Municipales : une campagne complètement inédite redémarre à Bordeaux

 |   |  970  mots
(Crédits : Agence APPA)
Sauf contre-ordre, le second tour des élections municipales se tiendra le dimanche 28 juin. Une nouvelle campagne de cinq semaines s'ouvre donc pour les quatre candidats encore en lice qui doivent ajuster leur fonctionnement à la crise sanitaire et leur programme à la crise économique et sociale. Les premières propositions émergent.

Du jamais vu, tant sur le fond que sur la forme. Bordeaux n'avait jamais connu de campagne de second tour pour des élections municipales encore moins avec quatre candidats qualifiés et pour une durée de cinq semaines plus de deux mois après le 1er tour. Sans compter le risque sanitaire encore très prégnant qui risque de décourager plus d'un électeur et qui va chambouler les codes habituels d'une campagne électorale.

Comment faire campagne ?

Sur la forme, pas de poignées de main, pas de meeting ni de réunions publiques, pas de porte-à-porte et peu ou pas de tractages d'ici au dimanche 28 juin. Que reste-t-il aux candidats pour se faire entendre ? Les réseaux sociaux seront investis encore plus que d'ordinaire mais pour un résultat que chacun sait partiel puisque ces outils numériques ne touchent pas tous les électeurs, loin s'en faut. Certains candidats misent sur le travail de proximité de leurs co-listiers, d'autres sur des actions médiatiques et d'autres encore sur une présence discrète mais bien réelle sur les marchés et autres lieux de passages. "La priorité c'est d'abord de convaincre les électeurs de se rendre dans les bureaux de vote en mettant en place un protocole sanitaire très strict", résume-t-on du côté de l'équipe du maire sortant Nicolas Florian, arrivé en tête (34,6 %) au soir d'un 1er tour marqué par une abstention exceptionnellement élevée de 63,1 %.

Lire aussi : Municipales : un duel Florian-Hurmic sur fond de quadrangulaire inédite à Bordeaux

"Il faudra être visible sans être intrusif et ne pas lancer trop vite la campagne dans le contexte actuel où les gens sont très tournés vers leurs enjeux familiaux et affectifs. L'abstention sera une vraie interrogation le 28 juin", confirme l'entourage du challenger écologiste Pierre Hurmic qui talonne le maire sortant (34,4 %). De son côté, Philippe Poutou, qualifié avec 11,8 % des suffrages, aborde cette campagne contraint et forcé : "On va être clair, nous ne sommes pas favorables à cette date du 28 juin car on va demander aux gens d'aller voter sans pouvoir débattre réellement. Mais malgré tout on sera là car le score du 1er tour nous conforte dans nos idées", indique son équipe de campagne.

Lire aussi : Municipales à Bordeaux : où en est-on six semaines après le premier tour ?

Nouvelles propositions à venir

Sur le fond, les quatre candidats vont ajuster leurs propositions à la lumière de la crise économique tout en estimant que cette nouvelle donne conforte leurs convictions respectives. Thomas Cazenave, le candidat Renouveau Bordeaux (LREM), arrivé en 3e position (12,7 %), a été le premier à dégainer de nouvelles propositions estimant que la relance de l'économie à l'échelle de la métropole bordelaise et la lutte contre le chômage constituent les nouvelles priorités.

Lire aussi : Thomas Cazenave : "Il faut agir très vite et très fort pour gagner la bataille de l'emploi !"

Il propose notamment une relance de l'investissement public, des prises de participations dans les entreprises stratégiques et l'octroi d'un chèque de 50 € à chaque ménage à dépenser dans les commerces locaux. Bordeaux Métropole, qui fonctionne actuellement avec un conseil hybride associant des maires élus et des maires sortants, présentera ce 29 mai de nouvelles mesures de soutiens aux entreprises, notamment dans le secteur touristique.

Consultation en ligne

"Le programme ne changera pas fondamentalement mais il y aura des ajustements notamment au regard de la nouvelle donne des finances publiques", précise la liste Majorité municipale du maire sortant. Mais Nicolas Florian n'envisage pas d'entrer en campagne trop rapidement indiquant qu'il se concentre actuellement sur la gestion de la crise et notamment la phase de déconfinement des cafés, hôtels et restaurants à partir du 2 juin. Son adversaire réunissant la gauche et les écologistes suit le même tempo et ne devrait pas accélérer avant une dizaine de jours. Pierre Hurmic a néanmoins lancé une consultation en ligne sur 33 propositions en matière économique auprès de ses sympathisants et au-delà. "Toutes nos propositions figuraient déjà dans notre programme mais on souhaite établir une hiérarchie dans leur pertinence et dans l'ordre des priorités à trois mois, à six mois et au-delà", indique la liste Bordeaux Respire qui n'entend pas non plus réécrire intégralement son programme : "Nous parlions déjà de solidarité, d'alimentation locale et de service public et on va continuer à le faire. On a la cohérence avec nous."

De même, la liste Bordeaux en luttes, menée par Philippe Poutou, est convaincue que la pandémie de Covid-19 conforte son combat politique. "On demande depuis des années plus de services publics de santé et de proximité. Aujourd'hui, cette question est devenue le sujet central des débats politiques. Cela conforte notre dynamique et notre détermination à faire rentrer des gens normaux au conseil municipal", indique l'entourage de l'ex salarié de Ford Blanquefort.

Alors que les quelques jours séparant les deux tours du scrutin municipal sont d'ordinaire propices aux négociations et aux rapprochements, ce second tour inédit à Bordeaux devrait le rester jusqu'au bout et les quatre candidats restent déterminés à proposer leur propre bulletin de vote le 28 juin et à siéger ensuite au palais Rohan. Le confinement et la crise profiteront-ils au maire sortant ou aux thèses écologistes ? Quels seront les reports de voix et les marges de progression des quatre candidats ? Quel sera le niveau de l'abstention ? Le duel entre Nicolas Florian et Pierre Hurmic, séparés de seulement 96 voix au 1er tour, conserve donc encore tout son suspense.

Sauf avis contraire du conseil scientifique, le second tour se tiendra le dimanche 28 juin. Les dépôts de listes sont possibles du 29 mai au 2 juin et la campagne officielle débutera le 15 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :