Départementales en Gironde : la liste LREM lance sa campagne en chargeant le PS

La députée Christelle Dubos, tête de liste LREM pour les élections départementales des 20 et 27 juin en 2021 en Gironde, s'en est prise à la majorité socialiste sans la nommer lors de son lancement de campagne. Christelle Dubos entend "Changer d'ère".

3 mn

Christelle Dubos, candidate LREM aux élections départementales en Gironde.
Christelle Dubos, candidate LREM aux élections départementales en Gironde. (Crédits : DR)

Députée de la Gironde LREM (12e circonscription, Créon) Christelle Dubos, ex-secrétaire d'Etat auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, est la tête de la liste majorité présidentielle baptisée « Changer d'ère », qui associe candidats LREM, Modem, Agir et Territoire de progrès (TDP), avec parfois des sans étiquette.

"Pendant plus de vingt ans je suis intervenue comme travailleuse sociale et j'ai l'intérêt général chevillé au corps. J'ai été une ministre d'Edouard Philippe pendant deux ans au cours desquels j'ai eu l'occasion de porter et défendre l'espoir, en particulier celui de ceux qui vivent dans la misère. En défendant le plan de lutte et de prévention contre la pauvreté, car c'est un droit humain précieux de ne pas voir faim ni d'avoir froid, de ne pas être laissé sur le bord du chemin", a tout d'abord commencé la candidate.

Lire aussi : Régionales : Nicolas Florian veut prendre le taureau de l'insécurité par les cornes

Le PS de Gironde pas cité mais liquidé en deux phrases

Christelle Dubos s'est ensuite attaquée au sujet central de sa campagne à venir. Exécutant en deux phrases assassines son adversaire, le Parti socialiste de Gironde,  sans le nommer. Sans doute pour mieux cadrer sa campagne.

"Depuis quarante ans en Gironde règne une dynastie politique. Celle d'élus qui se partagent un pouvoir atavique, qu'ils exercent par habitude dans le sectarisme et l'incohérence", a-t-elle ainsi asséné. "Et aujourd'hui, aux côtés des forces du renouveau, il est enfin temps de changer d'ère en Gironde. Cette alternance tant attendue doit être un renouvellement des idées, des pratiques et des femmes et des hommes qui les incarnent".

Lire aussi : Départementales : en Gironde le PS lance la campagne à gauche

La candidate a ensuite conclu sa charge par une note à la petite musique trumpienne. "Qu'on se le dise, le département actuel ce n'est pas une politique, c'est un système" a-t-elle lancé. D'où l'absolue nécessité de "Changer d'ère".

Cohérence entre les échelons territoriaux

"En bonne intelligence avec la campagne régionale, nous portons un projet de territoire cohérent", a ensuite éclairé Christelle Dubos. La tête de liste a ainsi souligné qu'elle travaillait avec son équipe en bonne intelligence avec l'échelon régional, remerciant pour leurs soutiens Claire Zanotti, déléguée territoriale de Territoire de Progrès, Aziz Skalli, délégué départemental LREM et conseiller municipal à Bordeaux, Geneviève Darrieussecq (tête de liste régionale LREM) et Michel Dufranc, représentant d'Agir "pour avoir contribué à présenter des candidatures unies car avec mon expérience récente de la vie politique, je peux affirmer, plus que jamais, que la division est inopérante !".

Lire aussi : Elections régionales : un 1er sondage place le PS et le RN en tête en Nouvelle-Aquitaine

De son côté Aziz Skalli a souligné qu'il ne "fallait laisser aucun espace au RN sur le territoire départemental", ce qui suppose de ne pas fragiliser de candidats dans certains endroits et d'en appuyer d'autres ailleurs. Après avoir souligné que "Changer d'ère c'est aussi changer les visages". Les alliés de LREM dans cette campagne départementale, comme Claire Zanotti, ont témoigné qu'ils étaient bien sur la même longueur d'onde que leur tête de liste.

Lire aussi : Elections régionales : La Tribune organise un débat en Nouvelle-Aquitaine le 3 juin

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/05/2021 à 13:16
Signaler
Le problème des LREM est que ce parti ne peut reposer que sur l'instant présent car tout justé crée et l'instant présent c'est la popularité ou non de l'exécutif et du législatif or pas de bol, l'idéologie néolibérale nihiliste qui prédomine dans ce ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.