Accès Industrie : une opération à plus de 100 M€

 |   |  708  mots
Pascal Meynard et Eric Lacombe
Pascal Meynard et Eric Lacombe (Crédits : D.R)
La prise de contrôle du capital d’Accès Industrie, à Tonneins (Lot-et-Garonne), par Parquest Capital, porte sur un financement total de plus de 100 M€. Cette opération va s’achever par une offre publique d’achat (OPA) que devrait suivre le retrait d’Accès Industrie de la Bourse.

La cession par Butler Capital Partners de la majorité du capital d'Accès Industrie, un des leaders de la location de nacelles élévatrices, au fonds d'investissement Parquest Capital, le 15 septembre dernier, a été conseillée à la fois par Alienor Partners, à Bordeaux, qui est intervenu auprès du management de la PME lot-et-garonnaise, et par la banque d'affaires Oaklins, géant mondial du conseil en fusion acquisition et finance d'entreprise (coporate finance). Mandaté fin 2016 par la direction d'Accès Industrie, Oaklins, via son bureau de Toulouse, qui couvre le Sud-Ouest, a mis sept mois à trouver le financement nécessaire à cette double opération, composée de la recomposition du capital de l'entreprise, mais aussi du refinancement de la dette d'exploitation.

"La qualité des équipes et du réseau d'Oaklins nous a permis de présenter une opération particulièrement complexe à un panel de professionnels bien ciblés. Le résultat est un succès et nous permet de nous engager dans un nouveau cycle de croissance" souligne Eric Lacombe, président du directoire d'Accès Industrie, avec quelque raison.

Car au terme de cette double opération la PME de Tonneins, qui emploie 350 salariés dans 29 agences et détient un parc de 5.000 machines, a été valorisée à plus de 100 M€ (son CA était de 53 M€ en 2016). Ce qui au bout du compte représente une opération financière significative, y compris à l'échelle nationale.

Toulouse et Montpellier en force

Comme nous l'avons déjà annoncé, le fonds d'investissement parisien Parquest Capital, qui affiche 300 M€ sous gestion et a levé 310 M€ début 2017 au titre de son nouveau véhicule (Parquest Capital II FPCI), est l'investisseur principal dans cette opération. Et le refinancement d'Accès Industrie est même la première opération réalisée par le biais de Parquest Capital II FPCI.

Ce fonds d'investissement est accompagné par l'Irdi Soridec Gestion, société d'investissement qui affiche 200 M€ sous gestion, fédère six sociétés de capital-risque distribuées entre Toulouse et Montpellier (Irdi, Soridec, MPcroissance, Jeremie LR, Soridec 2, Irdinov) et était déjà présente au capital d'Accès Industrie. CM-CIC Investissement, à Bordeaux, société de gestion de portefeuille du groupe Crédit Mutuel-CIC, partie prenante de l'opération, est un nouvel entrant au capital d'Accès Industrie.

Le solde du financement est constitué d'une dette unitranche (type de financement pour les LBO) de 62 M€ apportée par les fonds d'investissements parisiens IDInvest Partners, spécialisé dans les PME européennes (2 Md€ sous gestion) et Artemid, dédié aux entreprises de taille intermédiaire (ETI), avec 345 M€ sous gestion.

Le capital remboursé à la fin

Particularité de cette dette unitranche complémentaire, incluse dans la recomposition du capital et consacrée au refinancement de la dette d'exploitation : elle est couverte par un financement in fine. Généralement réservé à des entreprises de plus grande taille, à des ETI, le financement in fine permet à l'emprunteur de rembourser la totalité du capital dû d'un seul coup, lors de la dernière échéance. Les autres servant à rembourser les intérêts.

Cette formule permet d'alléger le poids des mensualités et donner plus de marge de manœuvre financière à l'entreprise. Accès Industrie a connu une histoire mouvementée, depuis sa création en 1998, et a bien failli disparaître. Cela n'a pas été le cas et finalement, Eric Lacombe et Pascal Meynard, directeur général, se sont montrés convaincants.

"Malgré un secteur cyclique et un retournement financier récent, l'équipe dirigeante a su emporter l'adhésion des partenaires financiers, grâce à la solidité du modèle économique, une organisation et une gestion remarquables du groupe. Le process a été intense avec une consultation simultanée de banques, fonds d'investissement, mezzaneurs et fonds de dette" déroule Raphaël Petit, directeur associé d'Oaklins à Toulouse.

Accès Industrie est coté en Bourse mais lors de l'opération du 15 septembre dernier,  91,68 % de son capital est passé sous le contrôle de Parquest Capital, au tarif de 6,78 € par action. Le solde des actions doit être entièrement ramassé sur le marché boursier via une OPA, au même prix. Après quoi Accès Industrie devrait se retirer de la Bourse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :