Régionales : le Mouvement de la ruralité mise sur Jean Lassalle pour marquer les esprits

Mené par l'ancien président de CPNT, Eddie Puyjalon, le Mouvement de la ruralité conduit une liste autonome en vue des élections régionales des 20 et 27 juin en Nouvelle-Aquitaine. La promotion de l'agriculture, des villes moyennes et des lignes ferroviaires de proximité sont au programme de cette liste qui mise sur la notoriété du Béarnais Jean Lassalle pour convaincre notamment les abstentionnistes.

5 mn

Conseiller régional sortant, Eddie Puyjalon est la tête de liste du Mouvement de la ruralité (MLR) en Nouvelle-Aquitaine pour le scrutin régional des 20 et 27 juin 2021.
Conseiller régional sortant, Eddie Puyjalon est la tête de liste du Mouvement de la ruralité (MLR) en Nouvelle-Aquitaine pour le scrutin régional des 20 et 27 juin 2021. (Crédits : Agence APPA)

Jean Lassalle. Le nom et le visage du député des Pyrénées-Atlantiques, qui sera probablement à nouveau candidat à l'élection présidentielle de 2022, pourraient résumer la stratégie politique du Mouvement de la ruralité (MLR) pour la campagne des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine. Figurant en avant-dernière position non éligible sur la liste en Gironde, le Béarnais s'affiche pourtant en grand sur les affiches de campagne et les bulletins de vote tandis que son frère, Julien Lassalle, est tête de liste dans les Pyrénées-Atlantiques. Une stratégie délibérée et parfaitement assumée par Eddie Puyjalon, conseiller régional sortant et tête de liste régionale de LMR, crédité de seulement 2 % des intentions de vote dans le dernier sondage disponible : "Notre objectif est d'être au-delà des 10 % au soir du 1er tour grâce au poids de Jean Lassalle, qui a une vraie cote d'amour et parle énormément aux gens, d'autant qu'il participe désormais activement à la campagne. Or, ce sondage n'a même pas mentionné son nom !"

Le Mouvement de la ruralité

Bien qu'en position non-éligible, Jean Lassalle est la figure de proue du Mouvement de la ruralité en Nouvelle-Aquitaine (crédits : LMR).

Positionner le Mouvement dans le paysage politique

Il faut dire que le Mouvement de la ruralité a bien besoin de se faire connaître 18 mois seulement après sa création, à la veille du confinement sanitaire, par des élus de CPNT (Chasse, pêche, nature et tradition) dont Eddie Puyjalon a été président national et porte-parole pendant plusieurs années. En 2015, il a été élu conseiller régional sur la liste LR de Virginie Calmels mais il s'en est émancipé et entend désormais défendre jusqu'au bout les couleurs de la ruralité :

"J'aurai pu figurer en bonne place sur la liste LR de Nicolas Florian et être réélu sans difficulté mais je suis un homme libre et sincère et je dis ce que je pense. Nous étions les premiers à parler de démétropolisation et aujourd'hui tout le monde nous copie ! Le Mouvement de la ruralité a vocation à réunir les 400.000 chasseurs de Nouvelle-Aquitaine mais aussi des électeurs de toutes les tendances, LR, RN et même PS, et surtout le gros vivier des abstentionnistes", explique Eddie Puyjalon, 62 ans et ancien cadre de chimie qui habite à Cubzac-les-Ponts, dans le nord de la Gironde.

Bien implanté dans les Pyrénées-Atlantiques, en Gironde et en Charente-Maritime, le parti assure être ne mesure de créer la surprise.

Le retour des villes moyennes

Mais au-delà de Jean Lassalle, le mouvement a construit un programme bâti sur la promotion des villes moyennes et présenté comme étant "de centre-droit" par Eddie Puyjalon. "Le retour des villes moyennes ça suppose une réelle volonté politique et d'importants moyens financiers pour convaincre les PME et petites moyennes industries de s'installer dans les territoires ruraux. Et pour cela il faut plus de proximité et de réactivité dans l'octroi des aides aux entreprises", détaille Eddie Puyjalon, qui promet que l'administration régionale montrera l'exemple en décentralisant ses propres services. Un plan de formation et de reconversion professionnelle, notamment pour les femmes et les personnes handicapées, est également proposé pour accompagner les transitions et correspondre aux besoins d'emploi de chaque territoire.

Lire aussi 4 mn297.000 projets de recrutements prévus en Nouvelle-Aquitaine en 2021, en baisse de -3,4 %

Les liaisons routières et ferroviaires vers et entre ces villes moyennes de Nouvelle-Aquitaine sont également priorisées par LMR qui ne soutient pas le prolongement de la grande vitesse vers Toulouse et vers l'Espagne et plaide plutôt, à l'instar des écologistes, pour une optimisation des voies existantes. "Il faut mettre ces 450 millions d'euros sur les petites lignes pour soulager ces usagers qui souffrent au quotidien à Blaye, à Agen, à Limoges et bien d'autres", considère la tête de liste régionale qui défend "de vrais choix d'aménagement du territoire au-delà des discours" en soutenant les aéroports régionaux et la liaison ferroviaire Bordeaux-Lyon.

Concilier écologie et agriculture

L'agriculture c'est l'autre cheval de bataille du Mouvement de la ruralité notamment sur la question cruciale de la gestion de l'eau. "Il faut réhabiliter toutes les zones humides et assumer clairement la création de retenues d'eau pour nos agriculteurs et les multiplier. C'est un vrai sujet de divergence avec la politique verdâtre d'Alain Rousset", attaque Eddie Puyjalon qui préconise aussi la généralisation des circuits courts et la formation des acheteurs publics à ces problématiques locales et qualitatives.

LMR défend également un plan de limitation des émissions de CO2 grâce à un triptyque : séquestration du CO2 dans les sols et les forêts ; stockage du carbone dans les usages du bois ; substitution des énergies fossiles par le bois-énergie. Et si les éoliennes sont vilipendées, le Mouvement de la ruralité propose de réduire la part régionale de la taxe sur les carburants et les cartes grises et de s'en servir exclusivement pour financer des kits de réduction des particules fines et de consommation de carburant pour équiper les particuliers et professionnels, à commencer par les 5.000 bus de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi 7 mnAutomobile : conforté par l'Ademe, le retrofit cherche son modèle économique

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/05/2021 à 7:03
Signaler
Accoler Lassalle et centre-droit quand on sait les liens entre l'individu avec l'extrême droite, type Zemmour, type complotiste type Chouard, avec les banquiers type Inchauspé, contre le mariage pour tous, pro-chasse, anti ours, etc. On est très loin...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.