En Nouvelle-Aquitaine, les actifs font de plus en plus de route pour aller travailler

 |   |  530  mots
La hausse des déplacements domicile-travail est liée à plusieurs facteurs (photo d'illustration)
La hausse des déplacements domicile-travail est liée à plusieurs facteurs (photo d'illustration) (Crédits : Fabrizio Bensch)
Ceux que l’Insee appellent navetteurs, et qui vont travailler hors de l’unité urbaine à laquelle appartient leur commune, sont de plus en plus nombreux en Nouvelle-Aquitaine, où leur nombre a augmenté de 103.000 en dix ans.

Les salariés néo-aquitains se déplacent de plus en plus pour aller travailler, démontre l'étude que vient de publier l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques). Une information qui ne va pas vraiment dans le sens du développement durable. Le nombre d'actifs travaillant en dehors de leur lieu de résidence, et plus précisément hors de l'EPCI (établissement public de coopération intercommunale : métropoles, communautés de communes, etc.) auquel appartient leur commune, a ainsi augmenté de +1,5 % par an entre 2006 et 2016, provoquant l'apparition de 103.000 nouveaux navetteurs.

Ce terme utilisé par l'Insee désigne les salariés qui vont chaque jour travailler hors de leur EPCI. Pendant la même période, le nombre de salariés dits stables, car travaillant et résidant dans le même EPCI, se tasse légèrement de -0,2 %. L'Insee, qui recense 2.319.000 emplois en Nouvelle-Aquitaine, voit dans ce phénomène les effets conjugués de plusieurs facteurs : concentration de l'emploi dans les pôles, coût du foncier, capacité d'accueil des territoires, choix de vie, bi-activité des ménages... Avec un paramètre additionnel qui est directement lié à l'attractivité de la région : une dynamique susceptible d'aggraver les déséquilibres entre lieu de résidence et lieu d'emploi.

Les 10 plus grosses unités urbaines attirent 292.000 navetteurs

L'Insee souligne que cette augmentation du nombre de navetteurs se concentre en tout premier lieu autour de Bordeaux Métropole et de La Rochelle, puis, dans une moindre mesure, autour de Bayonne. C'est ainsi que la communauté de communes (CC) girondine de Jalle-Eau-Bourde, qui regroupe des villes dont les maires ont toujours refusé de rejoindre la Métropole, pourtant limitrophe, en particulier Cestas et Canéjan, attire de plus en plus de travailleurs bordelais, alors que les actifs de ces communes se rendent de moins en moins sur le territoire métropolitain.

Située au sud-ouest de Bordeaux Métropole, la CC de Jalles-Eau-Bourde concentre à Cestas un énorme pôle de grands entrepôts, avec notamment ceux de Cdiscount. L'Insee observe globalement que parmi les 103.000 navetteurs supplémentaires identifiés en Nouvelle-Aquitaine, 15.500 rejoignent quotidiennement la métropole bordelaise, tandis que 7.800 actifs font le chemin inverse. Ces mouvements intra-région vont de pair avec des échanges plus globaux. Sur les 2,3 millions d'emplois néo-aquitains, 24.000 sont occupés par des actifs n'habitant pas dans la région. A l'inverse 48.000 actifs néo-aquitains vont travailler hors de la région.

L'Insee souligne que les EPCI les plus peuplés concentrent le plus grand nombre d'emplois. Ainsi les dix principaux EPCI, où vivent plus de 100.000 habitants, concentrent 47 % des emplois de Nouvelle-Aquitaine. Ils attirent chaque jour 292.000 actifs qui résident dans d'autres EPCI, soit 41 % du nombre global de navetteurs, qui est de 715.000 actifs. Sachant que Bordeaux Métropole capte à elle seule 115.000 de ces navetteurs. Sans trop de surprises, l'étude de l'Insee montre que le nombre de navetteurs augmente davantage à proximité des EPCI les plus dynamiques, alors qu'il tend à rester stable ou à diminuer dans celles où population et emplois sont à la baisse, comme à l'est de la région dans la communauté de communes Haut-Limousin En Marche, Bastide-Dordogne-Périgord et Portes-de-la-Creuse-en-Marche.

Insee déplacements navetteurs

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :