5G : « Nous sommes capables de développer des solutions 100 % souveraines » (2/3)

 |  | 594 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Agence APPA)
INTERVIEW. Filiale de Serma spécialisée dans la conception d’équipements RF, l'entreprise bordelaise AW2S est impliquée dans deux projets récemment soutenus par France Relance, afin d’accélérer le déploiement de la 5G. Son directeur général Romuald Vetro revient pour La Tribune sur les objectifs de ces projets, qui illustrent selon lui la capacité des acteurs nationaux à développer des solutions "100% souveraines"

LA TRIBUNE - Vous intervenez dans les projets Critical Iot et Vertical ISS, soutenus par la Bpifrance dans le cadre de France Relance, pour "accélérer les applications de la 5G aux marchés verticaux". En quoi consistent ces deux projets ?

ROMUALD VETRO - Vertical ISS vise à développer la connectivité 5G au sein du CHU de Toulouse, ce qui permettra notamment de faire communiquer à distance les équipements médicaux et d'identifier leur disponibilité dans un réseau privé et sécurisé. Le projet est piloté par Alsatis, et implique, outre AW2S, Amarisoft, Halys, Telpass Airmob et S3 , qui est aussi une filiale de Serma, spécialisée dans la cybersécurité.

En ce qui concerne Critical Iot, l'objectif est de développer une solution qui permettra aux industriels de déployer rapidement des solutions 4G ou 5G pour connecter leurs objets, optimiser et sécuriser leur usage. C'est un projet piloté par Sequans communication, qui implique aussi Amarisoft et Alsatis, ainsi que le CEA, qui apporte son expertise dans les technologies de très haute fréquence, et Safran et la SNCF, qui interviennent pour proposer des cas concrets d'application.

Dans les deux cas, nous intervenons sur la partie infrastructure radio, notre cœur de métier.

Lire aussi : Objets connectés : pourquoi HU&CO est en liquidation judiciaire

L'objectif de l'appel à projets lancé par Bpifrance était aussi de soutenir le développement de solutions 5G réalisées intégralement par des entreprises françaises. Les acteurs nationaux sont-ils en retard en la matière ?

Non, le savoir-faire est clairement présent en France, les consortiums que je viens de citer en attestent. Nous sommes aujourd'hui tout à fait capables de développer des solutions 100 % souveraines. En revanche, nous ne disposons pas, pour l'heure, d'un appareil industriel suffisant pour inonder tout le territoire national. Mais la marche n'est pas si haute à franchir, le plan de relance et tous les AMI qui en découlent vont nous y aider.

Quelle part représente aujourd'hui la 5G dans votre chiffre d'affaires ?

D'abord, il faut s'entendre sur ce qu'on appelle la 5G. En l'occurrence, nous mettons précisément derrière ce vocable les équipements RF qui couvrent les nouvelles bandes de fréquences ouvertes en France et à l'international au titre de la 5G. Ce marché représente 20 à 25 % de notre chiffre d'affaires prévisionnel pour 2021.

Quelles sont vos perspectives quant au développement de ce marché dans les années à venir ?

Nous nous attendons forcément à une bascule, et je ne pense pas me tromper en disant que d'ici cinq ans 70 % à 80 % de nos équipements couvriront les bandes 5G. Cela dit, en termes de marché, notre activité dépendra surtout du rythme de déploiement de la technologie. Nous sommes présents à l'international, et dans certaines régions du monde, la 5G n'est pas le sujet, ce qui est en jeu, c'est le déploiement de la 3G.

La 5G suscite de nombreuses controverses, son impact sanitaire étant source d'inquiétude...

Je crois surtout que les débats que l'on entend sur la place publique ne sont pas raisonnés, parce qu'ils ne reposent sur aucun consensus scientifique. La nature imperceptible des radiofréquences nourrit forcément des peurs quant à leur impact sur la santé. Il appartiendrait donc à la communauté scientifique de fournir des éléments factuels sur lesquels fonder des normes sanitaires incontestables. Pour l'heure, les normes qui régissent l'usage des radiofréquences reposent surtout sur la capacité des équipements à communiquer entre eux.

Lire aussi : 5G : Bordeaux veut se poser en sentinelle (3/3)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2021 à 15:04 :
J'ai constaté que l'article 3/3 portait sur le BIO made in France alors que les 2 premiers étaient relatifs à la 5G. Les enjeux du "BIO" sont bien sur important mais il me semble que la 5G pouvait largement mériter un 3ème articles portant sur les enjeux , environnementaux, sociaux et géopolitique.
Réponse de le 08/04/2021 à 16:24 :
Bonjour,

Le 3e volet de cette mini-série sur la 5g en Nouvelle-Aquitaine est disponible ici :
https://objectifaquitaine.latribune.fr/innovation/2021-03-11/5g-bordeaux-veut-se-poser-en-sentinelle-3-3-879424.html
En vous remerciant pour votre intérêt.
La Rédaction
a écrit le 01/04/2021 à 10:59 :
Je trouve cela intéressant d'accéder à cette technologie pour de nombreux secteurs d'activités. De plus, l'innovation et la techno développées par des entreprises françaises et dans la région Bordelaise c'est extrêmement important.
Je vois un grand enjeu stratégique pour la France également, nous devons prendre en compte le retour d'expérience du COVID et que faire quand on dépend des autres ?(médicaments faits à l'étranger).
Je travaille depuis 15 ans dans le secteur sanitaire et des établissements de santé, je vois un réel enjeu pour nos activités avec la 5G.
a écrit le 01/04/2021 à 10:05 :
A la lecture de cette article je trouve cela plutôt rassurant qu’en France on investisse pour la souveraineté dans les moyens de télécommunications. Avec la disparition d’entreprise comme Alcatel nous étions dépendant des solutions d’infrastructure Américaines ou chinoises. L’enjeu n’étant pas la 5g pour le grand publique mais les applications industrielles et même militaires.

Il n’y a à mon avis qu’une seul chose à souhaiter pour ce type de projet c’est qu’il réussisse ! Afin de préserver l’indépendance Française et plus largement européenne.
a écrit le 12/03/2021 à 7:23 :
Après avoir coulé une entreprise mise en liquidation judiciaire (CLIMAX TECHNOLOGIE), mis des salariés au chômage et des entreprises en difficulté, ce Monsieur ose de nouveau créer une entreprise, bon courage aux associés et éventuels partenaires de ce rigolo !
a écrit le 12/03/2021 à 4:24 :
Oui, il a raison, on voit avec OVH. Un succes !
a écrit le 11/03/2021 à 11:40 :
Cela me fait marrer quand on ne reçoit pas la tnt dans cette région avec tous les efforts qu'ils ont dit faire . C'est un paradoxe Bordelais .
a écrit le 11/03/2021 à 7:00 :
AW2S, bientôt rachetée par un fonds chinois ou américain, ou un concurrent allemand... la souveraineté à la sauce Hollande-Macron-UE, en fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :