkers de longue durée, permanents, avec un engagement minimum de deux mois. Dans ce cadre la location revient à 290 euros hors taxes par mois, avec bureau dédié, accès wifi et à tous les espaces de réunion, fibre optique, imprimante, thé ou café... Les trois-quarts de nos coworkers sont des permanents. La formule nomade revient à 23 euros hors taxe par jour. Mais nous proposons des forfaits de dix jours, parce qu'à la journée c'est très difficile à gérer" précise Laure Grimaldi.

Apéritifs en fin de journée, soirées, conférences : les dirigeants de Mota Coworking multiplient les occasions de création de contacts entre coworkers. Mais Mota Manutention dispose aussi d'une grande salle de réunion qui est régulièrement louée, par exemple à des organismes de formation. Les locaux eux-mêmes sont parfois loués en soirée.

"Il y a désormais beaucoup d'espaces de coworking à Bordeaux et dans la Métropole, mais notre atout est d'être situés en plein centre, dans un quartier résidentiel. Trouver d'autres espaces de ce genre à Bordeaux risque d'être compliqué, car il faut trouver un lieu à taille humaine. C'est pourquoi nous réfléchissons à d'autres options, comme ouvrir de nouveaux espaces Mota Coworking sur la cote, à Lacanau ou au Pays basque" évoque Frédéric Vicaire.

Travailler hors de chez soi dans un cadre agréable, c'est sans doute le premier service rendu par les espaces de cotravail, qui permet ensuite de travailler éventuellement sur des projets communs. Dans tous les cas Mota Coworking entend bien surfer sur cette attraction du cotravail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :