Pour Champeil la croissance est de retour

 |   |  638  mots
Malgré ses dangers, l'inflation pourrait être un mécanisme curatif efficace pour traiter les dettes publiques.
Malgré ses dangers, l'inflation pourrait être un mécanisme curatif efficace pour traiter les dettes publiques. (Crédits : © Russell Boyce / Reuters)
La croissance devrait s’affermir et durer. Une bonne nouvelle qui ne supprime pas pour autant, prévient Axel Champeil, PDG de Champeil Asset Management (CAM), les risques liés aux grandes quantités de monnaie utilisées pour lutter contre les derniers effets de la crise de 2008.

Dans sa dernière livraison de la "Lettre des gérants", datée d'avril 2017, Axel Champeil, PDG de CAM, à Bordeaux, observe tout d'abord que la volatilité des marchés financiers s'est calmée, et que la stabilité toute relative du début d'année s'est raffermie. Au point que "les marchés ont reprise leur chemin haussier jusqu'à dépasser, pour le CAC 40, le seuil des 5.000 points et ainsi retrouver les niveaux de 2015".

Cette évolution haussière n'a pas été démentie au cours du 1er trimestre 2017, avec un CAC 40 à +5,35 %. Une progression partagée par les autres places financières, en particulier aux Etats-Unis, souligne Axel Champeil, où la révision à la hausse du produit intérieur brut pour le 4e trimestre 2016, à +2,1 % contre +1,9 %, a boosté l'optimisme des investisseurs. De même que la publication d'un indice de confiance des ménages "au beau fixe", grâce à "la hausse des actifs financiers et de l'immobilier".

Une économie durablement bien orientée

Le PDG de CAM corrige à la baisse l'impact sur les marchés de l'incertitude générée par les diverses élections programmées cette année en Europe. "Les investisseurs étrangers, longtemps inquiets de la perspective d'une  victoire de l'extrême-droite en France, semblent réévaluer cette probabilité, notamment après la défaite du parti populiste hollandais" estime la "Lettre des gérants". La fin du second tour à l'élection présidentielle dira s'ils ont eu ou non raison de se rassurer.

Toujours est-il que, selon Axel Champeil, les investisseurs semblent pour le moment d'abord séduits par la bonne orientation de l'économie, favorable aux entreprises, avec à la clé une "augmentation des flux au profit des actions". Une attitude jugée tout à fait pertinente par le PDG de CAM pour qui cette réorientation positive de l'économie va être durable, et favoriser à long terme l'attractivité des actions, dont Champeil Asset Management, est, rappelons-le, un spécialiste. Axel Champeil n'en reste pas moins conscient de "la multitude de sources de risques aujourd'hui largement occultées pouvant impacter les marchés", des dangers constitués par "l'importante liquidité et les valorisations de certains actifs".

Une inflation bombe à retardement ?

Si le PDG de CAM ne parle pas de bulle spéculative il parie sur "la survenance prochaine de pics de volatilité", dont le côté positif est de permettre de faire de bonnes affaires si l'on est suffisamment rapide et bien avisé... Les autres risques "identifiés" sont du type super lourd puisqu'ils portent sur l'existence de l'Union Européenne et de la Zone euro, "notamment au fur et à mesure des avancées sur le Brexit". Sans compter le retour de l'inflation. Ce phénomène de hausse des prix, qui va généralement de pair avec un retour de la croissance économique, inquiète Axel Champeil car avec les "importantes injections monétaires mondiales", pratiquées aux Etats-Unis mais aussi dans la Zone euro, le rythme de l'inflation pourrait selon lui s'accélérer brutalement, entrainant un mouvement de hausse des taux probablement violent, et en fin de compte d'énormes tensions sur le marché obligataire.

Un scénario plutôt sombre puisqu'il implique à terme une réévaluation à la hausse des emprunts d'Etat, dont les obligations assimilables du trésor (OAT), à 10 ans, sont le thermomètre en France. Axel Champeil ne condamne pas pour autant les vertus curatives de l'inflation. "A défaut de réforme et compte tenu de la dépendance des investisseurs aux liquidités, nous pensons que l'arme de l'inflation servira d'ajustement" relève ainsi le PDG de CAM. Confiant dans l'évolution des actions européennes à moyen terme, Axel Champeil met en avant "les résultats 2016 des sociétés du CAC 40, dont la quasi-totalité ressortes conformes ou supérieures aux attentes, avec des multinationales largement bénéficiaires (+35 % vs 2015)...".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :