Ford Aquitaine Industries mobilise Alain Juppé

 |   |  360  mots
Kieran Cahill (à droite sur notre photo), directeur de la division moteurs et transmissions du groupe Ford Europe, est aussi président de FAI.
Kieran Cahill (à droite sur notre photo), directeur de la division moteurs et transmissions du groupe Ford Europe, est aussi président de FAI. (Crédits : DR)
Alain Juppé et Virginie Calmels se sont à leur tour lancés dans la course à la sauvegarde de Ford Aquitaine Industries, l’usine girondine du constructeur américain.

Comme nous l'avons annoncé dans nos colonnes, Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole, a reçu ce vendredi 20 janvier à 16 heures, à la mairie de Bordeaux, en compagnie de Virginie Calmels, adjointe au maire en charge de l'économie et vice-présidente de la Métropole, et Geneviève Le Bigot, conseillère spéciale du maire, les représentants de l'intersyndicale CFE-CGC, CFTC, CGT, FO de Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort (Gironde).

Selon les syndicats, Alain Juppé a rappelé qu'il est très attaché à la présence de Ford à Blanquefort et "qu'à une époque tous les élus, quelque soit leur bord politique, s'étaient mobilisés". Alain Juppé a informé l'intersyndicale de FAI qu'il était intervenu "auprès de la haute direction de Ford Europe, qui est disposée à le rencontrer prochainement". L'élu s'est dit particulièrement conscient de l'état de la situation à FAI et a dit qu'il appuyait la tenue d'un comité de suivi dédié à Ford Aquitaine Industrie.

Alain Juppé devrait également entrer en contact avec Christine Lagarde, la patronne du Fonds monétaire international (FMI). Sans aucun doute parce que cette dernière était venue à Bordeaux, alors qu'elle était ministre de l'Economie, pour superviser la vente par Ford de sa filiale girondine au groupe de retournement allemand HZ Holding en 2010. Ce qui implique que Christine Lagarde a été en contact avec les plus hauts dirigeants de Ford Europe.

La situation a depuis changé. FAI, qui employait alors 1.600 salariés, n'en compte plus qu'un peu plus de 900, et l'élection de Donald Trump n'incite pas à l'optimisme transatlantique. Mais avec sa position à la tête du FMI peut-être est-il possible que Christine Lagarde puisse entrer en contact avec le quartier général du groupe Ford, à Dearborn, dans la banlieue de Détroit (Michigan), pour évoquer l'attente par FAI d'un nouveau projet industriel ? En tout cas Alain Juppé et Virginie Calmels sont sur le pont et pour les syndicats de FAI il ne fait aucun doute qu'une solution industrielle existe au sein du groupe, par exemple en transférant à Blanquefort la fabrication des boîtes de vitesses à huit ou neuf rapports.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2017 à 18:36 :
Une fois de plus l'état intervient.
Ca ne gêne pas Poutou qu'A.Juppé s'immisce dans la gestion de Ford ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :