Ford Europe invité à Bercy demain pour parler de Ford Aquitaine Industries

 |   |  421  mots
Ford est revenu à Blanquefort après en avoir disparu.
Ford est revenu à Blanquefort après en avoir disparu. (Crédits : J. Philippe Déjean)
C’est demain mercredi 22 février que le secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christophe Sirugue, reçoit des représentants de Ford Europe pour parler de la situation de Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort (Gironde).

Le dossier FAI s'est à nouveau imposé depuis début janvier à l'agenda de nombreux décideurs. Services de l'Etat, avec le préfet en tête, élus, cadres dirigeants de Ford Europe et syndicats sont désormais sur le pont pour faire le point. L'objectif est de savoir si oui ou non Ford envisage de fermer sa filiale girondine, spécialisée dans la fabrication de boîtes de vitesses automatiques, et qui emploie autour de 930 salariés. Jusqu'à présent, la direction de Ford Europe répète qu'il n'en est pas question alors que les syndicats et désormais les élus s'inquiètent de ne pas voir de nouveau projet industriel développé sur place pour assurer l'avenir.

La semaine dernière, le 14 février, des représentants de l'intersyndicale CFE-CGC, CFTC, CGT, FO de FAI ont été reçus au secrétariat d'Etat à l'Industrie par MM Belda et Ivon, respectivement conseiller en charge du pôle restructuration et des relations avec les partenaires sociaux du cabinet du secrétaire d'Etat, et conseiller en charge des mutations économiques et des restructurations. Comme le précise Jean-Luc Gassies, élu CFTC au comité d'entreprise de FAI, les conseillers "ont seulement confirmé que Linda Cash, Andrew McCall, Steven Armstrong seraient les représentants de Ford lors de la rencontre entre la multinationale et les pouvoirs publics prévue le 22 février 2017".

Manif de la CGT Ford Aquitaine devant Bercy

Les deux conseillers ont semble-t-il tenu à préciser aux représentants de l'intersyndicale qu'ils organisaient ce type de rencontre de manière à avoir séparément l'avis de toutes les parties impliquées, partant du fait que tout le monde sera présent lors du comité de suivi organisé le 9 mars à la préfecture de la Gironde.

"L'analyse partagée des membres de l'intersyndicale a été expliquée aux conseillers ministériels. De nombreux éléments ont été passés en revue avec l'appui de l'expert du comité d'entreprise : le cabinet Sécafi Alpha", complète Jean-Luc Gassies.

Le syndicat CGT de Ford Aquitaine Industries, emmené par Philippe Poutou (candidat NPA à l'élection présidentielle) et Gilles Lambersend, tient quant à lui à marquer le coup et organise demain mercredi 22 février une manifestation devant le ministère de l'Economie et des Finances, à Bercy, pendant que les envoyés de Ford Europe y seront en réunion, entre 12 h 30 et 14 h 30. Il est peu probable que les représentants ministériels ressortent de cette réunion avec une annonce fracassante à faire, mais on ne sait jamais...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :