En Nouvelle-Aquitaine la croissance continue à perdre de la vitesse

 |   |  506  mots
Dans le BTP les sous-secteurs construction de bâtiment et constructions spécialisées sont sous pression.
Dans le BTP les sous-secteurs construction de bâtiment et constructions spécialisées sont sous pression. (Crédits : Fabrizio Bensch)
Sans être franchement négative, puisque la tendance générale reste plutôt bien orientée, la croissance au 1er semestre 2018 enregistre une baisse de régime en Nouvelle-Aquitaine selon le Baromètre Eco du réseau des CCI (chambres de commerce et d’industrie) de la région.

Le dernier Baromètre Eco semestriel a été construit à partir des réponses de 3.853 entreprises de Nouvelle-Aquitaine au questionnaire des CCI (administré par téléphone du 20 juin au 6 juillet) et pointe un ralentissement de la croissance, dont la progression s'avère plus modérée que l'an dernier. Ce baromètre témoigne de clivages forts. Ainsi, alors qu'un tiers des entreprises enregistre une hausse du chiffre d'affaires, il recule dans un quart d'entre-elles.

"Il est probable que ce ralentissement de la croissance des chiffres d'affaires ne soit qu'un décalage : le niveau des carnets de commandes laisse espérer une forte consolidation des ventes" observe dans un premier temps le rapport. Mais tandis que la production a continué à augmenter, relève le Baromètre Eco, les chefs d'entreprise ont dû encaisser l'impact de l'inflation - avec des prix d'achat toujours plus élevés -, sans pouvoir répercuter cette hausse sur leurs ventes. D'où une forte pression à la baisse sur les marges qui ont eu du mal à être bénéficiaires.

Hausse des coûts de fabrication

Les entreprises de la région continuent néanmoins à évoluer dans un climat de confiance. Ainsi, juge le Baromètre Eco, elles sont près de huit sur dix à confirmer leur confiance dans l'activité, près de quatre sur dix à avoir étoffé leur carnet de commandes, un tiers à avoir investi et dix pour cent à avoir embauché. Le secteur le plus en difficulté est celui du commerce, qui subit une baisse de la fréquentation des clients, qui a entrainé un recul du chiffre d'affaires, dans un contexte dominé par des marges déficitaires. Ce qui pousse la trésorerie "fortement dans le rouge".

Des difficultés particulièrement marquées dans les sous-secteurs du commerce de détail non alimentaire et l'hôtellerie-restauration. A l'inverse la tendance reste globalement bien orientée dans les secteurs du BTP, de l'industrie et des services.

"Pourtant la moitié des entrepreneurs du secteur industriel déclare avoir subi une augmentation de leur coût de fabrication" relève le baromètre. Les industriels font cependant la différence avec leur vigilance sur les délais de paiement, leur prudence dans les embauches et l'investissement, ce qui leur permet d'avoir "une situation pérenne par rapport au semestre précédent" complète le sondage. Tandis que dans le BTP les sous-secteurs construction de bâtiments et constructions spécialisées supportent des coûts de production "très importants".

Ramenée à l'échelle des territoires de la Nouvelle-Aquitaine, la tendance économique de ce 1er semestre 2018 reste bien sûr positive, mais le Baromètre Eco pointe des disparités notables. Les indicateurs de production sont ainsi les plus fragiles en Béarn, Dordogne, Corrèze et Creuse, alors que les problèmes financiers sont plus marqués en Haute-Vienne et Deux-Sèvres. A l'inverse trois départements cumulent les bons résultats tant sur les plans productifs que financiers, il s'agit de la Charente, de la Charente-Maritime et de la Gironde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2018 à 9:58 :
"il s'agit de la Charente, de la Charente-Maritime et de la Gironde."

Alors la Gironde ok du fait de son tissu industriel, la Charente Maritime du fait de son tourisme je suppose mais la Charente !? Ah oui c'est vrai, la si oubliée et pourtant importante ville d’Angoulême...

"les problèmes financiers sont plus marqués en Haute-Vienne et Deux-Sèvres"

On peut supposer un transfert de Limoges vers Angoulème se rapprochant ainsi de l'Océan.

"Béarn, Dordogne, Corrèze et Creuse"

LEs départements de la nouvelle aquitaine les plus éloignées de l'océan, il faut croire que les gens rêvent de plus en plus d'évasion déplaçant l'activité économique vers les côtes.

Faut dire qu'une journée sur la plage permet d'oublier tout ces débiles mentaux de décideurs politiques et économiques et les hurlements de leurs médias de masse, c'est un fait en train de se transformer en nécessité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :