Pour Champeil, les élections angoissent les marchés financiers

 |   |  576  mots
L'élection à la présidence de la République française est l'un des grands scrutins européens de l'année 2017.
L'élection à la présidence de la République française est l'un des grands scrutins européens de l'année 2017. (Crédits : DR)
L’incertitude générée par les différentes élections prévues dans l’Union européenne, à commencer par la présidentielle en France, rend les investisseurs des marchés financiers nerveux, analyse Axel Champeil, PDG de Champeil Asset Management (CAM), à Bordeaux.

Dans sa dernière livraison de la "Lettre des gérants", datée de mars 2017, Axel Champeil, PDG de Champeil Asset Management (CAM), à Bordeaux, prévient tout d'abord que la croissance des marchés que laissaient augurer les bons résultats publiés par les entreprises n'a pas pu avoir lieu, en particulier en Europe à cause de la grande incertitude que font peser sur les marchés les différentes élections. Axel Champeil, qui a déjà égrené depuis 2016 les scrutins européens potentiellement cruciaux pour la stabilité des marchés, se focalise cette fois sur la France.

Les marchés, s'ils restent "relativement résilients" grâce aux bons résultats des entreprises, au maintien de taux d'intérêt bas et à la poursuite d'une politique monétaire accommodante par la Banque centrale européenne (BCE), ne sont pas, selon Axel Champeil, pour autant hors de danger. Car les investisseurs s'inquiètent des risques de décomposition de l'Union européenne et de la zone euro que font courir certains candidats à la présidentielle. Le PDG de CAM estime ainsi que seuls les résultats électoraux permettront aux marchés de se revaloriser. Autrement-dit que les investisseurs ne seront pas rassurés tant qu'ils ne seront pas convaincus que les pires dangers sont écartés.

"En conséquence, il faudra être patient", avertit Axel Champeil, qui met en avant le choc psychologique provoqué par "La mise en difficulté du candidat du parti Les Républicains, principal candidat pro-européen et réformateur...".

Des investisseurs étrangers pas rassurés

Pour autant le PDG de CAM assure que son approche prudente n'est pas dictée, en tout cas pas directement, par ces incertitudes électorales.

"Si nous adoptons une attitude prudente, ce n'est pas tant en raison d'un pessimisme quant aux risques énumérés ci-avant, que l'anticipation de période de stress, étant rappelé que les principaux intervenants des marchés français sont étrangers, avec une vision de la France plutôt négative, relayée par les médias étrangers" décortique Axel Champeil.

Comme d'autres dans l'Union européenne, la barque de la France est bien chargée. Le risque politique reste ainsi suffisamment élevé pour mettre les marchés sous pression, sans les déstabiliser tout à fait.

Autrement-dit c'est à nouveau un moment idéal pour les investisseurs chevronnés, une situation génératrice de volatilité dont CAM compte bien profiter "pour renforcer notre exposition aux actions, convaincus que le flux vers les actions européennes et françaises s'accélèreront à terme au détriment des marchés américains, relativement chers, et des obligations", déroule le gestionnaire.

Le gestionnaire en veut pour preuve la très forte hausse du Dow Jones "qui a significativement dépassé les 20.000 points". Comparés à ce chapiteau boursier américain "les marchés européens paraissent en retard", un écart que le PDG de CAM explique par "la fragilité du modèle européen". Axel Champeil conclut la "Lettre des gérants" de ce mois de mars par une forme d'appel à un sursaut libéral.

"La capacité que nous aurons à réformer, laisse espérer une poursuite haussière des marchés pour venir dépasser également nos points hauts (6.000 points pour le CAC soit 20 % de potentiel)", éclaire-t-il.

On voit par là que le choix fait par les électeurs pour cette élection présidentielle aura, quoi qu'il arrive, des conséquences immédiates, potentiellement importantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :