Immobilier : ville par ville le prix des maisons en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  936  mots
Bordeaux très bien placée dans le palmarès immobilier régional.
Bordeaux très bien placée dans le palmarès immobilier régional. (Crédits : Pascal Rabiller)
Le Crédit Foncier a livré son analyse sur l’évolution régionale du marché immobilier en Nouvelle-Aquitaine. Il est bon et devrait continuer à l’être en 2017. Cette étude de fond éclaire des tendances à long terme mais permet aussi de découvrir à quel prix se vendent les maisons anciennes dans les grandes villes de la région.

Le Crédit Foncier, qui fait un tour de France des métropoles, était le 21 mars à Bordeaux. Filiale du groupe bancaire BPCE le Crédit Foncier (100 Md€ d'encours de crédit, 2.681 équivalents temps plein) intervient notamment dans le financement de l'accession à la propriété, dans celui des investisseurs et professionnels de l'immobilier ou des équipements publics.

Benoît Catel, Anne-Marie Gascard, Jean Blain, Gérard Rul et Damien Lavaud, respectivement directeur général délégué du Crédit Foncier, directeur général du Crédit Foncier immobilier, directeur régional Sud-Ouest, directeur général adjoint du Crédit Foncier expertises et directeur régional expertises Sud-Ouest étaient à Bordeaux pour présenter l'année immobilière 2016 et plus précisément l'analyse du marché du logement en Nouvelle-Aquitaine en 2017. C'est dans l'un des salons de l'Intercontinental-Le Grand Hôtel que les représentants du Crédit Foncier ont déroulé leurs analyses qui convergent vers une même conclusion : en 2017 le marché du logement en Nouvelle-Aquitaine va continuer à grimper.

+15,3 % de constructions

Avant cela Jean Blain a éclairé à l'aide de quelques indicateurs les traits saillants de l'année immobilière 2016 en France.

"A 157 Md€ le volume de crédits immobiliers engagés en 2016 est en hausse de +31 % par rapport à 2014 ! Ce volume ne prend en compte que les crédits nouveaux. Il n'agrège pas les 66 Md€ de crédits immobiliers renégociés. Le marché est aussi porté par la faiblesse des taux et le développement du prêt à taux zéro (PTZ), dont près de 25 % a servi dans l'ancien", pointe notamment le directeur régional.

Comme l'a ensuite confirmé Gérard Rul, le PTZ, qui rend davantage de ménages solvables, a dopé les ventes de maisons individuelles au plan national, en hausse de +19,5 %, avec 50 % de transactions réalisées grâce à un prêt à taux zéro. La Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes) s'inscrit dans cette relance immobilière. Le nombre de permis de construire accordés dans la région, qui s'élève à 45.600 en 2016, est en hausse de +8,8 %, tandis que celui des logements construits, soit 39.100, grimpe de +15,3 %.

La Gironde pèse 40 % du marché

"La construction de logements se focalise d'abord sur trois agglomérations de la région : Bordeaux, Bayonne puis La Rochelle", observe Damien Lavaud. Ce qui donne 6.957 logements construits, à fin janvier 2017, à Bordeaux Métropole, 2.953 à Bayonne et 2.153 à La Rochelle. La-Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon, arrive en quatrième position, avec 1.138 constructions, juste devant Pau (872). Le Crédit Foncier relève qu'avec 9.266 ventes de logements neufs l'an dernier, la Nouvelle-Aquitaine s'est hissée à la 5ème place nationale, avec 7 % du marché, derrière Ile-de-France (26 %), Auvergne-Rhône-Alpes (15 %), Provence-Alpes-Côte d'Azur (12 %) et Occitanie-Pyrénées-Méditerranée (11 %).

Le prix moyen du mètre carré neuf est de 3.806 euros en 2016 en Nouvelle-Aquitaine (contre 3.684 euros en 2015), 3.837 euros à Bordeaux Métropole (contre 3.694 euros) et 4.331 euros à Bordeaux intra-muros (contre 4.149 euros). Le marché du logement ancien s'est également montré dynamique l'an dernier en Nouvelle-Aquitaine. Un secteur dans lequel se détachent quatre poids lourds, à commencer par la Gironde, qui pèse à elle seule 40 % du marché, en hausse de +4,2 % l'an dernier par rapport à 2015, devant Pyrénées-Atlantiques (14 % du marché, +1,5 %), Charente-Maritime (13 %, -7,4 %) et Landes (9 %, -4 %). A eux quatre ces départements maritimes captent 76 % du marché du logement ancien en Nouvelle-Aquitaine ! Preuve s'il le fallait de l'attractivité des départements côtiers.

Petits marchés en forte hausse

L'évolution des marchés montre toutefois que de nombreux départements de l'intérieur ont enregistré de fortes hausses pour des marchés il est vrai parfois très modestes, à l'instar de la Creuse, qui représente 1 % du marché régional et où la vente de logements anciens a grimpé de +66,7 %. La Corrèze (2 % du marché) prend la seconde place, avec une hausse de +24,8 %, devant la Charente (3 %), à +15,2 %, le Lot-et-Garonne (3 %), à +13,2 %, la Haute Vienne (4 %), à +10 %, la Vienne (4 %), à +9,3 %.

D'autres départements sont stables, comme la Dordogne (4 %), à -0,1 %, et les Deux Sèvres (3 %), à -0,9 %. L'évolution des prix dans l'ancien est de son côté plus nettement tranchée et Bayonne et La Rochelle sont les seules agglomérations, hors Bordeaux Métropole, comme le dévoile Damien Lavaud "où les prix ne sont ni stables ni baissiers mais haussiers !".

Le palmarès des maisons ville par ville

Il faut compter 3.714€/m2 pour un appartement ancien à Bordeaux contre 3.528€ à La Rochelle et 2.950€ à Bayonne. Il en coûte aussi 1.945€/m2 à Dax, 1.858€ à Périgueux, 1.756€ à Pau, 1.733€ à Mont-de-Marsan, 1.729€ à Poitiers1.537€ à Brive et 1.502€ à Niort. Le marché des maisons anciennes est en forte progression dans la région, avec une croissance comprise entre +2 % et +10 %, dont +4 % dans le secteur de Bordeaux. Dans le périmètre de Bordeaux Métropole la ville de Bègles enregistre une véritable flambée sur se segment de marché, à +13 % !

Tous types de maisons anciennes confondus, le hit parade des prix 2016 confirme l'ascendant des stations balnéaires et villes côtières pour les transactions élevées. C'est à Arcachon que les maisons anciennes se sont négociées au prix le plus élevé dans la région l'an dernier, à 567.794 euros, juste devant Biarritz (540.708 euros), Bordeaux (393.640 euros), Bayonne (388.629 euros) et La Rochelle (298.669 euros). Dans les territoires de l'intérieur c'est à Pau (Béarn) que les prix les plus élevés sur les ventes de maisons anciennes ont été enregistrés, à 247.134 euros, devant Poitiers (191.837 euros), Limoges (185.539 euros), Mont-de-Marsan (184.788 euros), chef lieu des Landes, Dax (170.893 euros), ville thermale landaise, Agen (170.816 euros), Périgueux (168.457 euros), Brive (167.310 euros), Niort (162.751 euros), Angoulême (160.147 euros) et Tulle (125.863 euros). Malgré des écarts très nets entre les territoires les plus continentaux et ceux proches des côtes, le marché immobilier devient plus tonique dans la région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :