Bordeaux : Indeed passe au crible le futur du recrutement et de l'emploi

 |   |  980  mots
Arnaud Devigne, directeur général France d'Indeed
Arnaud Devigne, directeur général France d'Indeed (Crédits : LTB)
Le moteur de recherche d'emploi Indeed propose plus de 16 millions d'offres dans le monde. Son directeur général pour la France, Arnaud Devigne, détaille comment le recrutement a évolué ces dernières années et quelles sont désormais les attentes des demandeurs d'emploi et celles des entreprises. Arnaud Devigne animera la masterclass "Changer le travail" lors de Biznext Bordeaux le 8 décembre.

Passé par Rocket Internet / Africa Internet Group, Accenture, Capgemini et Google, Arnaud Devigne est désormais aux commandes d'Indeed France avec pour mission d'imposer ce moteur de recherche d'emploi auprès des entreprises et des institutions. Indeed propose plus de 16 millions d'offres d'emploi dans le monde et plus de 200 millions de chercheurs d'emploi consultent son site chaque mois. Il revendique 6 millions d'utilisateurs en France, le plaçant à la 2e place des sites d'emploi derrière Pôle-emploi.fr.
Arnaud Devigne s'appuiera sur les données analysées par l'institut de recherche sur le futur du travail d'Indeed lors de la masterclass "Changer le travail" qu'il animera le jeudi 8 décembre lors de Biznext Bordeaux, un événement organisé par La Tribune. Les entreprises sont à la recherche de profils plus variés, plus capables d'innover, plus agiles. Mais comment recruter puis gérer ces nouveaux profils ? Comment piloter ses ressources humaines alors que l'automatisation se répand et que l'intelligence artificielle bouscule les métiers ? Demain, sera-t-on recruté par des algorithmes ou par des DRH ? Quelle importance prend la marque employeur ? Et comment évoluent les attentes des demandeurs d'emploi ? Arnaud Devigne répondra aux questions du public, accompagné d'un grand témoin, Jean-Philippe Romero, PDG de la Compagnie fiduciaire. Découvrez le programme de Biznext Bordeaux et inscrivez-vous pour y participer !

Arnaud Devigne, comment jugez-vous l'évolution des process de recrutement ces dernières années ?

"La façon de rechercher un emploi a considérablement changé. Nous sommes désormais dans un rapport très instantané, dans une recherche permanente qu'ont permis Internet et les smartphones. Il n'y a plus de barrière entre les demandeurs actifs et passifs, tout salarié peut basculer dans la recherche immédiatement ou presque. Aujourd'hui la majorité des travailleurs cherchent un nouvel emploi tous les mois, se créent des alertes mail. Même ceux qui viennent d'être embauchés restent en veille. Ce comportement peut s'expliquer par le sentiment qu'on peut toujours trouver mieux ailleurs mais aussi, peut-être surtout, parce que tous les jobs sont devenus relativement instables. L'incertitude va au-delà des questions du CDI et chacun assure son employabilité comme il le peut."

Indeed analyse les comportements des personnes en recherche d'emploi sur sa plateforme. Qu'est-ce qui vous frappe ?

"Les attentes des personnes en recherche d'emploi ont beaucoup évolué. Quête de sens, localisation de l'emploi, rémunération, intérêt du poste mais aussi attentes en matière de flexibilité figurent parmi les points les plus importants. Je note d'ailleurs que la France a une vision souvent très restrictive de la flexibilité, qui va bien au-delà du fait d'obtenir une journée de télétravail par semaine. Les attentes portent de plus en plus vers des questions telles que « quand ou où puis-travailler ? », « ai-je la possibilité d'exercer d'autres métiers ? », etc. Nous remarquons de nouvelles tendances émerger avec une jeune génération qui, parallèlement à son job, investit dans un restaurant, un bar, la startup d'amis... Ils ne cherchent pas à cumuler les emplois mais la possibilité de travailler en dehors de leur activité principale sur d'autres projets. Il y a 15 ans, 75 % des jeunes voulaient devenir fonctionnaires, aujourd'hui ils sont 75 % à se dire intéressés à l'idée de devenir entrepreneur."

Le pouvoir aux chercheurs d'emploi, ou l'illusion du pouvoir

Comment réagissent les entreprises face à ces changements profonds ?

"Elles ont beaucoup de mal à appréhender ces questions. D'autant plus qu'elles sont elles-mêmes à la recherche de talents de plus en plus multi-facettes. Autrement dit, des recrutés à la fois experts et généralistes capables de se transformer, de se réinventer très rapidement au gré des besoins de la société. Les recruteurs veulent du savoir-faire et du savoir-être. Le problème est qu'il y a parfois un décalage entre ce que l'entreprise veut et ce qu'elle offre. Ce qui peut expliquer notamment le phénomène émergent de « brown out », quand les employés ne trouvent plus de sens à leur travail."

Avec cette grille de lecture, on pourrait presque croire que le pouvoir est entre les mains des demandeurs d'emplois. Ce qui semble difficilement concevable à l'heure du chômage de masse !

"Vous avez tout à fait raison. Le rapport de forces a évolué au sens où les chercheurs d'emploi expriment davantage leurs attentes mais aussi parce ce que la tendance est à la transparence. Sur Indeed, nous comptabilisons des millions d'avis de travailleurs, portant sur leur entreprise, qui recrute. Le nouvel embauché aura ainsi pu se renseigner et arrivera moins « naïf ». Mais il est vrai que la part de ceux qui peuvent choisir reste très restreinte car nous sommes loin du plein emploi en France. Si certains sont prêts à rejeter des offres pour monter leur propre business, cela reste une minorité."

Face à ces bouleversements, notre Code du travail est-il encore adapté ?

"On peut effectivement s'interroger. Le contrat de travail tel qu'on le connaît est-il encore viable, et le sera-t-il demain, à la lumière de ces évolutions ? Je prends un exemple : il y a quelques années, il fallait s'enfermer à plusieurs dans un bureau et y passer plusieurs journées pour construire un budget gravé dans le marbre. Aujourd'hui, la technologie permet à chacun d'apporter sa contribution via un document partagé en quelques minutes. Le temps passé ne définit plus la valeur créée de la même façon qu'avant. Quand j'entends parler de la semaine à 32 heures, à 35 heures ou à 39 heures, je crois vraiment qu'il s'agit d'un débat d'un autre temps."

La 2e édition de Biznext Bordeaux aura lieu le jeudi 8 décembre à partir de 17h30 au Centre de congrès de la Cité mondiale. Cet événement est dédié à l'économie de demain et donne la parole à de nombreux intervenants à travers des keynotes, masterclass... avant une remise de prix. Découvrez le programme ici et inscrivez-vous ici !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2018 à 18:12 :
bon,soir
je suis mr castiel Samuel PLUS DE 3ANS QUE J ESSAYE DE RECRUTER
DES COMMERCIAUX TERRAINS SURT LA FRANCE.
DEPUIS LE 18 DECEMBRE 2017 ON ME COUPE MES ANNONCES
AVEC TOUS LES MOIS PLUS DE 1000 EURO
POUVEZ VOUS INTERVENIR
IL N ONT AUCUN JUSTIFICATIF MERCI DE M AIDER

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :