Bordeaux 2020 : une liste écologiste avec 50 % de primo arrivants en politique

 |   |  1335  mots
Pierre Hurmic (mains dans les poches à gauche) avec ses premiers colistiers de la société civile.
Pierre Hurmic (mains dans les poches à gauche) avec ses premiers colistiers de la société civile. (Crédits : Agence Appa/Thibault Moritz)
Pierre Hurmic, tête de liste écologiste et challenger potentiel du maire de Bordeaux, a présenté ce mardi matin la composante société civile de sa future liste en lice pour l’élection municipale de 2020. Il a réaffirmé sa volonté de changer la ville pour la préparer aux effets du réchauffement climatique, notamment en remplaçant les places de parking en surface par des arbres.

Tête de liste écologiste pour les municipales 2020 de Bordeaux, sous la bannière Bordeaux Respire !, Pierre Hurmic, élu d'opposition EELV (Europe Ecologie Les Verts) à la mairie de Bordeaux, a présenté ce mardi matin le groupe des 14 représentants de la société civile, dont 10 étaient présents, qui vont figurer sur sa liste.

"Notre liste va compter 50 % de primo arrivants en politique, des représentants de la société civile si vous préférez, que nous avons décidé de vous présenter aujourd'hui. C'est le troisième étage de notre fusée, après l'Appel de Bordeaux, qui nous a permis de présenter les personnalités qui nous soutiennent et de lancer les ateliers participatifs pour élaborer le programme, puis la présentation à Darwin de toutes les composantes de la famille écologiste qui se sont fédérées autour de cette liste écologiste aux municipales à Bordeaux" a rembobiné Pierre Hurmic.

Parmi ces  "primo arrivants en politique" figurent Nathalie Bois-Huyghe, présidente et cofondatrice du lycée Edgar Morin de l'Ecosystème Darwin-Bordeaux, Camille Choplin, qui a travaillé sept ans à la Maison Ecocitoyenne de Bordeaux.

Camille Choplin appelée à jouer un rôle central

Désormais à son compte, Camille Choplin accompagne les entreprises dans la transition écologique. Elle anime le blog "Ecologirl" et a signé en 2018 le roman "Tout le monde ne raffole pas des brocolis" (Hugo New Life/14,50 €). Camille Choplin, que Pierre Hurmic a présenté comme le pivot central de la future gouvernance, est en particulier sensible à "l'éco-anxiété" de la population, que peuvent provoquer des injonctions plus vertes les unes que les autres. Participent aussi à cette liste Radouane-Cyrille Jaber, patron du bar Le Grizzly, place de la Victoire, Joël Hillaireau, ingénieur en aménagement du territoire, consultant indépendant en mobilité/économie sociale et solidaire, Olivier Saut, directeur de recherche CNRS/INRIA, un chercheur néo-bordelais qui a décidé de passer à l'action plutôt que de se contenter de râler, ou encore Florence Schweitzer, militante au sein d'associations écologistes (voir liste complète en fin d'article).

La liste complète pour le scrutin municipal sera présentée d'ici une dizaine de jours, a évoqué Pierre Hurmic, qui a tenu à souligner que si cette annonce a pris du retard c'est qu'il fallait laisser le temps aux ateliers participatifs de faire leur travail d'élaboration du programme. La période actuelle est aussi celle où se finalisent les alliances politiques, qui déterminent le profil des listes. Pierre Hurmic n'a pas caché qu'il discutait avec la PS Emmanuelle Ajon, conseillère municipale de Bordeaux et conseillère départementale de la Gironde, et qu'il était également en contact avec le collectif Bordeaux Maintenant, de Matthieu Rouveyre, l'opposant PS à la majorité municipale à Bordeaux et vice-président du Conseil départemental de la Gironde. Mais aussi avec d'autres responsables politiques dont il n'a pas tenu à donner le nom.

Les écologistes en position de challengers

"Les discussions vont dans le bon sens mais d'ores et déjà une chose est sûre : Emmanuelle Ajon n'occupera pas la seconde place de la liste, car nous voulons une composante écologiste - je n'ai pas dit EELV - aux premières places" a précisé Pierre Hurmic. Porté par un beau score lors des dernières Européennes, EELV a pris selon le sondage de La Tribune, réalisé par Elabe, une place centrale dans la vie politique bordelaise.

Lire aussi : Municipales 2020 : à Bordeaux, un match plus serré que prévu


Sans alliance, cette liste EELV menée par Pierre Hurmic totaliserait, selon notre sondage exclusif, 24,5 % des voix, contre 31,5 % à celle de Nicolas Florian soutenue par Les Républicains, l'UDI et le Modem (rejoints depuis par Agir). Mais notre sondage montre aussi qu'une liste menée par Pierre Hurmic soutenue par EELV et le PS pourrait capter 30,5 % des voix, contre 32,5 % pour la liste menée par Nicolas Florian soutenu par Les Républicains, l'UDI et le Modem. Prévision qui a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans la bonne ville de Bordeaux, où les élections municipales à un tour sont devenues la règle depuis 1945.

Comment changer de ville pour faire face au climat

Sans vraiment les développer, ce qui sera fait ultérieurement de façon thématique, Pierre Hurmic est revenu ce mardi matin sur ses axes de campagne. Partisan d'un virage radical pour faire face au péril climatique et lutter avec efficacité contre la pollution, le candidat écologiste veut changer la ville.

"Nous ne devons pas aller moins vite sur la même route, mais changer de route. Bordeaux n'est pas prêt à affronter le choc climatique. Les petits pots de fleurs (déposés l'été dernier par la mairie - NDLR) de la place Pey Berland face aux plus de 41 ° qu'a connu la ville cette année ne sont pas au niveau des enjeux. On ne peut pas se contenter de fonctionner à l'inertie et à l'improvisation" a taclé Pierre Hurmic.

Parce que le candidat écologiste estime que la majorité municipale n'a toujours pas pris conscience des défis à relever, tant les épisodes caniculaires sont selon lui appelés à se répéter et à s'amplifier.

Des arbres pour remplacer les parkings en surface

Cette lutte contre la montée des températures passe pour Pierre Hurmic par "l'introduction de la nature en ville", pour lutter contre la minéralisation des espaces qui fait monter le thermomètre, et plus concrètement par la quasi élimination de la voiture du centre-ville et l'arrêt des programmes immobiliers. Les taux de pollution (particules fines, dioxyde d'azote produites par les véhicules -NDLR) ont grimpé et aggravé la pollution atmosphérique, ce qui nécessite le lancement d'un plan d'urgence sanitaire, a averti le candidat. Pour arriver à "une ville apaisée", objectif du programme écologiste bordelais, il faudra ainsi ne pas faiblir.

Le programme écologiste devrait ainsi organiser la disparition de la quasi-totalité des places de stationnement de surface pour les voitures, au profit notamment des parcs relais, qui pourraient être ouverts toute la nuit. Une politique que devrait se déployer quartier par quartier, après consultation des habitants. Il s'agit pour le leader des écologistes bordelais d'une restitution à la population des 10 à 12 m2 pris par chaque place de parking en ville. Autant de petites parcelles qui seront plantées d'arbres. Ce qui permettra le développement du Plan Marchable porté sur la liste, qui tient à ce que les citoyens puissent marcher ou utiliser sans stress des moyens de circulation alternatifs.

Un exemple venu des quartiers de Barcelone

Ce qui implique la mise en place non pas, comme l'avait préconisé Karl Marx, d'une révolution permanente, mais d'une "démocratie permanente" histoire d'en finir avec la "démocratie intermittente" rythmée tous les six ans par des élections municipales, a étayé le candidat. S'il s'est refusé à entrer dans les détails, Pierre Hurmic a toutefois admis que le concept de "quartier apaisé" initialement élaboré et testé à Barcelone ne va pas forcément de soi. Ainsi 30 % de la population de la capitale catalane a mal réagi à l'application de ce plan, où en ville les arbres remplacent les places de parking.

Le candidat s'est tout de même réjoui de ce qu'aujourd'hui une majorité de Barcelonais plébiscitent cette démarche. La gouvernance de la ville s'en trouvera aussi chamboulée parce que la liste de Pierre Hurmic va porter une vision "écosystémique de la ville" sans plus aucun tronçonnage des sujets en autant de postes d'adjoints au maire. S'il n'a pas beaucoup abordé l'aspect social de sa démarche c'est qu'elle est incluse dans la vision écosystémique portée par la liste. Ne serait-ce que parce que la pollution touche d'abord les zones socialement les plus défavorisées.

Primo arrivants en politique écologistes : Aurélien Benjamin, Nathalie Bois-Huyghe, Dimitri Boutleux, Paul Bouyssou, Camille Choplin, Joël Hillaireau, Laurent Guillemin, Olivier Lehmans, Radouane-Cyrille Jaber, Mathilde Raimond-Cagnato, Olivier Saut, Sylvie Schmitt, Florence Schweitzer, Jean-Baptiste Thony.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2019 à 7:17 :
Supprimer les parkings en surface c’est tuer la ville et travailler pour Vinci qui va pouvoir multiplier le prix de ces parkings souterain.
Réponse de le 28/06/2020 à 22:53 :
Essayons on verra bien!
Moins de pollution c’est un air à respirer plus sain et donc une meilleure qualité et espérance de vie. J’ai envie de voir accompagnons le changement qui est là !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :