Annick Girardin, la ministre de la Mer, a fait sa première visite officielle à Arcachon

 |   |  649  mots
Annick Girardin, au centre, lors de sa prise de parole à Arcachon à côté de Sophie Panonacle (à gauche).
Annick Girardin, au centre, lors de sa prise de parole à Arcachon à côté de Sophie Panonacle (à gauche). (Crédits : DR)
La ministre de la Mer, Annick Girardin, a répondu favorablement à l'invitation de la députée LREM de la Gironde Sophie Panonacle et s'est rendue pendant deux jours sur le bassin d'Arcachon pour sa première visite officielle. Entre les associations de dépollution sous-marine ou encore de secours en mer, et les chantiers navals développant par exemple la propulsion électrique, la ministre a pu faire connaissance en profondeur avec le territoire.

C'est sur le bassin d'Arcachon, à l'occasion de la 2e édition de la Fête de la mer et des littoraux, créée par la députée LREM de la Gironde Sophie Panonacle, qu'Annick Girardin, ministre en charge du tout nouveau ministère de la Mer, a fait sa première visite officielle les vendredi 17 et samedi 18 juillet.

Lire aussi : Sophie Panonacle, porte-voix de l'économie bleue auprès d'Emmanuel Macron

La France, qui détient le deuxième plus grand espace maritime du monde, derrière les Etats-Unis, ne disposait plus de ministère de la Mer de plein exercice depuis 1991. C'est donc à la faveur du dernier remaniement ministériel, avec l'arrivée du nouveau Premier ministre Jean Castex, qu'Emmanuel Macron a donné son feu vert à la résurrection de ce ministère qui, c'est le moins que l'on puisse dire, va devoir faire face à de nombreux défis stratégiques dans un espace national singulier, qui s'étend de l'Atlantique nord et de la Méditerranée à l'Antarctique, en passant par les Caraïbes, les océans Indien et Pacifique.

Découverte de la pinasse électrique de e-marine

Annick Girardin, qui a été ministre des Outre-mer dans le gouvernement Philippe, a rencontré à l'occasion de sa visite les responsables du Comité régional des pêches, mais aussi des dirigeants de chantiers navals, tout comme les trois associations SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) du bassin (Arcachon, Arès, Lège-Cap-Ferret) ou encore les plongeurs de la NSA (Nettoyeurs sous-marins arcachonnais), qui dépolluent bénévolement les fonds marins. Une visite à laquelle a participé le 18 juillet Alain Rousset, président (PS) de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi : Des entreprises labelisées "Vague bleue" au Salon nautique d'Arcachon

"Ces discussions avec les représentants d'associations étaient libres et informelles, mais ont constitué un vrai temps fort de la visite de vendredi. Et puis il ne faut pas oublier la découverte par la ministre de la pinasse électrique du chantier naval e-marine, qui développe une propulsion non polluante permettant de se déplacer à petite vitesse. Sans oublier la pinasse à moteur hybride", rembobine Sophie Panonacle

Un peu trop de dégustations chez les ostréiculteurs

Cette dernière précise ainsi qu'elle vient de déposer une question écrite où elle demande au gouvernement d'accorder un bonus écologique, dans le cadre de la transition énergétique, aux chantiers navals qui développent la propulsion électrique. La députée et la ministre de la Mer ont également rendu visite, avec Alain Rousset, aux dirigeants du chantier naval traditionnel Bonnin et Bossuet, qui ont plaidé en particulier pour une simplification administrative de l'espace maritime du bassin, et rencontré les représentants de la Fédération française de surf, d'Handi Surf et d'Ocean Roots, qui ont fait valoir qu'ils s'étaient portés au secours de 6.000 baigneurs en difficulté, en 2019.

"La ministre a également pu échanger avec les ostréiculteurs. Un arrêté préfectoral est en cours de rédaction pour bien rappeler que la dégustation d'huitres ne peut pas devenir l'objet principal de leur activité. Il y a actuellement des dérives dans ce domaine. Il ne s'agit pas de les embêter, avec tout ce qu'ils ont dû récemment traverser comme difficultés, mais, sans être trop durs, de rappeler que l'ostréiculture doit représenter au moins 51 % de l'activité ostréicole", recadre Sophie Panonacle.

Malgré les contraintes générées par la crise du Covid-19, les organisateurs de cette 2e édition de la Fête de la mer et des littoraux ont réussi à mettre en place 200 événements dans tout le pays. C'est ainsi que l'association SNSM du Golfe du Morbihan a remporté le tirage de la tombola, d'un montant de 2.500 euros, alimenté par des dons, après avoir été tirée au sort par Annick Girardin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :